Confiance

Mis en avant

Rédigé par Jean-Michel CAMIN

La confiance, omniprésente dans les relations humaines, est un concept difficile à spécifier (Origgi 2008 ; Weinberg 2015). Louis Quéré précise que la compréhension des processus et de ses mécanismes est devenue une préoccupation importante dans les sciences sociales et l’une des notions les plus difficiles à traiter de la philosophie (in Tazdaït 2008).

Dans nos sociétés occidentales, la confiance est un terme dense, désignant à la fois une propriété (avoir confiance) et un attribut (être ‘digne de confiance’ par exemple) et impliquant toujours la présence d’un ‘autre’. Le mot « confiance » seul n’a pas de sens, « je te fais confiance » en a un [1].

Continuer la lecture

Ubérisation

Mis en avant

Article rédigé par Claire D’HENNEZEL, Gino GRAMACCIA

Uber et l’ubérisation symbolisent une nouvelle forme d’innovation organisationnelle considérée comme révolutionnaire et comparée à ce titre, au fordisme. L’innovation de l’entreprise californienne Uber repose sur une plate-forme digitale mettant en relation des travailleurs indépendants, les chauffeurs, réalisant des services de transport et des utilisateurs. Par extension, le terme « ubérisation » désigne le phénomène de « plateformisation » des relations économiques au sein de divers secteurs économiques, dans le cadre général de la révolution digitale ayant donné naissance à l’économie collaborative. La spécificité de l’ubérisation tient à la vitesse de diffusion des innovations numériques et aux bouleversements qu’elles génèrent dans les modèles économiques classiques.

Continuer la lecture

Colloque international Dark Side : le « côté obscur » de la communication des organisations, Bordeaux, MSHA, 28-29 mars 2019

Mis en avant

Colloque international Org&Co – 28 & 29 mars 2019 – Bordeaux – France

Avec le MICA (EA 4426), Université Bordeaux Montaigne & Label Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication (SFSIC)

Inscription et programme sur https://darkside-2019.sciencesconf.org

Le groupe d’études et de recherches Org&Co de la Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication (SFSIC) est dédié aux recherches sur la communication des organisations / organisationnelle. Il met en place régulièrement des colloques et journées d’études, ouverts aux débats critiques et aux controverses, qui questionnent les transformations organisationnelles. Flexibilité, recompositions continues, externalisations et impartitions de la production des biens et des services, basculement des logiques de l’opération à des logiques processuelles… une diversité de phénomènes contemporains font évoluer les pratiques professionnelles et invitent à questionner les communications à l’œuvre.

Le MICA, est l’équipe d’accueil en Sciences de l’Information et de la Communication de l’Université Bordeaux Montaigne. Le laboratoire héberge une équipe qui consacre ses travaux à la communication organisationnelle et publie depuis 1991, la revue scientifique Communication & Organisation, désormais éditée conjointement par les Presses Universitaire de Bordeaux et les plateformes numériques Cairn et Open Editions. Le MICA accueillera le colloque sur le campus de Bordeaux à Pessac, à la Maison des sciences de l’Homme d’Aquitaine.

Continuer la lecture

Journée Transversale MICA Médiation et Remédiation

Programme complet ici

La notion de médiation fait l’objet d’une attention croissante des chercheurs en SIC, l’approche théorique s’effectuant le plus souvent à partir des différents territoires del’information, dela communicationet de la culture. Ainsi distingue-t-on trivialement les médiations technologiques, pédagogiques, institutionnelles et culturelles, qu’elles soient envisagées dans le cadre de l’intime, du corps ou de l’urbain.Pour SCHAEFFER(1970), la médiation se définit par un triangle de rapports entre public, producteur, auteur. Elle est,pour JOUET (1993), à la fois technique « car l’outil utilisé structure la pratique », et sociale « car les mobiles, les formes d’usage et le sens accordé à la pratique se ressourcent dans le corps social». Dans un effort de synthèse, DAVALLON (2003) associe aux médiations trois lignes exploratoires selon que l’approche mette l’accent sur le langage (sémiologie, anthropologie, sociologie)ou sur les technologies. L’on peut voir à travers cette notion un moyen d’appréhender de façon complète le média, celui-ci étant à la fois un lieu de production du discours social, un espace de rencontre et d’interaction avec le public, le récepteur et les œuvres, carrefour aussi d’une multiplicité d’enjeux, politiques, économiques, artistiques ou sociétaux. Le colloque transversal permettra donc de mieux saisir les pratiques de communication en les considérant comme un produit de la médiation (et non l’inverse) en dépassant les conceptions mécanistes. La médiation implique donc nécessairement une transformation de la situation, du dispositif communicationnel, des entités en présence.La notion de médiation a ceci de pertinent qu’elle offre la possibilité de focaliser sur les interrelations entre les éléments techniques et les éléments humains.Par exemple, les œuvres d’art ne sont pas des objets stables qui supporteraient une approche univoque et sûre. Au contraire, elles prennent des sens et des colorations esthétiques différentes selon les lieux qu’elles traversent et qu’elles informent à leur tour, ou selon les époques, provoquant des éclairages rétroactifs sur les œuvres du passé en même temps qu’elles bénéficient de cette compréhension nouvelle (ARASSE). La médiation peut alors être envisagée à l’aune de la plasticité de l’œuvre. Elle serait le processus de métamorphose entre les œuvres, ouvert au contexte. L’art en effet ne se contente plus d’être apprécié comme une production coupée du monde des usages, des supports et produits dérivés: il participe de l’atmosphère esthétique du monde. L’art invente des récits et des mises en fictions en des œuvres polyphoniques et polymorphiques qui appellent à interprétations plurielles.La structuration du MICA entre SIC et Arts nous incite donc à questionner la notion de médiation dans toutes ses dimensions. Les objets d’étude des chercheurs du MICA suffisent à illustrer la diversité des transformations à l’œuvre et les questions qu’elles recouvrent.

 

Prendre acte des médiations existantes oblige en effet à reconsidérer l’intersubjectivité, la relation et l’action des nouveaux dispositifs, les modifications des formes symboliques et des modes de construction du corps social. Les médiations doivent aujourd’hui assumer des médiations antérieures et les «refaire». L’idée de remédiation permettrait de saisir la médiation avec toutes ses implications. L’approche de LATOUR (1991, 2008) tend à reconsidérer le processus de la médiation comme un ajustement d’objets, un réaménagement des architectures et une réadaptation des villes à de nouveaux besoins. Associée au design «précautionneux» de l’auteur, elle s’inscrit en tout cas dans une généalogie débutant avec MOHOLY-NAGY (1947) qui réclame déjà un design «en relation avec les besoins de l’individu et de la communauté» et croise le redesign de BRANZI (2010). Ces divers déplacements terminologiques en interrogent donc quelques aspects implicites en soulignant à la fois un intérêt pour les modalités de la transformation médiatique, pour les transformations des objets, des sujets, des pratiques, des interactions et de l’environnement et pour les bénéfices de ces transformations.Le passage de la notion de médiation à celle de re-médiation et en lumière un déplacement qui s’opère graduellement de l’action vers la réaction, de l’ajustement vers le réajustement, du formatage vers le reformatage, de la médiatisation vers la remédiatisation, de l’information vers la réinformation. Ce glissement n’est pas anodin, il souligne la nécessité d’un rééquilibrage, d’une réorientation des politiques voire des stratégies informationnelles, communicationnelles, artistiques, esthétiques, digitales. Traiter de la médiation en la mettant en perspective avec la remédiation exprime la nécessité dans laquelle nous sommes pris de traiter d’une manière nouvelle la question des données, des algorithmes, de l’information, de la connaissance, de l’art, de la technique, de l’espace, du corps, du contemporain, du sens…Mais la remédiation est aussi un espace où les possibles sont débarrassés d’une multiplicité d’entraves donnant lieu à la mise en œuvre de processus de reliance. La remédiation (qui signifie apporter un remède) est en fait, selon le psychologue de l’éducation VYGOSTKI, une « re-médiation ». La remédiation peut être conçue comme une ré-interprétation dans le sens de la résilience (CYRULNIK). Il s’agirait de dégager les significations par un travail de réappropriation de ce qui s’est inscrit trop violemment, transformer la teneur de la trace, la remodeler, suivre la survivance de l’image (WARBURG). L’on comprend donc que les domaines d’application sont nombreux, ils vont du management au développement économique et social. Mais il s’agit avant tout et surtout de lutter contre les violences, d’éviter les manipulations de tout genre, de réparer, de réguler, de réinventer le consensus, de dépasser les obstacles, de construire la mémoire de manière apaisée, de représenter la souffrance, de construire l’intelligence collective. La notion de remédiation peut ainsi s’entendre comme «réparation» au sens de souci du prendre soin (care), d’une attention à l’humain, impliquant non seulement de lui ménager une place participative active mais aussi créative. Il conviendra alors sans doute de distinguer, au sein des processus mis en jeu, ce qui serait de l’ordre de la créativité, de l’invention et de l’innovation. La portée critique de l’art sur les TIC comme sur les Humanités digitales pourrait permettre de réfléchir à une médiatisation comme forme de remise en cause constante.Mais on ne peut questionner la remédiation sans évoquer les notions de convergence, d’hypermédiation, de dé-médiation, d’hybridation, d’intermédialité et d’interopérabilité.Dans un souci de transversalité, le regard des chercheurs devrait rester attentif à l’évolution des concepts,des pratiques et des méthodologies à la fois quantitatifs et qualitatifs.Modalités pratiques

 

Comité Scientifique :  Noble Akam, Myriam Bahuaud, Franck Cormerais, Cécile Croce, Etienne Damome, Alain Kiyindou, Bernard Lafargue, Marie-Christine Lipani, Maria-Caterina Manes-Gallo, Annick Monseigne, Hélène Marie-Montagnac, Nayra Vacaflor.

Inclusion

Article rédigé par Hélène MARIE-MONTAGNAC

 

Etymologie et historique

Il est intéressant de souligner la potentielle ambivalence propre à ce terme. Depuis son étymologie « inclusio » qui signifie « emprisonnement », jusqu’aux définitions courantes du dictionnaire historique de la langue française, indiquant un état d’enfermement ou d’enveloppement d’une chose  (en minéralogie), d’un objet mathématique (un ensemble), d’une personne (liste du martyrologe), ou encore d’enveloppement complet d’un corps étranger (en biologie) : toutes rendent compte de l’acception de l’inclusion comme « présence d’un corps étranger dans un ensemble homogène auquel il n’appartient pas ».  De même, la définition contemporaine comme « action d’inclure quelque chose dans un tout ainsi que le résultat de cette action » (Le Grand Robert) renvoie-t-elle implicitement à  son revers, l’exclusion.

Continuer la lecture

Accompagnement

Article rédigé par Valérie CARAYOL et Maëlle CROSSE

L’homme « post moderne » renoue avec un nouveau nomadisme qui fait de lui un homme mobile mais aussi d’une certaine façon labile. Il est de plus en plus mobile physiquement, dans l’espace géographique grâce aux transports qui se démocratisent, mais aussi grâce aux outils de communication qui permettent une forme d’ubiquité. Il est aussi de plus en plus labile, dans le sens où il est aussi plus détaché et moins stable dans ses attachements et ses points de fixation, qu’il s’agisse du lieu de naissance, de l’emploi, du couple, ou de la famille en général.  Il est amené et invité à se transformer, à prendre en charge son avenir, à anticiper ses trajectoires de vie professionnelles et personnelles, pour répondre à l’idéologie du projet qui irrigue désormais tous les plans de l’activité, et à l’idéologie de la responsabilité, qui invite tous les individus à développer leurs compétences pour faire face aux exigences de la vie en société et de la vie au travail.

Continuer la lecture

CAPABILITES

Article rédigé par Nadège SOUBIALE

L’économiste Amartya Sen, prix nobel d’économie 1998, introduit en anglais dans les années 1980 le terme de « capabilities » pour désigner, non pas des capacités ou compétences des individus au sens de leurs performances dans un domaine d’action, mais bien leurs possibilités de choisir, en fonction de leurs besoins personnels, et parmi plusieurs opportunités que leur offre leur environnement, les biens qu’ils leur apparaissent comme les plus souhaitables dans leur situation, et qu’ils sont effectivement en mesure d’acquérir dans leurs conditions spécifiques. 

L’approche par les capabilités permet de reconnaître aux individus, dans la société où ils évoluent, une sorte de liberté positive pour atteindre leurs objectifs de développement (notamment vitaux dans les pays économiquement pauvres), sans pour autant être entravés ou contraints par des standards de développement économique qui ne leur sont pas accessibles, tels ceux définis par les indicateurs habituels de développement issus des théories économiques libérales classiques (possession de biens matériels, salaires…).

Continuer la lecture

Projet CIVILINUM

Le projet Civilinum est un programme de recherche à l’initiative de Valérie Carayol, Professeure des Universités et Aurélie Laborde, Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication, toutes deux membres du laboratoire MICA de l’Université Bordeaux Montaigne, qui vise à documenter et analyser les manifestations d’incivilité liées à l’usage d’outils et de dispositifs de communication numériques dans un cadre de travail.

Le projet est financé par la Région Nouvelle Aquitaine, l’université Bordeaux Montaigne, l’AFNOR et La Caisse d’épargne Aquitaine Poitou Charente. Il regroupe des chercheurs de quatre centres de recherche :
  • Le centre de droit comparé du travail et de la sécurité sociale COMPTRASEC UMR 5114 CNRS – Université de Bordeaux.
  • Le laboratoire de Psychologie, Santé et Qualité de Vie, EA 4139 de l’Université de Bordeaux
  • Le laboratoire de Psychologie de la Socialisation – Développement et Travail, Toulouse 2 Jean Jaurès, EA 1697
  • Le laboratoire pluridisciplinaire Culture, sport, santé, société (C3S), EA 4660 de l’Université de Besançon.

Il fait suite au projet DEVOTIC, auquel le laboratoire MICA avait participé, qui était financé par l’Agence nationale de la recherche ( ANR) et qui a mobilisé des laboratoires de recherche  de cinq universités : Bordeaux Montaigne, ESCP EAP, Université de Toulouse, de Pau et des Pays de l’Adour, Ottawa. Les travaux de ce projet qui traitait des phénomènes de connexion et de déconnexion aux TIC, ont permis à l’équipe du MICA de mettre en évidence, dans le milieu de travail, des phénomènes de malaise et de risques psycho-sociaux chez des cadres, liés à la recrudescence de pratiques numériques provisoirement qualifiées d’inciviles.

Ce projet a donc été bâti à partir du constat de la survenue de nombreuses incivilités numériques au travail, des difficultés de régulation rencontrées par les entreprises pour y faire face et d’un déficit de recherche sur ce phénomène émergent, qu’il a semblé important de combler.

Les questions de recherche :

  • Quelles sont les conditions de survenue (situations, événements, cadres d’action, temporalités) et les manifestations majeures des épisodes d’incivilités numériques?
  • Quelle place est faite à l’analyse collective de ces difficultés dans les organisations  ?
  • Quelles formes de réflexivité et de connaissance sont construites à partir de ces événements ?
  • Quelles régulations organisationnelles et communicationnelles sont mises en place ou envisagées ?
  • Quelles adaptations des outils numériques de communication seraient envisageables pour palier certains problèmes identifiés ?
  • Comment le droit se saisit il du phénomène des incivilités numériques au travail ? Le peut-il ?

Les incivilités numériques seront notamment appréhendées comme miroir ou symptôme d’un travail « en souffrance». L’analyse portera notamment sur les ressorts organisationnels, institutionnels et communicationnels de ce phénomène.

 

Plus d’informations sur https://www.civilinum.fr/le-projet/

Compétences Informationnelles des Etudiants en Licence (CIEL)

Le projet exploratoire que nous proposons vise à favoriser la rencontre de plusieurs champs de recherche au cœur des digital scholarship (sciences de l’éducation, sciences de l’information, sciences de la communication) pour comprendre comment l’usage des nouvelles technologies numériques peut conforter les étudiants primo-arrivants à l’université dans l’acquisition de compétences autour de la littératie informationnelle, indispensables à la réussite de leurs études dans l’enseignement supérieur mais également formatrices tout au long de leur vie professionnelle.

Ainsi, les travaux de recherche menés doivent permettre d’identifier l’état actuel de ces connaissances et compétences chez les étudiants en licence de Sciences Humaines et Sociales et de mieux appréhender les obstacles à leur acquisition. Un modèle expérimental de formation numérique de type serious game pourra alors leur être proposé afin de leur permettre de mieux appréhender les contenus scientifiques, d’optimiser leurs recherches, de gagner en autonomie et de devenir acteur de leur propre apprentissage.

 

  • Durée : 3 ans (2017 – 2020).
  • Nature : projet région, volet recherche
  • Pilotage :
    • Marlène DULAURANS MCF Sciences de l’information et de la communication, Université Bordeaux Montaigne, MICA (EA 4426)
    • Hélène MARIE-MONTAGNAC MCF Sciences de l’information et de la communication, Université Bordeaux Montaigne, MICA (EA 4426)

 

Carnet de recherche : https://projetciel.hypotheses.org/

 

AAC 56 I 2019 I Les organisations malades du numériques

LES ORGANISATIONS MALADES DU NUMÉRIQUE

Coordination :

  • Valérie Carayol (MICA, Bordeaux Montaigne) 
  • Aurélie Laborde (MICA, Bordeaux Montaigne)
  • Luc Bonneville (GRICO, Université d’Ottawa

CALENDRIER

  • Envoi des propositions de 6 000 caractères espace compris, selon les consignes de rédaction, bibliographie non comprise : 29 mars 2019
  • Retour aux auteurs de la sélection des propositions : 15 avril 2019
  • Remise de l’article intégral pour relecture en double aveugle par le comité de lecture : 30 juin 2019
  • Retour aux auteurs de l’évaluation par le comité de lecture : 20 septembre 2019
  • Retour des articles définitifs : 15 octobre 2019
  • Publication du numéro : décembre / janvier 2019

L’évolution des pratiques de communication suscitées par l’extension des réseaux numériques a fait émerger plusieurs phénomènes dans les organisations : des transformations de l’organisation du travail (surtout étudiées dans la période 1985-2000 : Eyraud et alii 1988 ; Alsène 1990 ; Benghozi et alii 1999), des transformations du management et des modes de coordination de l’action collective (étudiées surtout dans la décennie 2000-2010 : Bobillier-Chaumon 2003 ; Bonneville 2005 ; Gramaccia et alii 2004 ; Metzger 2010 ; Proulx 2005) et enfin des transformations des pratiques professionnelles, des métiers et des professions qui retiennent toute l’attention des chercheurs depuis presque une dizaine d’années (Bourret 2010 ; Comtet 2011 ; Laborde 2012 ; Venin 2013 ; Lepine et alii 2014 ; Carayol et alii 2016).

Continuer la lecture

55 I 2019 I Les organisations collaboratives

Coordination  » Les organisations collaboratives « 

Communication & Organisation I 55 I juin 2019

Elizabeth GARDERE Professeur des Universités, Université de Bordeaux, MICA (EA 4426)

Jean-Luc BOUILLON Professeur des Universités, Université Rennes 2, PREFICS (EA 7469)

Catherine LONEUX Professeur des Universités, Université Rennes 2, PREFICS (EA 7469)

Appel à articles :

Au sein de la plupart des espaces sociaux, la question collaborative occupe une place centrale depuis la seconde moitié des années 2000. D’innombrables publications professionnelles et tournées vers le grand public décrivent ainsi l’essor de l’économie, de la consommation, de la société collaborative. Dans le même temps, la transformation des activités professionnelles se traduirait par la montée en puissance d’entreprises et d’organisations collaboratives, et bien évidemment du travail collaboratif.

Par-delà cette polysémie, l’épithète « collaboratif » renvoie à un phénomène social désignant une forme d’activité collective, mêlant parfois de manière confuse activités de travail (qu’il s’agisse de travail salarié, de travail inscrit dans une relation marchande, de mise au travail du consommateur, de l’usage d’espaces partagés dédiés au coworking…) et d’autres formes d’activités sociales relevant de logiques non marchandes, citoyennes, tournées vers la contribution de chaque partie prenante et l’intérêt général. Malgré son omniprésence dans les discours publics de toutes natures, le phénomène collaboratif reste souvent insaisissable. Le collaboratif est évoqué et invoqué, se suffisant à lui-même, étant considéré comme allant de soi, relevant d’une apparente évidence soigneusement entretenue. Tout se passe comme si plus on parlait de collaboration et de collaboratif, moins on conceptualisait cette notion et moins on réfléchissait à ses implications en termes d’agencement de l’action collective.

Continuer la lecture

54 | 2018 Pratiques de la communication et Big Data

Sous la direction de Francine Charest et Anne-Marie Cotton

Le phénomène des Big Data s’est rapidement imposé comme un enjeu majeur au niveau mondial pour les organisations qui les collectent et les exploitent, mais il l’est tout autant pour les individus dont les traces numériques sont suivies, répertoriées, analysées et croisées que pour les institutions qui ont pour objectif de réguler les systèmes d’information et de protection de la vie privée. Le numéro 54 de la revue Communication & Organisation veut questionner les enjeux liés aux Big Data dans une perspective informationnelle et communicationnelle tout en tenant compte des ramifications managériales que sous-tend l’usage stratégique des données massives.
Cinq défis auxquels doivent faire face les professionnels de la communication en organisation sont évoqués dans ce numéro : la montée en compétences et la professionnalisation ; la pertinence stratégique ; la qualification et le traitement ; la confiance et la défiance ; et enfin, différents modèles de présence numérique.
Confronté aux données massives, comment le professionnel de la communication peut-il composer avec le paradoxe de la volatilité versus de la permanence de la présence numérique ? C’est ce que ce numéro questionne à travers les différents thèmes évoqués.

Disponible sur OpenEdition.org et Cairn.

53 | 2018 Digitalisation et recrutement : perspectives informationnelles et communicationnelles

Sous la direction de Isabelle Cousserand-Blin et Nathalie Pinède

Depuis une vingtaine d’années, les pratiques de recrutement s’appuient toujours davantage sur des outils numériques et depuis une dizaine d’années, sur les réseaux sociaux. Elles se sont diversifiées pour s’inscrire dans une triple dynamique de visibilité, d’attractivité et de sélectivité, qui touche autant les organisations que les individus, autrement dit les recruteurs comme les candidats, chacun désormais attentif à sa réputation. Si cette transformation accroît le niveau d’exigence concernant les informations diffusées et se traduit par de la transparence, elle peut induire une certaine opacité dans le traitement des données numériques. Les changements à l’œuvre mettent en jeu de nouvelles formes interactionnelles et conversationnelles qui interrogent autant le traitement informationnel que le cadre communicationnel. Ce numéro aborde donc la problématique du recrutement à l’aune des dispositifs numériques, tant du côté des employeurs que des candidats, et interroge les logiques de ces formes multiples de mise en visibilité.

Disponible sur OpenEdition.org et Cairn.

52 | 2017 Communauté, sociabilité et bien commun: approche internationale

Sous la direction de Nicole d’Almeida, Ivone de Lourdes Oliveira et Ângela Salgueiro Marques

La communauté doit être comprise comme un processus organisant et organisé résultant de la constitution permanente de peuples, de collectifs et de groupes qui cherchent à articuler leurs singularités avec une vie sociale collective marquée par des relations de proximité et par la recherche du commun. La notion de communauté sera ici pensée comme un travail : travail de discussion de valeurs, d’élaboration de normes ou principes, travail d’auto-organisation et de stabilisation de groupes sociaux. L’approche sociologique de F. Tönnies a construit au début du XXe siècle le concept de communauté de manière binaire, distinguant les relations communautaires et les relations sociétaires et les mettant en opposition. Selon l’auteur, les relations communautaires se caractérisent par la convivialité et l’intimité fondées sur des relations de parenté ou de voisinage présentes dans les sociétés traditionnelles et rurales où se perpétuent des coutumes et habitudes liées à une économie domestique et agricole. Le passage à la modernité industrielle provoque des ruptures dans les relations de sociabilité et se développent de nouvelles formes de vivre ensemble. Si auparavant, le vivre ensemble se faisait sur la base d’affects, de complicités, de proximité et de compagnonnage, dans les relations sociétaires prédomine le mode du contrat, de la sociabilité marchande qui comporte une grande part de rationalité. Nous retenons deux pistes issues de la perspective de Tönnies. D’une part le fait que la question de la communauté se pose à un moment de transformation sociale majeure, celle que Tönnies observe en son temps et celle que nous connaissons un siècle plus tard, dans nos sociétés mondialisées, globalisées et numérisées. D’autre part, nous en retenons l’importance de la question des relations en présence, relations aujourd’hui renouvelées, complexifiées et dont nous proposons d’explorer la dimension agissante, notamment dans la perspective des formations-transformations sociales en cours de part et d’autre de l’Atlantique. Ce dossier met ainsi en question et en débat les manières de comprendre les relations entre organisations et communautés, envisageant le rôle des conflits, la présence de formes de violence, les tentatives d’instauration d’une justice économique et sociale, au point d’articulation entre intérêts corporatifs et demandes sociales-civiques (Deetz 1992, Bauman 2003). Ceci souligne le croisement existant entre les perspectives sociale, économique et historique présentes dans le concept de communauté.

Disponible sur OpenEdition.org et Cairn.

51 | 2017 Les nouvelles cultures de l’information dans les organisations

Sous la direction de Vincent Liquète, Ivone de Lourdes Oliveira et Angela Salgueiro Marques

Longtemps abordée au singulier, la culture de l’information est à présent traitée à la forme plurielle. Dans ce numéro, un ensemble de cultures de l’information sont abordées dans des formes d’organisations variées (université, entreprise, école, monde social et associatif…). La perspective choisie est également comparatiste ; entre les lectures informationnelles et communicationnelles, entre chercheurs français et chercheurs brésiliens, entre monde professionnel et monde social. Au-delà du rapport aux informations, aux technologies, aux dispositifs et aux documents, les perspectives de ce numéro montrent des intentions communicationnelles et des représentations tenaces qui permettent d’enrichir et de considérer la complexité de ce concept.

Disponible sur openEditions et cairn

Résilience

Article rédigé par Florence HENON et Hélène MARIE-MONTAGNAC

Étymologie et historique du terme

Employé par la médecine chinoise traditionnelle pour évoquer la capacité des systèmes vivants à se régénérer après une blessure grave, le terme de résilience apparait en Grande-Bretagne au XIXè siècle et désigne alors des individus présentant un caractère souple et une résistance physique leur permettant de faire preuve de ressort face aux événements, rejoignant par-là l’étymologie du terme latin resilire, qui signifie littéralement sauter en arrière, rebondir, mais également se rétracter, se libérer d’une contrainte (résilier un contrat). Sur le plan scientifique, le concept est initialement développé dans le domaine de la physique [1] comme la capacité d’un objet à retrouver son état initial après un choc ou une pression continue, mais aussi comme le seuil de rupture d’un corps. Dépassant le cadre des sciences exactes depuis la seconde moitié du XXè siècle, le concept de résilience rencontre aujourd’hui un vif engouement dans de nombreuses disciplines en sciences humaines et sociales.

Continuer la lecture