Flexisécurité

Rédigé par Dominique BLIN

Délimitation

Le néologisme « flexisécurité » ou « flexicurité » importé du Danemark et des Pays-Bas est devenu un concept majeur du débat européen sur le droit du travail dès les années 2000, étayé en 2006 par une publication de la Commission européenne.

Offrir plus de flexibilité à l’employeur et plus de sécurité aux salariés suppose de mener à la fois une politique concernant les licenciements et les contrats de travail, une autre concernant la protection sociale et notamment le système d’assurance-chômage, une troisième concernant le marché du travail et notamment la formation. Mais si faciliter les licenciements est une question de réglementation, renforcer la protection sociale, la formation professionnelle et généraliser l’apprentissage nécessitent des moyens importants et un engagement conséquent des partenaires sociaux. Autant de dimensions qui ont été diversement interprétées et développées en Europe (Keune, Pochet, 2009), ce qui rend les comparaisons délicates (Caune, 2013) et le concept fragile.  

La combinaison de la flexibilité du travail et de sa sécurisation, gagnante pour l’employeur comme pour l’employé, ne semble pas évidente. Le choix des indicateurs d’impact est primordial : « L’analyse et l’élaboration d’indicateurs de flexicurité reste (…) une question pertinente pour la recherche et constitue parfois la porte d’entrée d’une réflexion critique ». (Conter, 2011, p. 32).

Pour pouvoir apprécier les prises de position, il convient de distinguer les différentes formes de flexibilité : « La flexibilité peut se traduire par le recours à des instruments internes (aménagement du temps de travail, polyvalence, etc.) ou externes (sous-traitance, interim, etc.), d’une part, quantitatifs (variation du volume de travail utilisé, etc.) ou qualitatifs (polyvalence, etc.) d’autre part, le second critère de partition ne se confondant pas avec le premier (Atkinson, 1984) ». (Ramaux, 2016, p. 69 et 70).

Divergences

 La flexicurité impliquant de la flexibilité externe est souvent considérée, hormis le cas de quelques pays nordiques, comme génératrice de vulnérabilités. Elle est dénoncée aussi, plus généralement, parce qu’elle ne proposerait qu’un simple ajustement de l’emploi au marché du travail. S’inspirant des contributeurs d’un dossier spécial de Formation emploi, D. Méda suggère d’autres orientations favorables à la qualité de l’emploi ou au travail décent (Serrano, Keune, 2010).

Cette flexicurité peut cependant, à certaines conditions, ne pas être défavorable à l’employé. Une étude (Cromarias, 2010) montre, par exemple, qu’il peut y avoir des réussites quand des PME innovantes sur le plan social constituent des réseaux thématiques sur un territoire circonscrit.

La flexicurité impliquant de la flexibilité interne, quantitative et surtout qualitative, est, en revanche, souvent encouragée. A l’opposé de l’entreprise liquide (Ramaux, 2016) qui engage et se sépare de la plupart de ses employés au gré des fluctuations du marché, il existe d’autres types d’entreprises, conçues comme des entités collectives. Appelées partenariales (Aglietta et Rebérioux, 2004) ou capacitantes (Caillaud et Zimmermann, 2011), elles misent sur l’amélioration régulière des compétences et sur des adaptations fonctionnelles pour continuer à créer de la valeur. Considérant que tout doit s’inscrire dans la durée, elles se servent alors de la sécurité de l’emploi comme d’un levier.

Dimensions communicationnelles de la flexicurité : perspectives critiques

Impulsée par l’UE, la politique de flexicurité prônant une flexibilité externe mobilise de nombreux moyens de communication institutionnels. Nous sommes plus particulièrement, à ce niveau, dans le domaine des rapports de pouvoir. Plusieurs conceptions de l’UE s’opposent. Les études communicationnelles pourraient investir la question du dialogue social européen et s’intéresser aux dispositifs susceptibles de le mettre en œuvre.

Les enjeux se situent également dans le cadre étatique. Si on met en avant l’état social (Ramaux, 2006), il est utile de se demander en quoi les représentations concernant la mobilité, l’emploi, le chômage, l’insécurité, etc. peuvent favoriser son développement. L’examen des nouvelles politiques étatiques de l’emploi (Fayolle, Guyot, 2014) suggère de s’intéresser au processus d’accompagnement et aux moyens de communication mis en œuvre pour apprécier jusqu’où ils révèlent ou négligent les vulnérabilités engendrées.

Plusieurs approches communicationnelles sont également envisageables au niveau entrepreneurial. Considérer les types de médiation et de coopération mobilisés dans les cas de flexicurité « réussie » (satisfaisante pour l’employeur et pour l’employé sur le long terme) fondée sur l’ancrage territorial et l’innovation, peut permettre de mieux dénoncer les schémas utilisés quand la flexicurité impliquant une flexibilité externe favorise les vulnérabilités.

Le rôle stratégique de la communication est confirmé dans un contexte de mutations organisationnelles (Gallot, Le Möenne, 2015). Elle peut donc accompagner une éventuelle flexibilité interne et contribuer au développement de ce que l’on pourrait appeler le lien social organisationnel. La prise en compte des ressorts communicationnels d’une politique soucieuse des vulnérabilités induites apparaît comme une nécessité.

Bibliographie

AGLIETTA, Michel et REBERIOUX, Antoine. Dérives du capitalisme financier. Paris : Albin Michel, 2014. 400 p. Economie. ISBN 978-2-22624-632-5.

CAUNE, Hélène. Cadrage européen et (re)cadrage national : l’exemple de la flexicurité. Quaderni. 2013, n°80, p. 25-46.

CONTER, Bernard. La flexicurité en chiffres et en débat. Courrier hebdomadaire du CRISP. 2011, n°2106-2107, p. 1-63.

CROMARIAS, Anne. Penser la flexicurité au niveau « méso » : entre ancrage territorial et innovation sociale. Géographie, économie, société. 2010, vol. 12, p. 415-435.

FAYOLLE, Jacky et GUYOT, Florian. La sécurisation des parcours professionnels. Paris : Presses de Sciences Politiques, 2014. 124 p. Sécuriser l’emploi. ISBN 978-2-7246-1601-9.

GALLOT, Sidonie et LE MÖENNE, Christian. Information et communication en contexte de mutations organisationnelles et de crise managériale. Communication & management. 2015, vol. 12, p. 5-12.

KEUNE, Maarten et POCHET, Philippe. Flexicurité en Europe : une approche critique, La revue de l’Ires. 2009, n°63, p. 105-126.

MEDA, Dominique. Post-face : la flexicurité peut-elle encore constituer une ambition pour l’Europe ? Formation emploi. 2011 n°113, p. 97-109.

RAMAUX, Christophe. Emploi. Eloge de la stabilité. L’état social contre la flexicurité. Paris : Editions Mille et une Nuits, 2006. 320 p. ISBN 978-2-84205-9-606.

RAMAUX, Christophe. Des limites de la flexicurité à la réhabilitation de la flexibilité interne. Revue de l’organisation responsable. 2016, vol. 11, p. 59-72.

SERRANO, Amparo et KEUNE, Marten. Colloque Alternatives to Flexicurity: new concepts and approaches . Madrid. The European Trade Union Institut (ETUI), the University of Amsterdam (AIAS/HSI) et the Industrial Relations School (UCM). 6 et 7mai 2010.

ZIMMERMANN, Bénédicte et CAILLAUD, Pascal. Sécurisation des parcours et liberté professionnelle : de la “flexicurité”aux capacités. Formation emploi. 2011, n°113, p. 33-48.