CAPABILITES

Article rédigé par Nadège SOUBIALE

L’économiste Amartya Sen, prix nobel d’économie 1998, introduit en anglais dans les années 1980 le terme de « capabilities » pour désigner, non pas des capacités ou compétences des individus au sens de leurs performances dans un domaine d’action, mais bien leurs possibilités de choisir, en fonction de leurs besoins personnels, et parmi plusieurs opportunités que leur offre leur environnement, les biens qu’ils leur apparaissent comme les plus souhaitables dans leur situation, et qu’ils sont effectivement en mesure d’acquérir dans leurs conditions spécifiques. 

L’approche par les capabilités permet de reconnaître aux individus, dans la société où ils évoluent, une sorte de liberté positive pour atteindre leurs objectifs de développement (notamment vitaux dans les pays économiquement pauvres), sans pour autant être entravés ou contraints par des standards de développement économique qui ne leur sont pas accessibles, tels ceux définis par les indicateurs habituels de développement issus des théories économiques libérales classiques (possession de biens matériels, salaires…).

En français, le terme est traduit par « capabilités », et dans les deux langues, il correspond à l’idée de « libertés substantielles ». Les « capabilités » renvoient donc à des indicateurs sociaux de développement tels que Amartya Sen (2002, 2010, trad. fr.) les a développés et tels qu’ils ont été repris par le PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement) dans son rapport sur le développement humain.

Les capabilités s’inscrivent donc dans une véritable théorie du choix social, mais un choix qui ne découle pas de la seule volonté des individus. Ce choix social concerne les gouvernements et décideurs politiques qui, selon Sen, devraient être plus attentifs aux opportunités réelles offertes aux individus dans l’environnement politique, économique, social et culturel où ils évoluent, pour que ces individus puissent exercer les droits qui leur sont octroyés par la loi dans une société donnée. Par exemple, permettre à tous les citoyens de voter ne veut pas dire qu’ils sont égaux devant ce droit, si on tient compte des inégalités d’accès à l’éducation, à la culture, et même dans certains cas à leur mobilité géographique pour atteindre les bureaux de vote.

Avec ce concept, Sen critique les théories utilitariste et rawlsienne[1] de la justice sociale qui lui paraissent beaucoup trop abstraites – les possibilités de liberté individuelle ne pouvant se comprendre que si on tient compte des inégalités réelles entre les personnes d’une société donnée (inégalités économiques mais aussi politiques, sociales, ethniques, culturelles…) :

« Une personne peut disposer d’un revenu plus élevé et d’une ration alimentaire plus abondante que ceux d’un autre individu, mais disposer néanmoins d’une moindre liberté de mener une existence de personne bien nourrie, en raison d’un métabolisme basal plus élevé, d’une plus grande vulnérabilité aux maladies parasitaires, d’une plus grande taille, ou d’une grossesse. De même, lorsqu’on aborde le problème de la pauvreté dans les pays riches, il faut tenir compte du fait que nombre de « pauvres », en termes de revenus et d’autres biens premiers, présentent également des caractéristiques – âge, handicap, mauvais état de santé, etc. – qui leur rendent plus difficile la conversion des biens premiers en capabilités de base, telles que la capacité de se déplacer, de mener une vie saine et de prendre part à la vie de la collectivité. Ni les biens premiers ni les ressources définies plus largement ne peuvent rendre compte de la capabilité dont jouit effectivement une personne. » (Sen, 2002, p. 221)

Ainsi définies par Sen depuis les années 1980, les capabilités des personnes n’ont pas seulement mobilisé l’intérêt et l’attention d’organisations internationales de développement comme le PNUD[2], mais aussi ceux de chercheurs qui, en sciences humaines et sociales, s’interrogent sur les possibilités d’améliorer ou d’accroître la justice sociale pour les personnes touchées par les inégalités, quels que soient l’origine (économique, politique, économique, culturel, social…) de ces inégalités et l’endroit du monde où vivent des personnes (cf. Nussbaum, 2012).

La notion de « capabilités » dans la théorie de la justice sociale rappelle ainsi ce que le philosophe Axel Honneth (2013) développe dans sa théorie de la reconnaissance sociale, à propos des capacités des individus, toujours dans leur contexte culturel et social spécifique, à assurer leurs attentes de confiance en soi, mais aussi de respect et d’estime de soi. Sur ces questions, une autre philosophe critique, Nancy Fraser (2011), estime dans sa théorie de la justice sociale, que la redistribution des ressources (via des décisions politiques notamment) est néanmoins une condition nécessaire à la satisfaction de la reconnaissance sociale des individus.

La notion de « capabilités » de Sen, quelles que soient les questions qu’elle soulève (cf. Mahieu, 2015), peut intéresser les chercheurs et praticiens qui s’interrogent sur les inégalités et la souffrance au travail dans les organisations contemporaines, dès lors que des phénomènes de comparaison sociale et des exigences d’efficience participent des risques psychosociaux[3] et de burnout2, et plus largement des phénomènes de précarisation2, de marginalisation2 et d’invisibilité2 au travail.  

Appréhender les problématiques du travail et de l’emploi à l’aune de la notion senienne de capabilités constitue un enjeu de taille pour les disciplines qui interrogent les mutations des inégalités professionnelles et salariales dans les organisations contemporaines, si l’on se reporte et au peu de travaux existant dans l’espace de recherche francophone en SHS sur le sujet, et aux controverses théoriques et méthodologiques suscitées par la notion même dans le champ du travail.

Nonobstant les limites et les critiques de la portée paradigmatique de la notion, et les usages politiques ou académiques parfois trop encenseurs dont elle porte la marque, « l’approche par les capabilités (au travail) peut sans conteste s’inscrire dans une réflexion sur toute une classe de phénomènes sociaux touchant au changement, illustrée dans le domaine du travail par les thèmes de l’insertion professionnelle, de la mobilité fonctionnelle, de la reconversion professionnelle, etc., le tout selon une voie de plus en plus empruntée visant à comprendre l’articulation entre parcours sociaux et politiques publiques. » (Julhes, 2016).

 

Bibliographie

FRASER, Nancy, 2011. Qu’est-ce que la justice sociale ? Reconnaissance et redistribution. Paris : La Découverte. ISBN : 9782707167897

HONNETH, Axel, 2013. La lutte pour la reconnaissance. Paris : Gallimard. ISBN : 9782070443574

JULHE, Samuel, 2016. L’approche par les capabilités au travail. Usages et limites d’une économie politique en terre sociologique. In : Revue française de sociologie. Vol. 57, n°2, p. 321-352. ISSN 0035-2969

MAHIEU, François Régis, 2015. « Une lecture épistémologique de la capabilité ». Séminaire du CREM, université de Caen, [en ligne], octobre 2015 [consulté le 14 mars 2019]. https://studylibfr.com/doc/1360558/une-analyse-critique-de-la-capabilité

NUSSBAUM, Martha, 2012. Capabilités. Comment créer les conditions d’un monde plus juste ? Paris : Flammarion. ISBN : 978-2-08-127077-0.

SEN, Amartya, 2002. Éthique et économie : et autres essais, Paris : PUF. ISBN : 2-13-052046-4.

SEN, Amartya, 2010. L’idée de justice. Paris : Flammarion. ISBN : 9782081270695.

 

Notes :

[1] La théorie de la justice de John Rawls est fondée, entre autres, sur l’exigence de « biens premiers » ou « biens utiles », indépendamment des projets de vie de chacun. Ils peuvent être naturels (intrinsèques aux individus et non contrôlés par les institutions, comme par exemple la santé, les capacités ou dons de chacun …) ou sociaux (liberté et droits fondamentaux (respect de soi…) auxquels tout individu a droit, et qui sont cette fois-ci garantis institutionnellement.

[2] Programme des Nations Unies pour le Développement : https://www.undp.org/content/undp/fr/home/about-us.html

[3] Ces autres notions seront développées dans d’autres fiches de présentation des concepts liés aux vulnérabilités sur https://cos.hypotheses.org dans les mois à venir.