Confiance

Rédigé par Jean-Michel CAMIN

La confiance, omniprésente dans les relations humaines, est un concept difficile à spécifier (Origgi 2008 ; Weinberg 2015). Louis Quéré précise que la compréhension des processus et de ses mécanismes est devenue une préoccupation importante dans les sciences sociales et l’une des notions les plus difficiles à traiter de la philosophie (in Tazdaït 2008).

Dans nos sociétés occidentales, la confiance est un terme dense, désignant à la fois une propriété (avoir confiance) et un attribut (être ‘digne de confiance’ par exemple) et impliquant toujours la présence d’un ‘autre’. Le mot « confiance » seul n’a pas de sens, « je te fais confiance » en a un [1].

La confiance est une force qui module les relations. Elle qualifie et valorise une forme particulière d’interaction sociale en y ajoutant toute une gamme d’attributs: l’assurance, la fiabilité, l’engagement, la sécurité, l’endurance… (van Loon 2002).

Le terme de confiance est dérivé du mot latin confidere, composé de cum qui signifie ‘avec’ et fidere, qui signifie ‘fier’. Dans le dictionnaire de l’Académie française (1992), la confiance est définie ainsi :

  1. Espérance ferme que l’on place en quelqu’un, en quelque chose, certitude de la loyauté d’autrui.
  2. Espérance ferme que les autres placent en vous ; conviction qu’ils peuvent avoir de votre sincérité, de votre dévouement, de votre honnêteté.
  3. Sentiment de sécurité qu’éprouve celui qui compte sur lui-même.
  4. Sentiment d’assurance que donne la foi en l’avenir.

Selon le sociologue Russell Hardin, nous serions entrés dans la société de la défiance, au sens où nous interagissons avec davantage de personnes en qui nous n’avons pas confiance, qu’avec des gens en qui nous avons confiance (Hardin 2006). L’absence de confiance entre les personnes serait un signe de la modernité selon Laurent (2012), puisque dans les sociétés avancées on compte de moins en moins d’individus faisant confiance aux autres. La confiance interpersonnelle et les rapports de vis-à-vis seraient « la marque des sociétés archaïques » jouant de nos jours un rôle subsidiaire « au regard d’une confiance reposant surtout sur des relations institutionnelles, en particulier dans la sphère économique ». La montée en puissance du capitalisme commercial contribuant à substituer aux rapports de proximité, des mécanismes de réputation et de crédit (Watier 2008).

Si la notion de confiance suggère que l’on s’en remette à quelqu’un en s’abandonnant à sa bienveillance, tout en gardant l’espoir de ne pas s’être trompé (Laurent 2012; Origgi 2008), elle apparait également comme l’attribut d’une relation avec l’autre (personne, institution ou organisation), ou soi-même (confiance en soi). Ces « autres » figurent alors des « dispositifs de confiance » participant à réduire l’incertitude dans laquelle nous baignons (Quéré 2005).

Pour Durkheim, la confiance permet d’articuler l’ensemble de la réflexion sur la société et rejoint l’idée « d’un élément précontractuel, analytiquement antérieur à tout contrat, qui les structure et les rend possible » (Mesure and Savidan 2006).

Niklas Luhmann (2001) opère une distinction entre les deux termes, différents, de confidence (confiance assurée) et trust (confiance décidée) : « − la confiance assurée [confidence] correspond au sentiment d’assurance dans une situation où l’on n’imaginerait pas que les événements se passent autrement que tel qu’on les attend. Quand la confiance est assurée, on a confiance. Cette confiance repose sur une sorte de conviction ou de foi en l’autre, dépassant le cadre de la rationalité car on ne s’appuie pas forcément sur une analyse exhaustive des raisons pour y croire. […]

− la confiance décidée [trust], que traduit bien l’expression « faire confiance », présuppose une situation de risque que l’on pense pouvoir éviter en décidant de se fier à autrui. On fait confiance quand on peut former des « attentes, hypothèses ou croyances sur la probabilité que les actions futures de l’autre seront bénéfiques, favorables ou au moins non nuisibles à ses propres intérêts » (Robinson, 1996). Un point important est qu’en faisant confiance, on s’engage dans une relation particulière dans laquelle l’un attend que l’autre honore la confiance reçue, sans avoir la certitude qu’il en soit ainsi. Autrement dit, faire confiance comporte toujours une part de risque (que l’autre échoue, qu’il abandonne le projet commun, qu’il fasse passer ses intérêts avant les siens, etc.), lequel doit toutefois être jugé moins élevé que le risque qu’on veut éviter en se fiant à l’autre » (Karsenty 2011).

Le lien entre confiance et risque est explicite : « Sans une dimension de risque, d’incertitude, on pourrait se passer de la notion de confiance » (Origgi 2008). Cette dimension est également présente dans le champ de la communication, car la confiance « c’est ce qui permet la prise de risque dans les relations humaines, c’est le non-dit qui lie les associés face à l’explicite du contrat […] c’est ce qui permet aux actions de se coordonner, aux difficultés imprévues d’être surmontées, aux personnes de se connaitre mutuellement au-delà du strict nécessaire…c’est aussi ce qui permet l’efficacité dans les communications » (Le Cardinal et al. 1997). Les auteurs en font également un instrument de mesure puisqu’ils considèrent que « la véritable preuve de confiance vient de la nature et de l’intensité du risque que nous acceptons de prendre avec l’autre, pour l’autre » (ibid.).

A partir de trois situations interpersonnelles, Gloria Origgi (2008) identifie un élément commun à la phénoménologie de ces exemples : « nous donnons aux autres un certain pouvoir sur nous et, de la sorte, nous nous mettons vis-à-vis d’eux dans un état de vulnérabilité » tout en soulignant que cette vulnérabilité acceptée est « très rarement inconditionnelle, toujours partielle ». Pour Mayer et al. (1995), la confiance implique « la volonté de se rendre vulnérable à l’égard d’un partenaire alors que ce partenaire ne peut être contrôlé ou surveillé ». La confiance sous-entend une stratégie intermittente et graduelle de surveillance et de contrôle a posteriori qui reste liée à cette composante de soi que l’on accepte d’abandonner.

L’auteure en donne la définition suivante : La confiance n’est ni la foi, ni une croyance optimiste concernant le monde, ni une attente de fiabilité : « elle est un état cognitif et motivationnel complexe, un mélange de rationalité, de sentiments et d’engagements au sujet d’une relation avec les autres établie dans une situation comportant une dimension de risque ». L’auteure souhaite conserver une dimension cognitive pour pouvoir parler de confiance, de crainte de tomber dans l’acte de foi. C’est dans ce sens que Simmel (2013) en parle comme « d’une hypothèse sur une conduite future » et « d’un état intermédiaire entre le savoir et le non savoir. Celui qui sait tout n’a pas besoin de faire confiance, celui qui ne sait rien ne peut raisonnablement même pas faire confiance ».

La notion de réciprocité de la confiance entre les parties est un thème souvent abordé : « La confiance doit être réciproque pour être efficace, et offre la sécurité face à des éventualités futures … pour être efficace la confiance est toujours réciproque – elle ne se repose jamais sur la foi aveugle » (Giddens and Pierson in Beck 2009), d’autant plus « qu’une relation de confiance réciproque se renforce mutuellement pour chaque partie, car chaque partie à une incitation propre à être fiable » (Laurent 2009). Cette réciprocité débouchera sur la conception de la « confiance incorporée » (encapsulated trust), de Hardin (2002) ne faisant pas appel à la vulnérabilité. Pour Hardin, je te fais confiance parce que je crois qu’il est dans ton intérêt sur une question donnée de prendre en compte mes intérêts dans ton action. Ton intérêt incorpore mon intérêt. Les raisons de faire confiance sont justifiées par la valeur d’une possible coopération, « ce qui incite à la relation de confiance, c’est l’attente d’une réitération de la transaction » (Origgi 2008).

Bibliographie

ACADÉMIE FRANÇAISE. Dictionnaire de l’Académie française, neuvième édition. In A.E.A. FRANÇAISE. 1992.

BECK, U. World at Risk. Edtion ed.: Wiley, 2009. ISBN 9780745642000.

HARDIN, R. Trust and Trustworthiness. Edtion ed.: Russell Sage Foundation, 2002. ISBN 9781610442718.

HARDIN, R. Trust. Edtion ed.: Wiley, 2006. ISBN 9780745624655.

KARSENTY, L. Confiance interpersonnelle et communications de travail. Le cas de la relève de poste. Le travail humain,  2011, 74(2), 131-155.

LAURENT, É. Peut-on se fier à la confiance ? Revue de l’OFCE,  2009, 108(1), 5-30.

LAURENT, É. Économie de la confiance. Edtion ed.: Editions La Découverte, 2012. ISBN 9782707167743.

LE CARDINAL, G., J.-F. C. GUYONNET AND B. POUZOULLIC La dynamique de la confiance construire la coopéeration dans les projets complexes. Edtion ed. Paris: Dunod, 1997. XII-244 p. ISBN 2-10-003498-7 br. 149 F.

LUHMANN, N. Confiance et familiarite. Problèmes et alternatives. Réseaux,  2001, 108(4), 15-35.

MAYER, R. C., J. H. DAVIS AND F. D. SCHOORMAN An integrative model of organizational trust. Academy of management review,  1995, 20(3), 709-734.

MESURE, S. AND P. SAVIDAN Dictionnaire Des Sciences Humaines. Edtion ed.: Presses universitaires de France, 2006. ISBN 9782130531524.

ORIGGI, G. Qu’est-ce que la confiance ? Edtion ed.: Vrin, 2008. ISBN 9782711618705.

QUÉRÉ, L. Les « dispositifs de confiance » dans l’espace public. Réseaux,  2005, 132(4), 185-217.

SIMMEL, G., L. DEROCHE-GURCEL AND S. MULLER Sociologie: études sur les formes de la socialisation. Edtion ed.: Presses Universitaires de France – PUF, 2013. ISBN 9782130609384.

TAZDAÏT, T. L’analyse économique de la confiance. Edtion ed.: De Boeck Supérieur, 2008. ISBN 9782804156541.

VAN LOON, J. Risk and Technological Culture: Towards a Sociology of Virulence. Edtion ed.: Routledge, 2002. ISBN 9780415229012.

WATIER, P. Éloge de la confiance. edited by N. MONDES. Edtion ed.: Belin, 2008. 158 p.

WEINBERG, A. Qu’est-ce que la confiance ? Sciences humaines,  2015, 271(6), 22-22.

[1] “‘I trust’ makes no sense, ‘I trust you’ does”.