51 | 2017 Les nouvelles cultures de l’information dans les organisations

Sous la direction de Vincent Liquète, Ivone de Lourdes Oliveira et Angela Salgueiro Marques

Longtemps abordée au singulier, la culture de l’information est à présent traitée à la forme plurielle. Dans ce numéro, un ensemble de cultures de l’information sont abordées dans des formes d’organisations variées (université, entreprise, école, monde social et associatif…). La perspective choisie est également comparatiste ; entre les lectures informationnelles et communicationnelles, entre chercheurs français et chercheurs brésiliens, entre monde professionnel et monde social. Au-delà du rapport aux informations, aux technologies, aux dispositifs et aux documents, les perspectives de ce numéro montrent des intentions communicationnelles et des représentations tenaces qui permettent d’enrichir et de considérer la complexité de ce concept.

Disponible sur openEditions et cairn

Amartya Sen, Repenser l’inégalité, 2000, par Nadège Soubiale

 Comment concevoir la justice économique et sociale alors que la fin du 20e s. a été marquée par le retour des inégalités dans les sociétés occidentales ? L’ouvrage du prix Nobel d’économie 1998, Amartya Sen, offre des pistes de réflexion originales pour aborder la question dans le contexte contemporain. 

Traiter des inégalités nécessite tout d’abord de reposer la question de l’égalité, et des conceptions qui ont prévalu jusqu’alors en philosophie et en économie politiques, aussi bien en Europe qu’aux Etats-Unis.  

A l’aune de quels critères peut-on évaluer l’égalité entre les individus d’une société : par rapport à leurs revenus, à leur bien-être, aux ‘utilités sociales’ dont ils disposent, selon leurs désirs et leurs préférences, aux droits et libertés dont ils jouissent, ou encore à leurs chances équitables d’accéder à tous ces biens et ces droits ?  Et est-il possible d’élaborer des modèles de justice économique et sociale qui combinent l’ensemble de ces paramètres, ou au contraire l’égalité sur l’un des paramètres exclut-elle l’égalité sur un autre paramètre ?

Pour apporter un éclairage sur ces questions, Amartya Sen propose de reconsidérer les liens entre égalité et liberté en adoptant une grille de lecture qui revisite diverses conceptions éthiques d’organisation sociale, et qui tient compte de la diversité humaine sur plusieurs dimensions (non seulement l’âge et le genre, mais aussi les compétences et aptitudes ainsi que la vulnérabilité face à certains risques sanitaires et sociaux).

L’intérêt majeur de l’ouvrage réside dans la remarquable critique que Sen propose des théories classiques qui posent a priori l’hypothèse d’un égalitarisme abstrait et universel. Ainsi l’auteur discute à nouveau la controverse qui oppose les « égalitaristes du revenu » aux ultralibéraux, et qui contraint inévitablement à choisir entre égalité économique et liberté. De même qu’il réfute les conceptions utilitaristes qui accordent la primauté à la satisfaction optimale des désirs, alors que cette quête n’a pas de sens pour les plus pauvres, qui ne sont pas en capacité de désirer des choses qui leur sont de facto inaccessibles.  

L’auteur développe ainsi une analyse de l’égalité et de la justice centrée sur un concept principal dénommé par un néologisme, celui de « capabilité », inspiré du mot anglais « capability ». Les capabilités désignent une gamme de fonctionnements humains potentiels, activables ou non selon la situation sociale et personnelle vécue par les individus. Ainsi, écrit l’auteur, « l’approche de la capabilité diffère de l’évaluation utilitariste (…) En ce sens, le point de vue de la capabilité assure une reconnaissance plus complète de la diversité des facteurs qui peuvent enrichir ou appauvrir une vie » (p. 81-82).

L’approche par les capabilités constitue une remise en cause de la théorie de Rawls sur la justice, fondée sur l’égalité des chances et l’accès à des droits fondamentaux. Sen décrie la conception des inégalités qui découle de la conception rawlsienne, qu’il juge trop abstraite. Il propose au contraire une conception pragmatique de « l’égalité réelle » qui « exige des mesures particulièrement étendues et complexes lorsqu’il s’agit de contrarier un lourd héritage d’inégalité ». 

Car en effet, si les mesures des inégalités sont complexes, c’est que leur estimation se jauge à l’appréciation sociale, plus ou moins consensuelle, des objets sources de privation. Sur ce point, débattre sur l’égalité et les inégalités convoquent deux questions liminaires « interdépendantes », qui constituent le point d’ancrage du premier chapitre de l’ouvrage d’ailleurs intitulé « Egalité de quoi ? » : « 1/ Pourquoi l’égalité et 2 : Egalité de quoi ? des revenus ? des fortunes ? des chances ? des accomplissements réels ? des libertés ? des droits ? » (p. 35)

Or, ces questionnements a priori simples convoquent des réflexions qui ne relèvent nullement de l’évidence, en particulier lorsqu’on veut évaluer des phénomènes comme par exemple le « bien-être » et la « liberté » personnels (voir chapitre 4 : « Liberté, qualité d’agent et bien-être ») dont disposent les individus dans une société donnée.

D’une part, Sen soutient qu’on peut en effet attribuer les états de « bien-être » et de « liberté » à autre chose qu’à la seule « aisance économique » estimée, dans les modèles libéraux, à partir d’indicateurs comme ceux de « revenu réel » ou encore de « niveaux de consommation » ; autrement dit à autre chose qu’aux seuls « moyens (biens et ressources) » (p. 244) dont disposent les individus dans une société donnée pour réaliser leurs capabilités.

D’autre part, il récuse un autre argument pivot de la doxa de l’économie libérale : la convergence systématique entre « bien-être personnel » et « liberté d’agent » (voir p. 106-110). Certaines situations peuvent conduire, développe Sen, à « des conflits possibles entre liberté et bien-être » (p. 106). Encore faut-il là aussi à cette étape du raisonnement définir de quelle liberté il est question.  Parle-t-on de liberté d’agent à faire des choix, ou de liberté de bien-être, ou des deux ?

Les conceptions purement utilitaristes et libérales, c’est-à-dire de maximisation des intérêts individuels au travers de la poursuite de l’accumulation de capitaux matériels et symboliques, ne permet pas de rendre compte de la diversité humaine des situations de liberté et de bien-être. Sen leur substitue une conception pragmatique et contingente, davantage représentative du panorama des conditions collectives et subjectives d’existence humaine, tant dans les pays capitalistes que dans les pays en développement. Les indicateurs standards de liberté et de bien-être brandis par les modèles de l’économie libérale classique et contemporaine échouent en effet à rendre compte du vécu réel des pauvres, des démunis, des précaires… Ces derniers doivent justement, simplement pour survivre, le plus souvent développer des stratégies alternatives à la poursuite d’une richesse ou d’un ‘bonheur’ inaccessible. Pour le dire autrement, l’économie psychique du désir des ‘exclus’ se situe sur une autre échelle et même dans une autre sphère que celle des mieux dotés en capital économique et social. Et, même si on peut y voir une forme de résignation, l’abandon d’objectifs matériels et symboliques, de facto inaccessibles aux plus déshérités, peut contribuer à préserver des formes de liberté et de bien-être subjectifs, alors que la poursuite opiniâtre de ces biens inaccessibles les entraverait au contraire.

L’universalisme abstrait des modèles libéraux ne rend pas non plus compte de la relativité de la pauvreté, selon qu’on la vit dans des sociétés opulentes capitalistes, où les écarts entre riches et pauvres peuvent être ressentis avec une acuité particulière, ou dans des sociétés globalement plus pauvres et peut-être moins enclines aux comparaisons sociales et à l’idéologie méritocratique.   

En conclusion, Amartya Sen repense, comme le titre de l’ouvrage y invite, les problématiques de l’égalité et de l’inégalité. Il propose de juger la qualité de la vie de l’individu à partir de ses « capabilités ». Autrement dit à partir de ce qu’il est réellement en mesure de réaliser dans sa situation, ou encore selon un principe de liberté non pas absolu et abstrait, mais substantiel. Des objectifs essentiels comme préserver sa santé, s’alimenter, mais également participer à la vie de sa communauté, ce qu’il nomme les « fonctionnements » -ce qu’une personne peut faire et être dans sa condition, même précaire, participe bien du sentiment de dignité et d’intégrité personnelles.

Cet ouvrage raisonne d’un écho particulier à l’heure actuelle, où, au sein même des sociétés « riches », les modèles économiques ultralibéraux, en Europe comme aux Etats-Unis, se craquellent et exacerbent

plus que jamais les risques de confrontation sociale dans des contextes d’inégalités protéiformes (socioéconomiques, socioculturelles, sociopolitiques, sanitaires…) entre citoyens.

La lecture de cet ouvrage d’économie et de philosophie -Sen théorisant sur les modèles organisationnels possibles pour une économie non pas du capital, mais des « capabilités »- bien que difficile, peut offrir des perspectives stimulantes pour les chercheurs et les praticiens en communication organisationnelle qui s’intéressent à des problématiques telles que la qualité de vie au travail, l’accompagnement du changement, ou encore la responsabilité sociétale des entreprises. On pourrait ainsi à l’avenir penser les innovations organisationnelles non plus seulement sous l’angle de l’accroissement exponentiel de dispositifs matériels -qui d’ailleurs paradoxalement crée à sa marge plus d’exclusion encore pour ceux qui ne ‘peuvent pas suivre’ (en raison de diverses caractéristiques : formation initiale, âge, habitus professionnels…), mais à l’aune des opportunités de « fonctionnements » réels qu’elles offrent aux salariés, dans leur vécu du travail et même au-delà, dans toutes les sphères de leur vie sociale et personnelle.