Ubérisation

Article rédigé par Claire D’HENNEZEL, Gino GRAMACCIA

Uber et l’ubérisation symbolisent une nouvelle forme d’innovation organisationnelle considérée comme révolutionnaire et comparée à ce titre, au fordisme. L’innovation de l’entreprise californienne Uber repose sur une plate-forme digitale mettant en relation des travailleurs indépendants, les chauffeurs, réalisant des services de transport et des utilisateurs. Par extension, le terme « ubérisation » désigne le phénomène de « plateformisation » des relations économiques au sein de divers secteurs économiques, dans le cadre général de la révolution digitale ayant donné naissance à l’économie collaborative. La spécificité de l’ubérisation tient à la vitesse de diffusion des innovations numériques et aux bouleversements qu’elles génèrent dans les modèles économiques classiques.

Cette transformation des relations économiques fait aujourd’hui largement débat. En cause, le développement de plates-formes digitales et des applications mobiles à l’origine d’un nouveau consumérisme, l’extension d’un libre marché déréglementé [1], les transformations du travail salarié vers une plus grande flexibilité, le peu de souci qu’accordent les propriétaires des plates-formes au droit social, les difficultés de gestion que rencontrent les pouvoirs publics (dans le cas d’Airbnb, par exemple).

Le phénomène de l’ubérisation intéresse les SIC car l’information et la communication sont au cœur de ces systèmes de plateforme technologique. L’ubérisation interpelle les spécialités de la communication organisationnelle dans une perspective critique. Le modèle économique d’Uber, qui intègre, sur une plateforme digitale, l’application, les clients du service, les « autoentrepreneurs » coursiers, le fournisseur, est prétexte à une idéalisation digitale au sens où nulle contrainte matérielle, juridique, sociale, commerciale, psychologique ne vient entraver le processus de transaction, ce que les adeptes de l’entreprise digitale appellent l’« effet waouh » (EYCHENNE, STRONG, 2017). Cette économie du « temps réel » dans la consommation d’un service s’apparente alors à une économie de la jouissance et de la surprise : le service est acquis dès l’instant où il est cliqué. Dans ce type d’organisation digitale, le client est donc au centre : il ne souffre d’aucune contrainte de norme, d’aucune incertitude liée à malentendu, d’aucun facteur de risque imputable à une réclamation ou revendication.

Quelles sont alors les logiques sociales, et notamment les logiques des nouvelles relations de travail, des phénomènes communicationnels et informationnels présents dans les relations sociales et organisationnelles du modèle Uber ?

Ces plates-formes ne suscitent-elles pas de nouvelles pathologies sociales «  des relations ou des évolutions sociales [qui] portent atteinte, pour nous tous, aux conditions de la réalisation de soi (HONNETH). Une approche critique permettra d’examiner l’ubérisation, aussi comme un ensemble de «processus sociaux de développement qui doivent être compris comme des préjudices portés aux possibilités d’une « vie bonne » pour les membres de la société (FISCHBACH) du fait d’une relation intermédiée par la technologie de l’ordinateur.

Dans le prolongement de l’étude des pathologies sociales, l’ubérisation alimentera les réflexions en cours sur le constat de limites des instances régulatrices qui peinent à imposer des règles à l’échelle transfrontalière là où les groupes financiers et économiques transnationaux dominent le monde à l’insu des gouvernements et états nationaux.

Dans cette économie du réseau numérique, au partage informationnel des utopistes du Web se substituent des partages de biens matériels et des usages associés [2] à l’origine de nouvelles logiques marchandes sous couvert symbolique de relations de partage et de confiance. Ainsi les formes nouvelles de coopération numérique porteraient la marque du « solutionnisme », cette idéologie idyllique selon laquelle la résolution des problèmes sociaux serait à la portée d’un clic.

Ce courant de pensée (critiqué par Morozov) trouve son prolongement dans ce qu’il est convenu d’appeler le « social washing », autrement dit cette politique de communication interne qui consiste à idéaliser, au moyen d’un discours socialement responsable, une conception du travail qui met en valeur l’engagement individuel du salarié. Les technologies numériques – et en particulier les plates-formes de l’économie collaborative – auraient pour vertu de prévenir ou de résoudre les problèmes sociaux complexes au prétexte d’une responsabilisation forte des individus. Les initiateurs du discours solutionniste sont ceux qui, précisément, dans une perspective néo-libérale, prophétisent une société maintenant régulée par les technologies numériques, une économie du partage, une collaboration fondée sur la confiance, une vision des collectifs de travail rapprochant des individus engagés et responsables.

L’ubérisation se pare du nouveau visage de la croissance économique : celui de la valorisation idéalisante du paradigme de la destruction créatrice schumpétérienne. Ainsi, les plates-formes digitales revendiquent une double performance économique : d’une part un renouvellement des stocks d’emplois grâce au déploiement du travail indépendant et d’autre part, une augmentation rapide des gains de productivité via l’optimisation organisationnelle fournie par la plate-forme. Ce phénomène découlerait de la conjonction de trois facteurs : « l’aspiration à l’autonomie d’un nombre croissant de travailleurs, un taux de chômage élevé persistant, l’accroissement du cumul d’activités, salarié et indépendant (BARTHELEMY J., 2017).

Cette économie collaborative rencontrerait également l’assentiment des consommateurs qui y verraient la faculté opportune d’optimiser leur pouvoir d’achat via la suppression des intermédiaires. Elle correspondrait, enfin, à une aspiration des jeunes générations à davantage de transparence, de désintermédiation et d’indépendance.

Mais ne doit-on pas prendre en compte les phénomènes qui y sont associés et qui sont moins engageants ? Le phénomène de l’ubérisation n’opèrerait-il pas, à divers niveaux, une remise en cause des modèles de la société salariale et de ses institutions ? Plus largement, les récents progrès en faveur d’une gouvernance équilibrée, plus éthique et soutenable, ne devraient-ils pas être reconsidérés, l’ubérisation contribuant à faire basculer le délicat équilibre des forces entre les détenteurs de capitaux et l’identité sociale et professionnelle des travailleurs indépendant qui sont affiliés à ces plates-formes ?

L’ubérisation met en œuvre des formes d’externalisation du travail qui se développent massivement, modifient profondément le rapport salarial en donnant lieu à des situations d’emploi « hybrides » qui ne sont ni vraiment du salariat, ni vraiment du travail indépendant et qui échappent en partie au Code du travail dans sa forme actuelle. La relation employeur-salarié est brouillée, complexifiée par ces reconfigurations structurelles de la division sociale du travail.

Par ailleurs, on assiste ainsi à une érosion du système des régulations de la société salariale. «Les formes de socialisation et les protections qui assuraient la cohésion sociale sont affaiblies, mais elles n’ont pas disparu. » (HELARDOT)

On peut alors considérer que l’ubérisation renforce la crise de légitimité des institutions classiques de prise en charge de la solidarité sociale en favorisant un individualisme grandissant. «Cela tient au fait qu’on ne leur fait plus confiance pour construire la cohésion sociale en transmettant aux acteurs sociaux les habitudes et les savoir-faire nécessaires pour participer à l’existence collective » (CASTEL).

Ce phénomène contribue au retour de l’insécurité sociale (Robert Castel) due au développement du chômage de masse d’une part mais aussi au développement de la précarisation des emplois (PAUGAM).

L’ubérisation contribue, par ailleurs, au renforcement du pouvoir des détenteurs de capital au détriment de celui des professionnels. En effet, il existe un rapport de force dans les organisations entre une double source de pouvoir et de légitimité : les dirigeants qui détiennent le pouvoir de leur apport en capital et les professionnels de métier dont le pouvoir résulte de leur apport de connaissance du métier. Les salariés non professionnels sont doublement exclus de la sphère du capital et du domaine des compétences. Ce modèle est instable, les dirigeants tentant de réduire l’autonomie et le pouvoir des professionnels en s’assurant par des voies diverses le contrôle direct du travail (DUBAR). La « plateformisation » des relations économiques met en œuvre des méthodes de management qui favorisent cette tendance.

L’ubérisation doit être regardée comme l’illustration et la cause d’une profonde modification de notre système économique et social. La complexité de son approche réside dans le paradoxe qu’elle traduit : d’une part un bénéfice économique au service su système productif et des consommateurs, d’autre part une remise en cause d’un système social, fruit d’une longue histoire non linéaire de luttes, de négociations et de progrès.

 

Bibliographie

AKOUN, André, ANSART, Pierre. Dictionnaire de sociologie. Paris: Le robert Seuil, 1999.

BARTHELEMY J., CETTE, G. Travailler au XXIè siècle. Paris: Odile Jacob, 2017.

BOREL Simon, MASSE David, DEMAILLY Damien, « L’économie collaborative, entre utopie et big business », in Esprit, juillet 2015, ° 416, p. 9- 17

BOUZON, A., MEYER, V.,. La communication organisationelle en question. Paris: L’Harmattan, 2006.

CASTEL, Robert. Mutations de la société française, les grandes questions économiques et sociales. Paris: Ques sais-je ? Presses Universitaires de France , 2013.

DUBAR, Claude. La socialisation, construction des identités sociales et professionelles. Paris: Armand Colin, 2015.

EYCHENNE Yves, STRONG Carolyn, Uberisez votre entreprise, Dunod, 2017

FISCHBACH, F. Axel Honneth et le retour aux sources de la théorie critique : la reconnaissance comme source “autre de la justice” dans E. renaud et Y. Sintomer (dir), Ou en est la théorie critique. Paris: La découverte, 2003.

France STRATEGIE. L’avenir du travail. redefinitions de l’emploi-statuts-protections. http://www.strategie.gouv.fr/publications/lavenir-travail-redefinitions-de-lemploi-statuts-protections. Éd. France Statégie. Paris, 10 Mars 2016.

HELARDOT, Valentine. «Précarisation du travail et de l’emploi, Quelles résonnances dans la construction des expériences sociales.» EMMPAN 2005: 186.

HONNETH, A. La société du mépris. Paris: La découverte, 2006.

JOURDAIN Loïc, LECLERC Michel, MILLERAND Arthur, Economie collaborative & Droit, Fyp Editions, 2016.

LINHART Danièle, La comédie humaine du travail, Erès 2015.

MOROZOV Evgeny, Pour tout résoudre, cliquez ici. L’aberration du solutionnisme technologique, Limoges, FYP Editions 2014.

PAUGAM, Serge. Le lien social. Paris: Que sais-je ? Presses Universitaires de France, 2008.

PEUGEOT Valérie, BEUSCART, Jean-Samuel, PHARABOD Anne-Sylvie, TRESPEUCH Marie, « Partager pour mieux consommer ? Enquête sur la consommation collaborative », in Esprit, juillet 2015, 416, p. 19- 29.

ROBERT Richard, « Portrait du consommateur en travailleur », in Esprit, juillet 2015, n°416, p. 66-74

SLEE Tom, Ce qui est à toi est moi – Contre Airbnb, Uber et autres avatars de l’ «économie du partage », Lux Editeur 2016.

 

 

[1] SLEE Tom, Ce qui est à toi est moi – Contre Airbnb, Uber et autres avatars de l’ «économie du partage », Lux Editeur 2016, p.33.

[2] PEUGEOT Valérie, BEUSCART, Jean-Samuel, PHARABOD Anne-Sylvie, TRESPEUCH Marie, « Partager pour mieux consommer ? Enquête sur la consommation collaborative », in Esprit, juillet 2015, 416, p. 22.