A propos Hélène Marie-Montagnac

Hélène Marie-Montagnac est Maîtresse de Conférences en Sciences de l'Information et de la Communication à l'Université Bordeaux Montaigne

52 | 2017 Communauté, sociabilité et bien commun: approche internationale

Sous la direction de Nicole d’Almeida, Ivone de Lourdes Oliveira et Ângela Salgueiro Marques

La communauté doit être comprise comme un processus organisant et organisé résultant de la constitution permanente de peuples, de collectifs et de groupes qui cherchent à articuler leurs singularités avec une vie sociale collective marquée par des relations de proximité et par la recherche du commun. La notion de communauté sera ici pensée comme un travail : travail de discussion de valeurs, d’élaboration de normes ou principes, travail d’auto-organisation et de stabilisation de groupes sociaux. L’approche sociologique de F. Tönnies a construit au début du XXe siècle le concept de communauté de manière binaire, distinguant les relations communautaires et les relations sociétaires et les mettant en opposition. Selon l’auteur, les relations communautaires se caractérisent par la convivialité et l’intimité fondées sur des relations de parenté ou de voisinage présentes dans les sociétés traditionnelles et rurales où se perpétuent des coutumes et habitudes liées à une économie domestique et agricole. Le passage à la modernité industrielle provoque des ruptures dans les relations de sociabilité et se développent de nouvelles formes de vivre ensemble. Si auparavant, le vivre ensemble se faisait sur la base d’affects, de complicités, de proximité et de compagnonnage, dans les relations sociétaires prédomine le mode du contrat, de la sociabilité marchande qui comporte une grande part de rationalité. Nous retenons deux pistes issues de la perspective de Tönnies. D’une part le fait que la question de la communauté se pose à un moment de transformation sociale majeure, celle que Tönnies observe en son temps et celle que nous connaissons un siècle plus tard, dans nos sociétés mondialisées, globalisées et numérisées. D’autre part, nous en retenons l’importance de la question des relations en présence, relations aujourd’hui renouvelées, complexifiées et dont nous proposons d’explorer la dimension agissante, notamment dans la perspective des formations-transformations sociales en cours de part et d’autre de l’Atlantique. Ce dossier met ainsi en question et en débat les manières de comprendre les relations entre organisations et communautés, envisageant le rôle des conflits, la présence de formes de violence, les tentatives d’instauration d’une justice économique et sociale, au point d’articulation entre intérêts corporatifs et demandes sociales-civiques (Deetz 1992, Bauman 2003). Ceci souligne le croisement existant entre les perspectives sociale, économique et historique présentes dans le concept de communauté.

Disponible sur OpenEdition.org et Cairn.

Résilience

Article rédigé par Florence HENON et Hélène MARIE-MONTAGNAC

Étymologie et historique du terme

Employé par la médecine chinoise traditionnelle pour évoquer la capacité des systèmes vivants à se régénérer après une blessure grave, le terme de résilience apparait en Grande-Bretagne au XIXè siècle et désigne alors des individus présentant un caractère souple et une résistance physique leur permettant de faire preuve de ressort face aux événements, rejoignant par-là l’étymologie du terme latin resilire, qui signifie littéralement sauter en arrière, rebondir, mais également se rétracter, se libérer d’une contrainte (résilier un contrat). Sur le plan scientifique, le concept est initialement développé dans le domaine de la physique [1] comme la capacité d’un objet à retrouver son état initial après un choc ou une pression continue, mais aussi comme le seuil de rupture d’un corps. Dépassant le cadre des sciences exactes depuis la seconde moitié du XXè siècle, le concept de résilience rencontre aujourd’hui un vif engouement dans de nombreuses disciplines en sciences humaines et sociales.

Continuer la lecture

À propos de la revue

Fondée en 1991, la Revue Communication & Organisation est la seule revue scientifique francophone dédiée à la communication des organisations sous toutes leurs formes : entreprises, institutions, associations, etc. Le premier numéro de la revue a été publié en 1992, sa diffusion est semestrielle. Éditée par les Presses universitaires de Bordeaux, cette publication internationale ouvre ses colonnes à des chercheurs reconnus, à de grandes signatures, à de jeunes chercheurs aussi, dont on ne saurait méconnaître l’originalité de l’apport. Elle publie des articles scientifiques sur la base d’une expertise en double aveugle, avec un grand souci de rigueur, pour promouvoir une recherche répondant aux standards de qualité les plus élevés.

S’adressant à tous ceux, universitaires, étudiants et praticiens, qui sont soucieux d’approfondir leur réflexion sur la communication des organisations, elle consacre dans chaque livraison un important Dossier à un domaine ou un aspect particulier de celle-ci. Des articles hors dossier permettent une souplesse par rapport à la thématique. Une bibliographie commentée et des informations sur les tendances de la recherche en France et à l’étranger, grâce à un réseau de correspondants en Europe, en Amérique du Nord et en Afrique, constituent une aide précieuse à l’actualisation des connaissances.

Communication, organisation et société

Ce carnet a pour objectif de rendre compte des travaux menés par l’équipe de chercheurs réunis dans l’axe COS (Communication, Organisation et Société) du MICA (Médiations, Informations, Communication et Arts, EA,4426 de l’Université Bordeaux Montaigne). Il s’adresse à des scientifiques comme à un public d’étudiants et de professionnels intéressés par la communication des organisations.

Crédits :

  • Rédactrices en chef : Elizabeth Gardère, Hélène Marie-Montagnac, Nadège Soubiale.
  • Équipe de rédaction :  Valérie Carayol, Delphine Dupré, Marlène Dulaurans, Elizabeth Gardère, Aurélie Laborde, Hélène Marie-Montagnac, Nadège Soubiale,  Eloria Vigouroux-Zugasti