Accompagnement

Article rédigé par Valérie CARAYOL et Maëlle CROSSE

L’homme « post moderne » renoue avec un nouveau nomadisme qui fait de lui un homme mobile mais aussi d’une certaine façon labile. Il est de plus en plus mobile physiquement, dans l’espace géographique grâce aux transports qui se démocratisent, mais aussi grâce aux outils de communication qui permettent une forme d’ubiquité. Il est aussi de plus en plus labile, dans le sens où il est aussi plus détaché et moins stable dans ses attachements et ses points de fixation, qu’il s’agisse du lieu de naissance, de l’emploi, du couple, ou de la famille en général.  Il est amené et invité à se transformer, à prendre en charge son avenir, à anticiper ses trajectoires de vie professionnelles et personnelles, pour répondre à l’idéologie du projet qui irrigue désormais tous les plans de l’activité, et à l’idéologie de la responsabilité, qui invite tous les individus à développer leurs compétences pour faire face aux exigences de la vie en société et de la vie au travail.

Dans ce parcours qui fait du développement de ses propres compétences et du développement dit « personnel » une exigence sociale, la notion d’accompagnement prend tout son sens. L’injonction à la transformation continue de soi, au développement de ses compétences, à la mobilité, à « l’employabilité », invite à trouver des ressources dans son environnement pour servir d’étayage à des mutations qui ne se font plus dans le cadre sécurisé des institutions traditionnelles. La labilité des individus et la fragilisation des institutions traditionnelles dans la post modernité, font que ces derniers se retrouvent parfois isolés, éloignés des ressources sociales qui pourraient les aider à traverser des épisodes de mutation importants pouvant conduire à des situations de vulnérabilité.  

Le recours à des pratiques d’accompagnement, dans ces situations de changement, est alors soit l’aboutissement d’une démarche de conseil, de formation, ou encore d’une injonction managériale ou de celle d’un conseiller en insertion professionnelle ou encore le résultat d’une décision personnelle de l’individu qui pense trouver par ce biais des ressources pour faire face aux enjeux qui sont les siens et remédier aux défauts de ressources, aux sources de vulnérabilité, qu’il a pu ressentir ou identifier.

L’accompagnement se distingue de la formation, dans le sens où il s’agit souvent d’une démarche conjointe d’un accompagnant et d’un accompagné, dans une perspective individualisée de réponse à des besoins particuliers, où la relation prime sur des contenus éventuels d’apprentissage, et où les pratiques de communication interpersonnelles sont essentielles. Comme le souligne de manière pertinente Jacques Ardoino (2000), la démarche relève d’un processus temporel où le temps de la maturation et de l’évolution est primordial : « L’accompagnement, qui suggère immédiatement l’espace (le cheminement commun, le “bout de route” fait ensemble) ne peut toutefois se comprendre proprement que dans le temps et l’histoire vécus. »

De quoi sont faites ces pratiques d’accompagnement et en quoi consistent-elles ?

Selon Maela Paul (2003) la relation d’accompagnement comporte cinq caractéristiques :

« 1) elle est asymétrique : elle met en présence au moins deux personnes “d’inégales puissances”,

2) contractualisée : elle associe ces personnes sur la base d’une visée commune, le contrat

étant l’opération par laquelle une disparité de forme est compensée par une parité de fond,

3) elle est circonstancielle : la relation d’accompagnement est due à un contexte, à une situation ou à la traversée d’une période particulière

– en conséquences, elle est :

4) temporaire : elle ne dure qu’un temps (elle a un début et une fin),

5) elle est enfin co-mobilisatrice : puisqu’elle implique de s’inscrire, l’un et l’autre, dans un mouvement. » (p. 3)

L’accompagnement s’est développé dans un cadre méthodologique et technique qui a été apporté notamment par la psychanalyse et la psychologie clinique (Le Bouëdec et al., 2001). Les travaux de Rogers (2005) mettent ainsi en avant l’idée que l’individu dispose des ressources nécessaires pour se développer. L’instauration d’une relation de confiance et d’un climat sécurisant doit alors permettre au sujet d’accéder à ses propres ressources. L’accompagnement implique donc une posture spécifique, d’accueil et d’écoute. En effet, il n’est pas question de « supplanter [l’accompagné] en prenant sa place ou le devant de la scène, ou la direction des événements, ou tout simplement en prenant l’initiative » (Le Bouëdec et al., 2001, p. 52). L’accompagnateur doit rester à côté, adopter une posture tierce, car l’accompagné est « le seul capable en définitive de décider où il veut aller et comment il entend s’y prendre » (Ardoino, 2000).

L’accompagnement consiste ainsi à offrir des conditions favorables au propre cheminement de l’accompagné (Jullien, 2007). Cela ne signifie pas qu’il faut mettre en place un protocole particulier mais, à travers une « parole incitative », il faut « mettre [l’accompagné] sur la voie » pour lui permettre de cheminer par lui-même (Ibid.). Une telle perspective suppose d’abandonner l’idée d’un idéal à poursuivre qui constituerait l’aboutissement de l’accompagnement, au profit d’un déroulement dont on ne sait quelle en sera la fin. Cette idée de cheminement se retrouve dans l’étymologie même du verbe accompagner (Paul, 2009a). En effet, pour Paul, accompagner signifie « se joindre à quelqu’un (dimension relationnelle), pour aller où il va (dimension temporelle et opérationnelle), en même temps que lui : à son rythme, à sa mesure, à sa portée » (Ibid., p. 95-96). La dimension de cheminement s’articule donc avec une dimension relationnelle. La dimension opérationnelle est subordonnée à cette dimension relationnelle, puisque « c’est la relation qui permettra à l’accompagnement de se poursuivre et d’aboutir » (Biémar, 2012, p. 31). Parce que le chemin se construit dans la relation à l’autre, accompagner implique d’agir dans l’incertitude permanente (Charlier, Biémar, 2012). Une dimension de coopération émane de cette double dimension. Elle ne peut être considérée comme un objectif à atteindre mais comme un principe guidant l’action (Paul, 2009a).

Ce processus de coopération s’inscrit dans une visée d’autonomisation. En effet, le paradoxe de l’accompagnement réside dans cette finalité qui est de ne plus exister, puisqu’il s’agit pour celui qui accompagne d’aider « l’accompagné à être le maître d’œuvre de son projet » (Biémar, 2012, p. 21). Le rôle de l’accompagnateur est alors de créer des espaces propices à la réflexivité, pour permettre à l’accompagné de construire lui-même le sens de ce qu’il vit et recherche (Le Bouëdec et al., 2001). L’accompagnement peut ainsi être considéré comme « un pari sur l’Autre » qui à la fois nécessite une confiance en la compétence de l’Autre et « mise sur la potentialité de l’Autre de se développer » (Charlier, Biémar, 2012, p. 155). Le développement de cette capacité passe par une construction intérieure de soi (Paul, 2009b). Tout accompagnement touche ainsi à la question de la construction identitaire et au besoin de reconnaissance auquel il participe. En effet, reconnaître l’autre permet de mieux se reconnaître soi-même et ainsi d’être mieux reconnu (Kourilsky, 2014). Parce que la connaissance de l’autre ou de soi n’est jamais achevée, elle ne peut être que partielle : « passer de la connaissance à la reconnaissance de l’autre semble être un chemin plus efficace pour exploiter les effets d’influence d’un dialogue respectueux. Le dialogue est l’instant suprême de la reconnaissance de l’autre » (Ibid., p. 115). L’individu évoluera donc plus facilement s’il se sent respecté et reconnu dans son identité.

Amener la personne vulnérable à être en capacité d’agir sur le monde environnant, et en particulier sur sa pratique professionnelle suppose de développer une démarche réflexive. Dans le cadre d’un accompagnement professionnel, il s’agit de « permettre à l’accompagné de mieux comprendre ses situations de travail, d’accroître son pouvoir d’agir et ainsi d’être en mesure d’améliorer ses pratiques à partir d’une meilleure intelligibilité de celles-ci » (Charlier, Roussel et Dejean, 2012, p. 96). Le rôle de l’accompagnateur est alors d’aider le praticien à se distancier de ces situations. Il aide l’accompagné à formaliser ses pratiques pour mieux les comprendre, pour pouvoir les analyser et les transformer. En cela, l’accompagnement est « un processus de construction d’un langage commun » qui favorise l’intelligibilité des pratiques et des situations (Charlier, Biémar, 2012, p. 156). En référence à Donnay, Paul (2009b) précise que la réflexivité ne peut se développer qu’à travers une double distanciation quant à la situation et quant à soi-même. Cette double distanciation implique de l’intersubjectivité qui est introduite notamment par le dialogue. L’accompagnement peut ainsi être appréhendé comme une médiation qui facilite la construction d’un sens partagé (Pybourdin, 2010). Cette médiation vise à soutenir l’apprentissage de nouvelles compétences et à amener l’individu à dépasser ses représentations, dans une articulation entre le singulier et le collectif. Puisque les connaissances s’élaborent en contexte, l’accompagnateur se doit d’user « du langage, du texte, du cotexte et du contexte pour agir sur les représentations et construire un sens partagé dans l’interaction et l’interénonciation » (Ibid.).

Le processus d’accompagnement s’inscrit le plus souvent dans un cadre institutionnel. L’action de l’accompagnateur est alors guidée par une vision institutionnelle qui en fixe le cadre (Charlier et Biémar, 2012). Ce faisant, l’institution apporte des garanties d’un point de vue éthique, et donne ainsi l’autorité pour accompagner (Le Bouëdec, 2001). Cependant, elle peut aussi représenter un risque de manipulation puisqu’elle « influence la représentation que les accompagnés se font du processus et leurs attentes par rapport à celui-ci » (Charlier, Biémar, 2012, p. 155). En tension entre un cheminement dont on ne sait pas où il aboutira ni même s’il aboutira et une demande institutionnelle d’efficacité, l’accompagnement est « une pratique risquée » qui nécessite des repères (Vial et Caparros-Mencacci, 2007). Le questionnement éthique permet d’apporter ces repères car l’accompagnement ne peut avoir lieu que si des valeurs s’incarnent dans la relation (Paul, 2009b). Les accompagnateurs, en contexte institutionnel et organisationnel doivent alors prendre du recul quant au système auquel ils participent et en même temps parfois désapprouvent. Ils doivent se positionner en « producteurs d’un sens négocié, résultant d’un dialogue et d’une parole partagée » (Ibid., p. 56). En effet, il ne s’agit pas tant de supprimer les paradoxes qui font problème mais bien de pouvoir les dépasser en décentrant ses perceptions, en interrogeant les pratiques professionnelles souvent considérées uniquement sous l’angle de l’efficacité et de la productivité, de manière différente, sous l’angle du sens et de la légitimité. C’est un véritable défi qui nécessite un travail réflexif d’équipe au sein des institutions et la prise en compte des temps de maturation, d’apprentissage et d’évolution des individus qui les font vivre.

Bibliographie

ARDOINO, Jacques, 2000. De « l’accompagnement », en tant que paradigme. In : Pratiques de formation/Analyses [en ligne], décembre 2000 [consulté le 25 septembre 2017]. ISSN 0292-2215.

BACHELARD, Dominique, 2002. Approche critique de la « transitologie » socio professionnelle et dérives des logiques d’accompagnement. In : Education permanente. Vol. 4, n° 153, p. 109-119. ISSN 0339-7513.

BIEMAR, Sandrine, 2012. Chapitre 1. Accompagner un groupe d’enseignants dans une école : une grille de compétences. In CHARLIER, Evelyne et BIEMAR, Sandrine. Accompagner. Un agir professionnel. Louvain-La-Neuve : De Boeck Supérieur. p. 17-33. ISBN 9782804168902.

BIEMAR, Sandrine et CASTIN, Jean, 2012. Chapitre 2. La posture singulière d’un pair accompagnateur. In CHARLIER, Evelyne et BIEMAR, Sandrine. Accompagner. Un agir professionnel. Louvain-La-Neuve : De Boeck Supérieur. p. 35-55. ISBN 9782804168902.

BOUCENNA, Sephora et CHARLIER, Evelyne, 2012. Chapitre 7. Accompagnement d’équipes d’enseignants, entre recherche et développement professionnel. In CHARLIER, Evelyne et BIEMAR, Sandrine. Accompagner. Un agir professionnel. Louvain-La-Neuve : De Boeck Supérieur.  p. 127-138. ISBN 9782804168902.

BOULDOIRES, Alain et CARAYOL, Valérie, 2011 (Dir).  Discordances des temps, Rythmes temporalités urgence à l’ère de la globalisation de la communication. Pessac, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine. ISBN 978-2-85892-407-3.

BOUTINET, Jean-Pierre, 2002. Questionnement anthropologique autour de l’accompagnement. In : Education permanente. Vol. 4, n° 153, p. 241–250. ISSN 0339-7513.

BIEMAR, Sandrine et CHARLIER, Evelyne, 2012. Accompagner. Un agir professionnel. Louvain-La-Neuve : De Boeck Supérieur. ISBN 9782804168902.

CHARLIER, Evelyne, ROUSSEL, Jean-François, DEJEAN, Karine, 2012. Chapitre 5. Analyse de l’accompagnement de deux programmes universitaires de gestion de la formation et du changement. In CHARLIER, Evelyne et BIEMAR, Sandrine. Accompagner. Un agir professionnel. Louvain-La-Neuve : De Boeck Supérieur.  p. 91-105. ISBN 9782804168902.

CLOET, Héloïse et VERNAZOBRES, Philippe, 2012. La place du coaching dans l’accompagnement de l’entrepreneuriat : l’évolution des idées et des pratiques en France, sa traduction dans les faits en Languedoc-Roussillon. In : Management & Avenir. Vol. 3, p. 121-141. DOI 10.3917/mav.053.0121.

IVANAJ, Silvester et PERSSON, Sybil, 2012. Le mentoring à la française : un processus informel, silencieux mais efficient. In : Management & Avenir. Vol. 5, n° 55, p. 79-97.

JULLIEN, François, 2007. Repérer les impensées de notre pensée pour penser l’accompagnement. In : Penser l’accompagnement adulte. Presses Universitaires de France « Hors collection ». S.l. : s.n. p. 209‑226. ISBN 978-2-13-056211-5.

KOURILSKY, Françoise, 2014. Du désir au plaisir de changer: le coaching du changement. Paris : Dunod. ISBN 978-2-10-070796-6.

LE BOUËDEC, Guy, DU CREST, Arnaud et PASQUIER, Luc, 2001. L’accompagnement en éducation et formation : un projet impossible ? Paris : Défi-Formation, L’harmattan. ISBN 2-7475-0332-1.

PAUL, Maela, 2003. Ce qu’accompagner veut dire. In : Carriérologie. 2003. Vol. 9, n° 1 et 2, p. 24.

PAUL, Maela, 2009a. Accompagnement. In : Recherche et formation. 1 septembre 2009. n° 62, p. 91‑108. DOI 10.4000/rechercheformation.435.

PAUL, Maela, 2009b. L’accompagnement dans le champ professionnel. In : Savoirs. 2009. Vol. 20, n° 2, p. 11. DOI 10.3917/savo.020.0011.

PYBOURDIN, Isabelle, 2010. TIC et changement organisationnel : approche par l’accompagnement. In : Communication et organisation. 1 juin 2010. n° 37, p. 139‑152. DOI 10.4000/communicationorganisation.1302.

ROGERS, Carl, 2005. Le développement de la personne. Paris : Dunod-InterEditions. ISBN 2-10-049238-1.

VIAL, Michel, CAPARROS-MENCACCI, Nicole et DE KETELE, Jean-Marie, 2007. L’accompagnement professionnel?: méthode à l’usage des praticiens exerçant une fonction éducative. Bruxelles : De Boeck. ISBN 978-2-8041-5518-6.