Stigmatisation

Rédigée par Marlène Dulaurans

Depuis l’essai fondateur d’Erving Goffman, la recherche n’a eu de cesse d’approfondir la thématique des stigmates, de leurs origines, de leurs caractéristiques, conduisant à l’amélioration conceptuelle constante de l’impact que ces stigmates peuvent être amenés à produire sur la vie des stigmatisés. Cette notion est multidisciplinaire et de nombreuses études ont aussi bien traversé le champ de la sociologie, que celui de la géographie sociale, de la psychologie, de l’anthropologie, et des sciences de l’information et de la communication.

Cependant, même si les contributions de ces diverses disciplines s’attachent à exploiter des circonstances et des terrains très diversifiés, elles se rejoignent majoritairement pour considérer que la stigmatisation est un processus social dynamique de dévaluation qui tend à discréditer de manière significative un individu aux yeux des autres. Le stigmate désigne historiquement une marque au fer rouge portée sur l’épaule des galériens, des mendiants récidivistes et des voleurs. Goffman s’est réapproprié ce concept pour l’élargir à toute « situation [vécue par] l’individu que quelque chose disqualifie et empêche d’être pleinement accepté par la société » (p. ?).

Dans l’environnement professionnel, plusieurs formes de stigmatisations sont identifiées et peuvent amener à la désapprobation, au rejet voire à l’exclusion. Il est cependant difficile d’en identifier toutes les caractéristiques même si de nombreuses recherches tendent à les regrouper de manière catégorielle. Les stigmates peuvent ainsi renvoyer à des classifications selon les apparences physiques des individus, comme des stigmates visibles et hors normes (obésité, nanisme, handicap, etc.) ; ou encore des stigmates moins directement observables, mais renvoyant à de la marginalité, comme des troubles psychiques, des troubles addictifs, le chômage ; ou enfin des stigmates transmis de génération en génération et renvoyant à des appartenances sociales, comme la nationalité, la religion…

Il est important de souligner que le stigmate ne se détermine pas comme un attribut en soi. Il doit être appréhendé en termes relationnels. En effet, ce ne sont pas les caractéristiques de l’individu qui provoquent la situation de dépréciation, mais bien le regard que porte autrui qui discrédite, car il renvoie à l’écart ou à la différence avec les attentes normatives escomptées par la communauté. Ce sont les attitudes et « les points de vue » qui créent le stigmate. Il trouve son fondement dans un processus relationnel marqué par des contradictions entre une identité personnelle (ce que l’on est réellement) et une identité sociale virtuelle (ce que les autres pensent que l’on est). Ces discordances, communément appelées faiblesses, déficiences, ou encore handicaps, cristallisent alors une identité sociale réelle (ce que l’on devient aux yeux de la communauté) et engendrent chez le stigmatisé une perte de statut.

Les nouvelles formes de pauvreté en milieu professionnel ont ainsi fait l’objet de plusieurs études sur le statut social attaché aux personnes sans emploi. Serge Paugam s’est tout particulièrement intéressé à celui des travailleurs précaires assistés (« fragiles », « assistés » et « marginaux ») et a souligné à de multiples reprises les stigmatisations directement liées à l’infériorité de leur statut et dont ils sont quotidiennement victimes. L’oisiveté, la paresse, l’inaptitude, font partie de quelques-uns des traits négatifs qui leur sont régulièrement attribués. Il nous explique que le jeu des interactions – marquées par des dissonances entre les identités définies par autrui et les identités pour soi, ne font qu’accentuer les stigmatisations et génèrent chez les stigmatisés des sentiment d’infériorité sociale, d’humiliation et de discrédit. Ils sont amenés à subir une « disqualification sociale » constante, bien souvent difficile à conjurer.

Un lieu, une temporalité, une circonstance sont autant de raisons qui peuvent amener tout individu à être victime de stigmatisation. Ainsi, fortement lié aux conditions de production mais également de réception, le stigmate ne relève que d’une construction de sens partagée dans un contexte donné. C’est la communauté qui définit l’anormalité sociale. C’est elle qui fige fantasmes et craintes sur l’attribut discriminant. C’est cette distance à la norme qui donne lieu à l’expression d’une dépréciation et induit des comportements de différenciation et de classification. Paradoxalement, cette assignation d’exclusion participe en fait d’un véritable processus cognitif de socialisation. En effet, désigner cette déficience, cette faiblesse ou encore ce handicap revient également à renforcer la normalisation sociale à laquelle elle se réfère. Stigmatiser le différent permet aux individus de se comparer à lui et de se positionner dans une communauté alternative plus favorisée.

Les troubles mentaux courants (dépression, burn-out, troubles anxieux, etc.) font par exemple partie des stigmates qui connaissent la plus forte croissance aujourd’hui en milieu professionnel. Sider et al (2015) se sont ainsi attachés à montrer dans leurs travaux que les individus stigmatisés malades mentaux sont beaucoup plus vulnérables à l’exclusion (envahis par des sentiments de honte et d’auto-stigmatisation) et plus souvent victimes de maltraitance sociale, notamment sur leur lieu de travail. Le statut dévalorisant de « fou » qu’on leur assigne, souvent associé aux clichés réducteurs de la dangerosité et de la violence, est employé par la communauté environnante « comme une ressource culturelle afin de consolider les normes existantes » (Sider et al, 2015). La communauté justifie par ce biais la mise à l’écart voire l’éviction, contribuant par là-même au maintien de l’ordre social habituel.

Si des attributs peuvent former des marques de stigmate dans un contexte socio-culturel donné, il est à noter qu’ils peuvent également être érigés ailleurs en symbole d’exception et de prestige. De récents travaux ont par exemple traité de la notion de chevronisation pour montrer que le processus de victimisation peut parfois faire l’objet d’une resignification positive. Cette démarche de réappropriation du stigmate permet de « reprendre à son compte une (dé)nomination insultante pour en faire un étendard d’identité ou de fierté, dans une visée d’éthique du discours » (Paveau, 2016). L’identité sociale de l’individu ou du groupe stigmatisée, est dans ce cas revalorisée, voire surélevée et la dimension de surclassement transcende le traitement de la différence.

 

Bibliographie

GOFFMAN Erving, Stigma: notes on the management of spoiled identity, Simon & Schuster, 1963, 147 pages.

JAVEAU Claude, Leçons de sociologie, Armand Colin, 1997, p. 170.

PAUGAM Serge, Les formes contemporaines de la disqualification sociale, CERISCOPE Pauvreté, 2012, URL : http://ceriscope.sciences-po.fr/pauvrete/content/part5/les-formes-contemporaines-de-la-disqualification-sociale, consulté le 06/09/2017.

PAVEAU Marie-Anne,1). L’antisémitisme des parenthèses, In La pensée du discours, juin 2016, URL : https://penseedudiscours.hypotheses.org/14579, consulté le 25 juillet 2017.

SIDER Chérifa et al., De la stigmatisation à l’exclusion de la personne désignée comme malade mentale en Algérie, Perspectives Psy, 2015, Vol. 54, pp. 142-147.

STUART Heather, Stigmatisation et discrimination liées à la santé mentale en milieu de travail, In CORBIERE Marc, DURAND Marie-José, Du trouble mental à l’incapacité au travail, Presses de l’Université́ du Québec, 2011, pp. 339-361.

  1. (Juif []