Invisibilité

Par Marie-Hélène HERMAND

En prenant pour appui un numéro spécial de la revue Réseaux (2005) et des lectures complémentaires en SIC et en SHS, nous proposons d’aborder le concept d’invisibilité à partir du couple visibilité / invisibilité : les principaux usages terminologiques du terme invisibilité seront d’abord envisagés, puis nous dégagerons quelques formes observables de l’invisibilité et enfin nous présenterons des pistes de recherches susceptibles d’intéresser les chercheurs en communication des organisations et en communication publique et politique.

Historique et usages terminologiques

Dans la philosophie sociale française du XXe siècle, la visibilité occupe une place considérable mais elle est principalement abordée sous l’angle de la contrainte, de la disciplinarisation et du contrôle social. Perçue comme une source de danger, elle est envisagée comme la cause de la perte de soi engendrée par le regard de l’autre (Jean-Paul Sartre), étudiée par le biais des effets normalisateurs du regard disciplinaire (Michel Foucault) ou encore présentée comme la source d’aliénation du sujet (Guy Debord). D’autres travaux sur les métaphores visuelles (Jacques Lacan, Maurice Merleau-Ponty, Roland Barthes, Jean Baudrillard, etc.) renforcent ces thèses philosophiques françaises, marquées par le scepticisme à l’endroit du concept de visibilité.  

Un changement de paradigme est apparu au cours des dernières décennies avec les approches anglo-saxonnes de la « visual culture », centrées comme leur nom l’indique sur le visuel (art, architecture, médias…) et sur l’étude des techniques et expériences visuelles de la vie quotidienne (Chaplin et Walker, 1997).

Dans ces deux aires culturelles, la visibilité est cependant longtemps restée peu explorée en tant que pratique sociale normée, qu’exigence politique ou motif de confrontation entre acteurs.

Du côté des historiens, le couple visibilité / invisibilité constitue une forte préoccupation qui se traduit par l’attention portée à l’importance des modes de perception du visible (Febvre, 1992 [1941]) et aux « modalités de l’attention » (Corbin, 1990). La gradation de la visibilité et de l’invisibilité est également soulignée comme une composante indissociable de ces concepts dans le sens où elle permet d’analyser les liens entre pouvoir et visibilité. Cette problématique classique et récurrente pour les historiens du politique (Tardy, 2007) intéresse les SIC dans le sens où elle pose la question de la mise en scène, plus ou moins aboutie et maîtrisée, des pouvoirs institutionnels.

Pour prendre en compte le ressort analytique majeur du couple visibilité / invisibilité en SIC et en sciences humaines, il est nécessaire de passer en revue ses usages terminologiques en vue de situer le concept d’invisibilité, souvent défini « en creux » par rapport à celui de visibilité. Se pencher sur le concept d’invisibilité permet de souligner que la visibilité ne va pas de soi et de s’intéresser au versant le moins évident de la visibilité, trait pourtant caractéristique de nos sociétés contemporaines.

Invisibilité et reconnaissance

L’invisibilité peut être abordée par le prisme de la paire visibilité reconnaissance. Pour Ricoeur (2004), la reconnaissance relève de trois grands champs : l’identification, l’identité et la reconnaissance mutuelle. Cette troisième acception, qui désigne la capacité des acteurs sociaux à manifester leurs attentes face à autrui, implique qu’un acteur invisible est d’emblée exclu d’une relation intersubjective s’il ne participe pas à l’interaction. Honneth (2000, 2004), en parlant d’épistémologie de la reconnaissance, se montre pour sa part particulièrement attaché au processus d’individuation et de socialisation. Dans sa conception, des acteurs sont invisibles au sens social s’ils sont privés des gestes expressifs qui témoignent de la « valeur » acquise dans le regard de l’autre. Cette privation du regard de l’autre se traduit par des sentiments d’humiliation et de non-existence. L’invisibilité correspond là à l’impossibilité d’affirmation de la « valeur » du sujet.

Invisibilité et espace public 

Un lien peut être mis au jour entre invisibilité et espace public à partir de l’analyse de la paire terminologique visibilité / espace public.

Pour Habermas (1993 [1962]), le public renvoie au principe de Publicité (Öffentlichkeit) et désigne les personnes privées qui font preuve de leur capacité à rechercher le consensus en tenant compte d’intérêts universels. Pour définir l’espace public, Habermas met avant tout l’accent sur le processus d’argumentation et relègue au second plan les procédés par lesquels les acteurs se rendent ou non visibles et se reconnaissent mutuellement pour mener à bien une délibération publique.

Selon Voirol (2003), la visibilité des acteurs et le déploiement d’une argumentation rationnelle dans l’espace public dépendent de la reconnaissance réciproque du droit de participation et de la capacité des acteurs à rendre visibles leurs arguments. L’invisibilité des acteurs, outre le déni à la participation, rend donc inenvisageable l’existence de cet espace d’argumentation.

La conception de Arendt (2002 [1958]) apparaît plus heuristique pour définir l’invisibilité, dans le sens où l’auteure pose la question de la nécessaire apparition des acteurs pour faire exister l’espace public. C’est précisément la capacité des différents acteurs de se rendre visibles, outre la présence d’un monde partagé, qui constitue la condition nécessaire à l’apparition de l’espace public. En interrogeant l’espace public comme une potentialité plutôt que comme un fait établi, Arendt invite à s’intéresser au processus de transformation qui rend des objets dignes de visibilité dans l’espace public. Dans cette approche qui définit le domaine public comme un espace potentiel de nécessaire apparence, l’invisibilité sociale peut être abordée comme la manifestation de l’impossibilité de l’action politique, ou encore de l’absence du public et donc de la communauté de citoyens destinataires de l’action. Les conséquences de cette invisibilité sociale, tant au niveau individuel que collectif, peuvent dès lors être envisagées.

Invisibilité et accountability[1]

Une troisième paire terminologique, visibilité accountability, permet de situer le concept d’invisibilité à l’aune d’une norme comportementale de responsabilité. L’approche ethnométhodologique de Garfinkel (1967) est centrée sur l’idée que les acteurs organisent leurs actions dans des interactions concertées, reconnaissables et dont ils peuvent rendre compte. Le concept central d’accountability permet de se focaliser sur la manière dont ces actions quotidiennes sont accomplies pour être reconnaissables. González (2005) estime pour sa part que cette approche ethnométhologique, qui se focalise sur l’analyse des énoncés et des pratiques par lesquels les acteurs rendent leurs actions visibles aux autres, néglige les phénomènes producteurs d’invisibilité et les exigences de visibilité chez les acteurs lésés. Si l’on veut analyser l’invisibilité à laquelle sont condamnés certains acteurs sociaux, il convient dès lors de distinguer les termes (in)visibilité et accountability et de prendre en compte l’arrière-plan normatif de la constitution de la visibilité.

Quelques formes d’invisibilité

L’invisibilité comme revers de la visibilité formelle

Les formes de visibilité sont régulièrement examinées dans les recherches menées sur le travail : il s’agit d’observer les procédés d’inscription textuelle ou graphique, les dispositifs d’enregistrement et divers supports écrits (Leonard, 1998) mobilisés dans ce champ. S’interroger sur la complexité, l’effort et la subjectivité (Dejours, 2003) nécessaires à la réalisation du travail et sur les processus d’acquisition des compétences par les acteurs (Masson, 1999) revient à faire exister des formes de « travail invisible », bien présentes dans de nombreuses professions. Questionner la manière dont ce travail invisible est rétribué (ou pas) permet d’envisager des problématiques de justice distributive.

L’invisibilité comme revers de la visibilité pratique

L’approche ethnométhodologique présente ici un double intérêt. Elle permet d’aborder l’invisibilité à travers l’examen de lieux caractérisés par une socialité silencieuse, comme on peut le voir dans le rapport de recherche consacré à la vie des policiers dans le métro (Paperman, 1992). Elle présente aussi l’avantage d’analyser les ajustements comportementaux des acteurs qui rendent plus ou moins visibles leurs actions. Libérée d’une conception perceptive-sensorielle de la visibilité, l’analyse des dispositifs de visibilité permet alors de « rendre compte des modalités pratiques par lesquelles s’organise le pourtour poreux de la visibilité » (Voirol, 2005a).

Une autre approche, issue du domaine des sciences et des techniques, porte sur les opérations et les procédures qui constituent le visible (Latour, 1985 ; Lynch, 1985), comme les micro-pratiques routinisées (codage et représentations sous formes de cartes, organigrammes ou plans) (Panese, 1998) dans des domaines bien précis qui constituent des « mondes de visibilité » spécialisés (Goodwin, 1994) plus ou moins aboutis.

L’invisibilité comme revers de la visibilité médiatisée

Les capacités d’extension de « ce qui peut être vu » sont analysées dans les recherches sur les médias et la communication. Outre l’attention portée aux dispositifs techniques, à leurs usages et à leur dimension symbolique, ces études se sont intéressées à la création de nouvelles interactions marquées par des distorsions du temps et de l’espace. La plus ou moins grande visibilité des acteurs y est envisagée dans une perspective historique (déplacement des frontières du visible et de l’invisible, formation d’une culture politique) et au prisme de son élargissement en dehors des espaces immédiats d’interaction (Thompson, 1995, 2000).

L’invisibilité, comme revers de la visibilité sociale et politique

La visibilité sociale désigne l’attention publique dont bénéficient des groupes sociaux (Arborio, 2001). Cette visibilité peut être remise en cause dans le cas de groupes sociaux exclus (Devos et Wagatsuma, 1966), par exemple les femmes (Dermenjian, Guilhaumou et Lapied, 2000), les sans-abris (Lanzarini, 2000) ou encore la classe ouvrière (Beaud et Pialoux, 1999). L’invisibilité y apparaît comme une remise en cause permanente du sens de soi (Snow et Anderson, 1993).

Les formes de mise en visibilité excessive (surmédiatisation) sont un autre contexte qui donne l’occasion d’observer, en creux, la réduction au silence d’acteurs souvent relégués à la marge en raison de leur condition misérable ou dévalorisante. Dans ce cas, l’invisibilité sociale résulte de l’inattention d’une collectivité à l’égard d’acteurs ou de groupes sociaux. Pour Blanc (2009), l’invisibilité correspond à un processus de sortie du cadre normatif. L’auteur en fait surtout une question philosophique et morale, en distinguant trois régimes d’invisibilité : l’oubli (dans la mort, les génocides ou les meurtres), la réification (dans l’esclavage ou l’instrumentalisation) ou le défaut de perception (dans les relégations). En s’intéressant plus particulièrement à la relégation à travers le mépris, la déshumanisation et le désœuvrement qui rendent invisible, l’auteur souligne que l’invisibilité atteint son paroxysme lorsqu’il y a négation des compétences et des ressources morales d’une vie.

L’invisibilité, comme nœud conflictuel

L’analyse du nœud conflictuel engendré par l’invisibilité est cruciale dans le champ politique. Le conflit peut porter sur les motifs de l’arbitrage (ce qui vaut ou non d’être vu) et sur le choix des mots (ce qui vaut ou non d’être nommé ou désigné). Le conflit amène à considérer les critiques, polémiques et revendications qui visent à dénoncer l’invisibilité de situations, d’activités ou d’acteurs sociaux. Tandis que Voirol analyse les « luttes pour la visibilité » (Voirol, 2005b) par le biais de leurs médiations sémantiques et organisationnelles, Thompson (2005) parle de « nouvelle visibilité » pour pointer les modifications des modes d’exercice du pouvoir. En analyse du discours, le travail mené sur les « mots qui manquent » pour dire la féminisation du monde politique est une bonne illustration d’un moyen de défense contre une remise en question de la domination masculine (Derville et Pionchon, 2005).

Des formes très politiques de luttes contre l’invisibilité sont en outre étudiées dans des contextes de recomposition, par exemple celui de la Révolution française des « sans » (Guilhaumou, 1998), des paysans « sans-terre » et « sans visage » au Brésil (Bleil, 2005), des sans-part[2] ou encore des sans-voix[3], autant de déclinaisons de la privation de visibilité qui soulèvent des problématiques d’exclusion de populations et de non-accès à la représentation publique et politique.

L’invisibilité est aussi étudiée dans le cadre des luttes d’influence caractéristiques du lobbying. Courty (2018) mobilise le cadre de la magie pour expliquer la perception du lobbying, dont les activités sont le plus souvent méconnues et fantasmées dans la société civile. La capacité d’imagination est ici centrale pour expliquer l’invisible, l’implicite et le secret qui entourent les pressions exercées sur le pouvoir politique. Aubert et Haroche (2011) se sont intéressées pour leur part à l’invisibilité en tant que face cachée de la tyrannie de la visibilité, injonction caractéristique de nos sociétés contemporaines. Dans ce contexte où l’individu est soumis à l’obligation permanente de s’exhiber, notamment par les canaux numériques, c’est à l’inverse l’incapacité d’imagination et le sentiment d’appauvrissement de l’espace intérieur qui vont de pair avec l’invisibilité.

Dans d’autres contextes marqués par les usages numériques, ce sont les tensions provoquées par la mise en invisibilité du travail numérique (Cotte, 2015) et des dispositifs numériques dans l’entreprise (Andonova, 2015) qui retiennent l’attention. La tension entre invisibilité du travail perçu comme non-noble (création d’outil, support à l’utilisateur) et visibilité du travail valorisant (conseil, expertise) fournit l’occasion de s’interroger sur la légitimation des acteurs sociaux dans leur environnement professionnel et sur l’équilibre susceptible de s’établir entre visibilité et invisibilité.

En guise de conclusion : ce que l’invisibilité questionne

Toujours situés dans des contextes spécifiques d’action et d’interaction, les questionnements liés à l’invisibilité portent sur :

  • l’arrière-plan normatif ou la doxa qui aboutit à départager « ce qui vaut d’être vu » de ce qui est « moins vu » ou « invisible » ;
  • la manière dont des acteurs se rendent ou sont rendus invisibles, en observant la difficile construction ou la disparition des indices et traces de leur présence, de leurs dispositifs (numériques) de médiation et les imbrications d’intervenants (acteurs, institutions) dans la fabrique de l’invisibilité ;
  • la dimension conflictuelle qui alimente le couple visibilité / invisibilité (luttes sociales et politiques, mouvements d’action collective).

En conclusion, l’invisibilité questionne donc tout à la fois :

  • les processus de réduction du spectre de la visibilité et de la production de l’invisibilité sociale (processus qui mettent à l’écart et rendent invisibles) ;
  • ce qui ne retient pas l’attention d’une collectivité, de ce qui n’est ni manifeste ni valorisé à un moment donné ;
  • des situations d’exclusion et des sentiments de révolte et d’injustice auxquels mène l’invisibilité sociale ;
  • des expériences négatives de l’inattention et de l’inexistence sociale ;
  • l’opacisation croissante des rapports sociaux dans un contexte où se multiplient et s’étendent les technologies marketing (réduction du visible à des stratégies) ;
  • les imaginaires associés à l’invisibilité.

Bibliographie

ANDONOVA, Yanita, « De l’invisibilité des dispositifs numériques à la légitimation de la communication en entreprise », Sociologies pratiques, vol. n° 30, n°1, 2015, p. 43‑52.

ARBORIO, Anne-Marie, Un personnel invisible : les aides-soignantes à l’hôpital, Paris, Anthropos, 2001.

ARENDT, Hannah, Condition de l’homme moderne, Paris, Pocket, 2002.

AUBERT, Nicole, et HAROCHE, Claudine, Les tyrannies de la visibilité. Être visible pour exister ?, Toulouse, Erès, 2011.

BEAUD Stéphane, et PIALOUX, Michel, Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Sochaux-Montbéliard, Paris, Fayard, 1999.

BLANC, Guillaume, L’invisibilité sociale, Paris, Presses Universitaires de France, 2009.

BLEIL, Susanna, « Avoir un visage pour exister publiquement : l’action collective des sans terre au bresil », Réseaux, 2005, vol. n° 129-130, n°1, p. 123‑153.

CHAPLIN, Sarah, et WALKER, John, Visual culture: An introduction, Manchester/New-York, Manchester University Press, 1997.

CORBIN, Alain, « Histoire et anthropologie sensorielle », Anthropologie et société, 1990, vol. XIV‑2, p. 13‑24.

Collectif, « Visibilité/invisibilité », Réseaux, 2005, n°129‑130.

COTTE, Dominique, Mettre en visibilité le travail numérique, Fernelmont, EME Editions, 2015.

COURTY, Guillaume, Le lobbying en France : Invention et normalisation d’une pratique politique, Bruxelles, Peter Lang AG, 2018.

DEJOURS, Christophe, L’évaluation du travail à l’épreuve du réel. Critique des fondements de l’évaluation, Paris, INRA Editions, 2003.

DERMENJIAN, Geneviève, GUILHAUMOU Jacques, et LAPIED Martine, Femmes entre ombre et lumière. Recherches sur la visibilité sociale (XVIe -XXe siècles), Paris, Editions Publisud, 2000.

DERVILLE, Grégory, et PIONCHON, Sylvie, « La femme invisible. Sur l’imaginaire du pouvoir politique », Mots. Les langages du politique, 2005, n°78, p. 53‑64.

DE VOS, George, et WAGATSUMA, Hiroshi, Japan’s invisible race : caste in culture and personality. London, Cambridge University Press , 1966.

FEBVRE, Lucien, « Comment reconstituer la vie affective d’autrefois ? La sensibilité et l’histoire », in Combats pour l’histoire, Paris, Armand Colin, 1992, p. 221‑238.

GARFINKEL, Harold, « What is ethnomethodology ? », Studies in ethnomethodology, 1967, p. 1-34.

GONZALES, Esther, « Organisation et accountability des échanges langagiers lors d’auditions judiciaires », Réseaux, 2005, vol. n° 129-130, n°1, p. 209‑241.

GOODWIN, Charles, « Professional Vision », American Anthropologist, 1994, vol. 96 (3), p. 606-633.

GUILHAUMOU, Jacques, Le langage des sans. Les mouvements actuels à l’épreuve de la Révolution française, Paris, ENS-Éditions, 1998.

HABERMAS, Jürgen, L’Espace public., Paris, Payot, 1993.

HONNETH, Axel, La lutte pour la reconnaissance, Paris, Cerf, 2000.

HONNETH, Axel, « Visibilité et invisibilité. Sur l’épistémologie de la « reconnaissance » », Revue du MAUSS, 2004, vol. no 23, n°1, p. 137‑151.

LANZARINI, Corinne, Survivre dans le monde sous-prolétaire, Paris, Presses Universitaires de France, 2000.

LATOUR, Bruno, « Les vues de l’esprit », Culture technique, 1985, vol. 14, p. 5‑29.

LEONARD, Madeleine, Invisible work, invisible workers : the informal economy in Europe and the US, Basingstoke, Macmillan Press, 1998.

LYNCH, Michael, « Discipline and the material form of images. An analysis of scientific visibility », Social studies of science, 1985, vol. 15, n°1, pp 37-66.

MASSON, Sabine, « Travail en débat, travailleuses invisibles. Quelques enjeux sexués autour de la redéfinition du « travail », Les Cahiers du Genre, 1999, vol. 26, p. 13-32.

PANESE, Francesco, Médiations graphiques et connaissance : ébauche d’une généalogie des pratiques scientifiques, Thèse de doctorat, Université de Lausanne, Faculté des Sciences Sociales et Politiques, 1998.

PAPERMAN, Patricia, « Vision en sous-sol : la vie quotidienne des policiers dans le métro », Paris, CNRS-IRESCO, 1992.

RICOEUR, Paul, Parcours de la Reconnaissance – Trois Etudes, Paris, Éditions Stock, 2004.

SNOW, David, et ANDERSON, Leon, Down on their Luck. A study of homeless street people, Berkeley, University of California Press, 1993.

TARDY, Jean-Noël, « Visibilité, invisibilité », Hypothèses, 2007, vol. 10, n°1, p. 15‑24.

THOMPSON, J.B., Media and Modernity. A Social Theory of The Media, Cambridge, Polity Press, 1995.

THOMPSON, John B., « Transformation de la visibilité », Réseaux, 2000, vol. 100, p. 189‑213.

THOMPSON, John B., « La nouvelle visibilité », Réseaux, 2005, vol. n° 129-130, n°1, p. 59‑87.

VOIROL, Olivier, « L’espace public et les luttes pour la reconnaissance. De Habermas à Honneth », in C. BARRIL, J. CARREL, C. GUERRERO et A. MARQUEZ (dir.), Le public en action, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 109‑127.

VOIROL, Olivier, « Présentation », Réseaux, 2005a, n°129‑130, p. 9‑36. VOIROL, Olivier, « Les luttes pour la visibilité », Réseaux, 2005b, n°129‑130, p. 89‑121.


[1] Tr. fr. : responsabilité.

[2] « Jacques Rancière : la politique n’est-elle que de la police ? ». Entretien disponible à l’adresse http://www.humanite.fr/node/208383 (consulté le 26/11/2019).

[3] Cf le colloque « Donner la parole aux « sans-voix » ? Acteurs, dispositifs et discours », organisé par le Céditec à Créteil, les 21 et 22 juin 2018.