Vulnérabilités au travail : une approche communicationnelle

Inégalités sociales et dégradations environnementales progressent de pair : c’est le constat peu réjouissant que dressent de récents rapports d’institutions internationales comme le programme des Nations unis pour le développement ou encore Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) [1] 

C’est dans ce contexte difficile que se déploient des situations de vulnérabilité, identifiées comme devant faire l’objet d’une prise en charge sociale tournée vers l’inclusion, la remédiation, l’accompagnement. Tout un vocabulaire se met en place qui incite à voir, les « publics empêchés », les « éloignés », les « décrocheurs » hier qualifiés d’« exclus » ou de « précaires », ou d’individus « en échec » comme des populations qui doivent trouver ou retrouver le chemin d’une « réinsertion » ou d’une « ré-affiliation » dans des collectifs susceptibles de les soutenir dans leur périple vers une « normalité sociale ».

La recrudescence des nouvelles pratiques d’accompagnement institutionnalisées illustre, pour certains, un souci de « moralisation » du capitalisme; elles se développent, notamment dans l’espace du travail, et les organisations au rythme accéléré des changements organisationnels et de ceux portés par les TIC.

Que peuvent dire les sciences de l’information et de la communication de cette réalité ?

En quoi peuvent-elles décrypter et aider à concevoir, à la fois ce qui se trame dans la sémantique qui accompagne ces mouvements, ce qui contribue à la fabrique des vulnérabilités, mais aussi ce qui se joue dans les dispositifs mis en place, mobilisant des dispositifs de communication et des artefacts techniques, pour leur capacité à  « remédier » à ces situations ?

Les projets de recherche que mène l’axe COS souhaitent contribuer à  l’étude de ces questions, en privilégiant un niveau d’analyse : celui de l’espace de travail et le niveau organisationnel. Les organisations, qu’elles soient de droit privé, public ou du secteur de l’économie sociale, seront des terrains d’observation du développement des vulnérabilités. La place des pratiques et dispositifs de communication dans l’institution de ces dernières, leur prise en charge et leur définition seront scrutées et analysées, en mobilisant des cadres théoriques  qui illustrent un renouveau de la pensée critique, tournée vers les questions éthiques.

 

Plus précisément nous souhaitons :

  1. Etudier les pratiques communicationnelles qui rendent « invisible », qui déshumanisent, réifient, celles qui  contribuent  à la marginalisation, à la vulnérabilisation,  la discrimination et qui sont contraires au développement d’une « vie bonne » ou d’une individuation individuelle ou collective « positive » ; 
  2. Identifier les systèmes communicationnels, de contrôle des comportements ou des subjectivités au travail, mettant en jeu une « violence symbolique », un asujettissement ou un désujettissement (LIANOS, ) ou mettant en jeu les libertés fondamentales et qui peuvent apparaître  dans les organisations de travail (DE GAULEJAC, FLORIS) 
  3. Comprendre les processus organisationnels et sociotechniques et les phénomènes psycho-sociaux qui servent de terreau à l’apparition de pratiques communicationnelles « inciviles » dans  les pratiques organisationnelles, et qui accompagnent des phénomènes de « mal être » individuels ou collectifs.
  4. Comprendre comment des pratiques communicationnelles d’accompagnement ou de remédiation peuvent permettre de faire face, d’empêcher les situations de vulnérabilisation et de participer à la mise en place de politiques dites inclusives.

 

Plusieurs moments  forts de ce projet :

  • Temps 1 séminaire mars 2017/ Les approches critiques en communication organisationnelle
  • Temps 2 séminaire mars 2018 / Vulnérabilités et incivilités numériques en commun avec le projet Civilinum
  • Temps 3 colloque mars 2019 avec Org&Co / Darkside, le coté obscur de la communication organisationnelle
  • Temps 4 séminaire mai 2019/ Accompagnement, bienveillance, empowerment, attention, bonheur ?
  • Temps 6 Colloque 2020Incivilités numériques et vulnérabilités communicationnelles au travail en lien avec le projet Civilinum

[1] Cf PNUD, GIEC