Care

Rédigé par Géraldine GOULINET FITE

Introduction : Les origines du terme care

Du vieil anglais carian, cearian « être préoccupé ; peiné ; sentir l’anxiété » et du proto germanique karo « se lamenter » et chara « peine, ennui, soin », le care a également comme consonance latine cura, faisant de la plainte exprimée l’objet d’un souci, d’une attention et d’un soin, selon le Online Etymology Dictionnary. Dès lors, parler du care revient à lui associer naturellement plusieurs notions connexes que sont le soin, l’accompagnement, la sollicitude et l’attention constituées autant par des activités pratiques que par des dispositions morales, les unes et les autres visant à assurer la continuité de la vie humaine.

Dans l’usage anglophone, le care se distingue du cure à vocation médicale et soignante, en ce sens qu’il permet de différencier « donner le soin » et « prendre soin de ». La notion de care permet ainsi également d’inscrire de façon visible l’attention et la sollicitude témoignées à l’égard de certains individus vulnérables (enfants, personnes âgées et handicapées, migrants, personnes malades, etc.), et ce, autant dans la sphère domestique que dans la sphère professionnelle. La vulnérabilité, comme caractéristique inhérente à la condition humaine, prévaut donc dans l’approche du care dont la mission correspond à :

Une activité générique qui comprend tout ce que nous faisons pour maintenir, perpétuer et « réparer » notre monde, de sorte que nous puissions y vivre aussi bien que possible. Ce monde comprend nos corps, nous-mêmes et notre environnement, tous éléments que nous cherchons à relier en un réseau complexe, en soutien à la vie. (Fischer et Tronto, 1990, p. 40)

Philosophie du care et principe de vulnérabilité

La pensée du care se développe au cours des années 1980, portée par des mouvements de revendications féministes qui visent une meilleure reconnaissance de leur travail et défendent l’idée de leur capacité d’émancipation ou d’empowerment (Laugier, 2011).

Carol Gilligan propose pour sa part à la même période une conceptualisation de la notion de care dans son ouvrage de référence « In a Different Voice » (1982), faisant de la notion de care le concept central d’une philosophie morale de développement et l’expression d’une condition humaine de dépendance (Garrau et Le Goff, 2010).

Dans l’approche du care, la vulnérabilité est, comme on le voit, appréhendée non comme une faiblesse, mais comme un état de la condition humaine qu’il faut assumer et qui peut être envisagé comme l’occasion de créer du lien.

« Chacun de nous commence sa vie dans un état de complète dépendance et beaucoup d’entre nous feront à nouveau, d’une manière ou d’une autre, l’expérience de la dépendance au cours de leur vie ; et nous ne cessons de prendre soin de nous-mêmes. Le care correspond ainsi à la fois à une capacité d’agir et à une passivité ; il implique que l’on soit acteur, mais aussi objet des actes des autres. » (Tronto, 2009, p. 15).

Cette approche rejoint la conception sociologique contemporaine proposée par Soulet (2005) qui souligne lui aussi le caractère tout à la fois universel et singulier de l’état de vulnérabilité : nous sommes tous vulnérables, même si la vulnérabilité ne frappe pas tous les acteurs de la même façon. La vulnérabilité est ainsi potentielle et réversible : elle est possible mais non certaine, autrement dit, elle peut constituer un risque tout comme offrir une opportunité d’agir sur les facteurs à l’origine de ce risque. Elle est aussi relationnelle et contextuelle : nous ne sommes vulnérables que dans un contexte donné, et selon les protections dont nous bénéficions ou pas.

Dimension communicationnelle du care dans les organisations du travail

Ce qui prime dans l’approche du care, c’est que l’existence humaine est avant tout marquée par des dimensions relationnelles et affectives. Sous ce prisme, la notion de care peut aussi se décliner à différents niveaux – individuel, collectif, institutionnel et politique, qui la rendent lisible en termes de relations, d’acteurs, de pratiques et de dispositifs. Appréhendé sous l’angle de la sphère privée, le care concerne spécifiquement les liens sociaux informels entre individus. Appréhendé sous l’angle de la sphère publique, le care renvoie alors davantage à des relations plus formelles, comme celles qui s’établissent dans le monde professionnel. On peut ainsi inscrire le care dans une approche communicationnelle du travail où les dimensions interactives, subjectives, langagières et sociales constituent des pivots essentiels de compréhension et de décryptage des pratiques communicatives au sein des organisations.

Dans cette perspective, les organisations du travail renvoient à des espaces proxémiques où circulent et s’expriment des émotions, et où les interactants sont tous susceptibles d’être à un moment ou un autre confrontés à l’expérience de la vulnérabilité. Les organisations apparaissent alors également comme des lieux où les manifestations de care individuel et de care collectif participent d’une forme particulière d’implication dans le travail : 

Quand on « prend soin » de l’autre, on se met en sa présence. Les acteurs « se frottent » les uns avec les autres dans leur travail (agir conjoint) et leurs controverses (pensées en débat). Leur relation mélange de la proximité et de la distance, de la neutralité et de l’engagement. Il en résulte une forme de présence proche et empathique, mais sans confusion affective, avec un engagement qui sait prendre du recul, ce que l’on résume par le terme d’« implication distanciée ». (Beaucourt, Louart, 2011)

Perspectives critiques autour de la vulnérabilité au travail

S’intéresser au care dans le cadre de la communication interpersonnelle et organisationnelle au travail amène par ailleurs à s’interroger sur les rapports de pouvoir contribuant à maintenir un sentiment de subordination, autant dans la répartition du travail que dans la valorisation des relations interprofessionnelles (paternalisme, contrôle, abus). C’est aussi envisager des pistes de réflexion sur l’importance et le sens à attribuer à la capacité d’agir et à l’émancipation (empowerment), entendues comme des processus de transformation des relations de pouvoir entre individus et groupes sociaux (Sen, Grow, 1987).

Cherchant à ouvrir la réflexion à l’ensemble du mode du travail, Delassus (2015a, 2015b) propose de se saisir de l’éthique du care pour aider à mieux concevoir les relations humaines dans le monde du travail. En s’attachant à la qualité des relations entre les personnes, le travail n’est plus pensé exclusivement comme une activité dont le seul but est la productivité, mais il peut aussi être défini « comme une activité ayant pour but de se rendre utile les uns aux autres, afin d’augmenter la puissance d’être et d’agir d’un individu, (…) c’est-à-dire de ce qui lui permet de s’épanouir, d’accroître sa perfection, de développer ce qu’il y a de pleinement humain en lui ».

Ainsi, les questions relatives au fait de « prendre soin » ne sont pas cantonnées aux activités des travailleurs du care, ou réservées aux groupes sociaux et familiaux producteurs d’un travail du care (Molinier, 2004, Martin, 2008).

Les problématiques du care apparaissent au contraire plus largement comme un éclairage conceptuel des relations professionnelles parmi d’autres, notamment sous l’angle des approches systémiques des phénomènes de communication organisationnelle.

En effet, si l’on considère que « toute activité dans une entreprise n’est qu’un enchaînement de processus d’interactions et de communications » (Cabin, 1999, p. 81), alors les composantes affectives, cognitives et sociales propres à l’activité de care se présentent comme des indicateurs pertinents pour penser la collaboration interprofessionnelle, la construction de communautés de pratiques ou encore l’élaboration du système de valeurs dans la culture de l’entreprise.  

Bibliographie

BEAUCOURT, Christel et LOUART, Pierre, 2011. Le besoin de santé organisationnelle dans les établissements de soins : l’impact du care collectif. Management Avenir [en ligne]. 2011. Vol. N° 49, n° 9, pp. 114‑132. [Consulté le 17 janvier 2019]. En ligne : https://www.cairn.info/revue-management-et-avenir-2011-9-page-114.htm

CABIN, Philippe. Communication et organisation dans Philippe cabin (dir.), les organisations. état des savoirs, Paris, sciences humaines, 1999,  p. 81-88. ISBN 978-2-36106-017-6.   

DELASSUS Eric, 2015. Monde du travail : prendre en considération la vulnérabilité. iPhilo [en ligne]. 1 octobre 2015. [Consulté le 17 janvier 2019]. En ligne : http://iphilo.fr/2015/10/01/monde-du-travail-prendre-en-consideration-la-vulnerabilite-eric-delassus/.

DELASSUS, Eric, 2015. Manager selon le care. Qualitique [en ligne]. 1 décembre 2015. N° 266. [Consulté le 17 janvier 2019]. En ligne : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01287416/document

FISHER, Bérénice et TRONTO, Joan. Toward a feminist theory of caring. Circles of care: Work and identity in women’s lives, 1990, p. 35-62. ISBN 978-0-7914-0263-4

GARRAU, Marie et LE GOFF, Alice, 2010. Care, justice et citoyenneté : perspectives théoriques sur la politisation du care. In : Care, justice et dépendance

. Paris cedex 14 : Presses Universitaires de France. p. 109‑151. Philosophies. ISBN 978-2-13-057621-1.

En ligne : https://www.cairn.info/care-justice-et-dependance–9782130576211-p-109.htmCairn.info

MARTIN, Claude, 2008. Qu’est-ce que le social care ? Une revue de questions. Revue Française de Socio-Économie [en ligne]. 2008. Vol. 2, n° 2, pp. 27‑42. DOI 10.3917/rfse.002.0027. En ligne : https://www.cairn.info/revue-francaise-de-socio-economie-2008-2-page-27.htmCairn.info

MOLINIER, Pascale, 2013. Le travail du care. Paris : La Dispute. ISBN 978-2-84303-240-0.

SEN, Gita, GROWN, Caren. DEVELOPMENT ALTERNATIVES WITH WOMEN FOR A NEW ERA (PROJECT), 1988. Development, crises and alternative visions: Third World women’s perspectives ISBN 978-1-134-15682-5.

SOULET, Marc-Henry, 2005. Reconsidérer la vulnérabilité. Empan [en ligne]. 2005. Vol. 60, n° 4, pp. 24‑29. DOI 10.3917/empa.060.0024. En ligne : https://www.cairn.info/revue-empan-2005-4-page-24.htmCairn.in