2è journée d’études CIEL – IUT Bordeaux Montaigne – 8/11/2019

Mis en avant

Repenser l’acquisition des compétences informationnelles en direction des « digital na(t)ives » : définitions, innovation pédagogique, écologie de l’attention et accès à l’environnement numérique

Le programme de la seconde journée d’études du projet CIEL co-piloté par Marlène DULAURANS et Hélène MARIE-MONTAGNAC est désormais disponible ici

Journée d’études en accès libre et gratuit sur inscription à :

  projetciel@netcourrier.com

LE programme

54 | 2019 Les « organisations collaboratives » en question

Mis en avant

Sous la direction de Elizabeth Gardère, Jean-Luc Bouillon et Catherine Loneux

Ce dossier consacré aux organisations collaboratives réunit des textes scientifiques francophones. Il s’agit tant d’approches théoriques que d’analyses ou d’études de cas. Dans le prolongement des travaux sur les premiers groupware ou collecticiels (Lépine, 2002), sur les communautés de pratiques (Wenger, 1999), « l’apprentissage collaboratif » (Grosjean, 2007) comme la mise en réseau des Technologies Numériques d’Information et de Communication sont intervenus au cours de la seconde moitié des années 1990. Depuis les années 2000, l’usage de l’épithète « collaboratif » s’est développé dans les discours managériaux et médiatiques. Il est question de travail collaboratif, d’économie collaborative et plus largement de pratiques collaboratives, se diffusant dans l’ensemble des champs de la vie sociale et professionnelle. Dans ce foisonnement notionnel, se trouvent entremêlés différents phénomènes hétérogènes. Étudier les pratiques collaboratives rejoint les préoccupations des recherches conduites dans le champ de la communication des organisations, dans la mesure où l’accent est mis sur les modalités de la construction des organisations et des processus d’organisation du social au travers de différents processus communicationnels. Le dossier 55 de la revue Communication & Organisation interroge la relation entre dispositifs, pratiques, discours collaboratifs, en s’intéressant aux processus communicationnels constitutifs des organisations concernées. Il se compose de huit articles, regroupés en trois parties axées successivement sur le collaboratif comme régime d’activité collective, l’équipement sociotechnique des pratiques collaboratives et le lien entre pratiques collaboratives et dynamiques d’évolution organisationnelle.

Les articles de ce numéro sont disponibles en texte intégral via abonnement/accès payant sur le portail Cairn.
Consulter ce numéro

Le désapprentissage : une définition critique

Mis en avant

Rédigé par Eloïse Vanderlinden

Initialement mobilisé en sciences de gestion, le concept de désapprentissage a été défini dans cette discipline comme un effort, supposé nécessaire, d’adaptation. Un consensus s’est ensuite dégagé parmi les chercheurs qui y font référence pour considérer qu’il ne renvoie ni à un phénomène d’oubli, ni de dysapprentissage (cf. Metzger, 2007), mais plutôt à une compétence d’action. D’autres auteurs envisagent le désapprentissage comme un processus qui relève d’enjeux de pouvoir et entretient l’illusion d’une « connaissance possible immédiate aussi immanente qu’effaçable » (cf. Botet-Pradeilles, 2014).

Le concept de désapprentissage est le plus souvent mobilisé dans les contextes organisationnels qui impliquent un mouvement de changement continu. En effet, les mutations contemporaines du capitalisme enjoignent les organisations à s’adapter constamment aux diverses demandes de leurs parties prenantes, mais aussi à de nouvelles exigences sociotechniques et gestionnaires.

Continuer la lecture

QVT et RPS

Mis en avant

Rédigé par Delphine Dupré, Aurélie Laborde

De la prévention des risques psychosociaux à la promotion de la qualité de vie au travail

 

1. Racines historiques des concepts

Les fondements du concept de Qualité de Vie au Travail (QVT) apparaissent dans les années 1950 dans le cadre de recherches mettant à jour les limites du taylorisme. La QVT prend ainsi sa source dans l’analyse socio-technique des organisations et les travaux d’Eric Trist, mettant alors en évidence le lien entre efficacité au travail et qualité de vie au travail (ANACT, 2013).

La première conférence internationale dédiée à la qualité de vie au travail (Quality of working life) se tient en 1972 aux Etats-Unis, elle s’achève avec la création du premier conseil international éponyme. Parallèlement, l’intérêt pour la santé psychologique au travail et les premiers travaux sur le stress et le burn out se développent en Amérique du Nord et en Europe.

Sur ces fondements, deux courants émergeront. L’un aux Etats Unis, plutôt attaché au développement des personnes, dans le cadre de l’école des Relations humaines et à la suite des travaux de Maslow et Mc Gregor sur les facteurs de « motivation » des travailleurs ; l’autre en Europe, plus particulièrement en Suède, mettant l’accent sur les collectifs de travail et la participation des salariés.

En France, les entreprises et les politiques publiques ont choisi de se tourner dès les années 80 vers la question des risques professionnels et de leur prévention. Les années 90-2000 sont consacrées aux travaux sur la santé psychologique au travail et débouchent en 2011 sur le rapport Gollac, synthèse des réflexions sur les Risques psychosociaux au travail et outil statistique de suivi des RPS dans les organisations. La question de la Qualité de vie au travail n’apparait que récemment en France, avec l’Accord National Interprofessionnel sur l’égalité professionnelle et la qualité de vie au travail de juin 2013.

Continuer la lecture

Colloque international LINSEC Aix-en-Provence 13-14 juin 2019

Téléchargez le diaporama de la communication

Les évolutions liées au développement du numérique (Doueihi, 2008 ; Rieffel, 2014) ont profondément bouleversé l’enseignement supérieur et ses modes de communication. L’université relève aujourd’hui de nouveaux défis, qu’il s’agisse de ses modalités d’apprentissage (Devauchelle, 2012 ; Serres, 2012), d’enseignement (Davidenkoff, 2014) ou encore de l’accès aux ressources informationnelles (Pédauque, 2003 ; Liquète, 2014).

En effet, au travers de ses missions d’enseignement et de recherche, elle figure parmi les institutions contraintes à l’innovation (Fichez, 2008) tant sur le plan organisationnel (Alter, 2013) que technologique (Akrich, Callon, Latour, 2006) et pédagogique (Tricot, 2017). Plusieurs décisions politiques, notamment la loi du 22 juillet 2013, encouragent les universités à mieux accompagner leurs étudiants dans la préparation de leur insertion professionnelle. Ces décisions tendent également à donner une place prédominante à l’apprentissage des connaissances et des méthodologies de recherche supplémentaires en matière de savoir-être et de savoir-faire (Dulaurans et al., 2016). Néanmoins, l’un des obstacles à cette réussite se traduit par le décrochage universitaire et la difficulté des primo-arrivants à acquérir les compétences propres au « métier d’étudiant » (Coulon, 1997), à l’instar de la capacité à faire face à la profusion d’information, à la multiplicité des sources ou encore à la diversité des canaux actuels. 

Continuer la lecture

AAC 57 I 2019 I La question européenne dans les organisations

Mis en avant

Coordination

Calendrier

  • Envoi des propositions selon les consignes de rédaction : 15 septembre 2019
  • Retour aux auteurs de la sélection des propositions : 20 septembre 2019
  • Remise de l’article intégral : 9 décembre 2019
  • Retour aux auteurs de l’évaluation par le comité de lecture : 24 janvier 2020
  • Retour des articles définitifs : 28 février 2020
  • Publication du numéro : juin 2020

En 2000, le numéro 17 de la revue Communication & Organisation, « Europe et communication »(Denoit, Galinon-Ménélec, 2000), voyait le jour dans le contexte du lancement de l’Euro, événement révélateur du primat de la dimension économique qui a marqué la construction européenne depuis le Traité de Rome en 1957. En analysant la place et les responsabilités de la communication dans les avancées et les difficultés de la construction européenne, ce numéro interrogeait, d’une part, le rôle des États en tant qu’interfaces entre l’Europe et le citoyen et, d’autre part, les potentialités de dépassement des différences, résistances et réalités nationales disparates dans l’Union européenne. En faisant le constat d’une communication publique européenne technocratique, descendante et fonctionnelle, les contributions de ce numéro analysaient une relation de puissance et d’instrumentalisation du citoyen par les institutions européennes et détaillaient les dangers de l’hégémonie d’une communication technolibérale, du déterminisme technologique, de la non-prise en compte des demandes des citoyens européens et des perceptions inégales du sentiment d’appartenance à l’Europe en fonction des zones géographiques (noyau historique d’Europe de l’Ouest versus pays de l’élargissement ultérieur vers l’Est, pays du Nord versus Méditerranée).

Continuer la lecture

Journée Transversale MICA Médiation et Remédiation

Programme complet ici

La notion de médiation fait l’objet d’une attention croissante des chercheurs en SIC, l’approche théorique s’effectuant le plus souvent à partir des différents territoires del’information, dela communicationet de la culture. Ainsi distingue-t-on trivialement les médiations technologiques, pédagogiques, institutionnelles et culturelles, qu’elles soient envisagées dans le cadre de l’intime, du corps ou de l’urbain.Pour SCHAEFFER(1970), la médiation se définit par un triangle de rapports entre public, producteur, auteur. Elle est,pour JOUET (1993), à la fois technique « car l’outil utilisé structure la pratique », et sociale « car les mobiles, les formes d’usage et le sens accordé à la pratique se ressourcent dans le corps social». Dans un effort de synthèse, DAVALLON (2003) associe aux médiations trois lignes exploratoires selon que l’approche mette l’accent sur le langage (sémiologie, anthropologie, sociologie)ou sur les technologies. L’on peut voir à travers cette notion un moyen d’appréhender de façon complète le média, celui-ci étant à la fois un lieu de production du discours social, un espace de rencontre et d’interaction avec le public, le récepteur et les œuvres, carrefour aussi d’une multiplicité d’enjeux, politiques, économiques, artistiques ou sociétaux. Le colloque transversal permettra donc de mieux saisir les pratiques de communication en les considérant comme un produit de la médiation (et non l’inverse) en dépassant les conceptions mécanistes. La médiation implique donc nécessairement une transformation de la situation, du dispositif communicationnel, des entités en présence.La notion de médiation a ceci de pertinent qu’elle offre la possibilité de focaliser sur les interrelations entre les éléments techniques et les éléments humains.Par exemple, les œuvres d’art ne sont pas des objets stables qui supporteraient une approche univoque et sûre. Au contraire, elles prennent des sens et des colorations esthétiques différentes selon les lieux qu’elles traversent et qu’elles informent à leur tour, ou selon les époques, provoquant des éclairages rétroactifs sur les œuvres du passé en même temps qu’elles bénéficient de cette compréhension nouvelle (ARASSE). La médiation peut alors être envisagée à l’aune de la plasticité de l’œuvre. Elle serait le processus de métamorphose entre les œuvres, ouvert au contexte. L’art en effet ne se contente plus d’être apprécié comme une production coupée du monde des usages, des supports et produits dérivés: il participe de l’atmosphère esthétique du monde. L’art invente des récits et des mises en fictions en des œuvres polyphoniques et polymorphiques qui appellent à interprétations plurielles.La structuration du MICA entre SIC et Arts nous incite donc à questionner la notion de médiation dans toutes ses dimensions. Les objets d’étude des chercheurs du MICA suffisent à illustrer la diversité des transformations à l’œuvre et les questions qu’elles recouvrent.

 

Prendre acte des médiations existantes oblige en effet à reconsidérer l’intersubjectivité, la relation et l’action des nouveaux dispositifs, les modifications des formes symboliques et des modes de construction du corps social. Les médiations doivent aujourd’hui assumer des médiations antérieures et les «refaire». L’idée de remédiation permettrait de saisir la médiation avec toutes ses implications. L’approche de LATOUR (1991, 2008) tend à reconsidérer le processus de la médiation comme un ajustement d’objets, un réaménagement des architectures et une réadaptation des villes à de nouveaux besoins. Associée au design «précautionneux» de l’auteur, elle s’inscrit en tout cas dans une généalogie débutant avec MOHOLY-NAGY (1947) qui réclame déjà un design «en relation avec les besoins de l’individu et de la communauté» et croise le redesign de BRANZI (2010). Ces divers déplacements terminologiques en interrogent donc quelques aspects implicites en soulignant à la fois un intérêt pour les modalités de la transformation médiatique, pour les transformations des objets, des sujets, des pratiques, des interactions et de l’environnement et pour les bénéfices de ces transformations.Le passage de la notion de médiation à celle de re-médiation et en lumière un déplacement qui s’opère graduellement de l’action vers la réaction, de l’ajustement vers le réajustement, du formatage vers le reformatage, de la médiatisation vers la remédiatisation, de l’information vers la réinformation. Ce glissement n’est pas anodin, il souligne la nécessité d’un rééquilibrage, d’une réorientation des politiques voire des stratégies informationnelles, communicationnelles, artistiques, esthétiques, digitales. Traiter de la médiation en la mettant en perspective avec la remédiation exprime la nécessité dans laquelle nous sommes pris de traiter d’une manière nouvelle la question des données, des algorithmes, de l’information, de la connaissance, de l’art, de la technique, de l’espace, du corps, du contemporain, du sens…Mais la remédiation est aussi un espace où les possibles sont débarrassés d’une multiplicité d’entraves donnant lieu à la mise en œuvre de processus de reliance. La remédiation (qui signifie apporter un remède) est en fait, selon le psychologue de l’éducation VYGOSTKI, une « re-médiation ». La remédiation peut être conçue comme une ré-interprétation dans le sens de la résilience (CYRULNIK). Il s’agirait de dégager les significations par un travail de réappropriation de ce qui s’est inscrit trop violemment, transformer la teneur de la trace, la remodeler, suivre la survivance de l’image (WARBURG). L’on comprend donc que les domaines d’application sont nombreux, ils vont du management au développement économique et social. Mais il s’agit avant tout et surtout de lutter contre les violences, d’éviter les manipulations de tout genre, de réparer, de réguler, de réinventer le consensus, de dépasser les obstacles, de construire la mémoire de manière apaisée, de représenter la souffrance, de construire l’intelligence collective. La notion de remédiation peut ainsi s’entendre comme «réparation» au sens de souci du prendre soin (care), d’une attention à l’humain, impliquant non seulement de lui ménager une place participative active mais aussi créative. Il conviendra alors sans doute de distinguer, au sein des processus mis en jeu, ce qui serait de l’ordre de la créativité, de l’invention et de l’innovation. La portée critique de l’art sur les TIC comme sur les Humanités digitales pourrait permettre de réfléchir à une médiatisation comme forme de remise en cause constante.Mais on ne peut questionner la remédiation sans évoquer les notions de convergence, d’hypermédiation, de dé-médiation, d’hybridation, d’intermédialité et d’interopérabilité.Dans un souci de transversalité, le regard des chercheurs devrait rester attentif à l’évolution des concepts,des pratiques et des méthodologies à la fois quantitatifs et qualitatifs.Modalités pratiques

 

Comité Scientifique :  Noble Akam, Myriam Bahuaud, Franck Cormerais, Cécile Croce, Etienne Damome, Alain Kiyindou, Bernard Lafargue, Marie-Christine Lipani, Maria-Caterina Manes-Gallo, Annick Monseigne, Hélène Marie-Montagnac, Nayra Vacaflor.

54 | 2018 Pratiques de la communication et Big Data

Sous la direction de Francine Charest et Anne-Marie Cotton

Le phénomène des Big Data s’est rapidement imposé comme un enjeu majeur au niveau mondial pour les organisations qui les collectent et les exploitent, mais il l’est tout autant pour les individus dont les traces numériques sont suivies, répertoriées, analysées et croisées que pour les institutions qui ont pour objectif de réguler les systèmes d’information et de protection de la vie privée. Le numéro 54 de la revue Communication & Organisation veut questionner les enjeux liés aux Big Data dans une perspective informationnelle et communicationnelle tout en tenant compte des ramifications managériales que sous-tend l’usage stratégique des données massives.
Cinq défis auxquels doivent faire face les professionnels de la communication en organisation sont évoqués dans ce numéro : la montée en compétences et la professionnalisation ; la pertinence stratégique ; la qualification et le traitement ; la confiance et la défiance ; et enfin, différents modèles de présence numérique.
Confronté aux données massives, comment le professionnel de la communication peut-il composer avec le paradoxe de la volatilité versus de la permanence de la présence numérique ? C’est ce que ce numéro questionne à travers les différents thèmes évoqués.

Disponible sur OpenEdition.org et Cairn.

53 | 2018 Digitalisation et recrutement : perspectives informationnelles et communicationnelles

Sous la direction de Isabelle Cousserand-Blin et Nathalie Pinède

Depuis une vingtaine d’années, les pratiques de recrutement s’appuient toujours davantage sur des outils numériques et depuis une dizaine d’années, sur les réseaux sociaux. Elles se sont diversifiées pour s’inscrire dans une triple dynamique de visibilité, d’attractivité et de sélectivité, qui touche autant les organisations que les individus, autrement dit les recruteurs comme les candidats, chacun désormais attentif à sa réputation. Si cette transformation accroît le niveau d’exigence concernant les informations diffusées et se traduit par de la transparence, elle peut induire une certaine opacité dans le traitement des données numériques. Les changements à l’œuvre mettent en jeu de nouvelles formes interactionnelles et conversationnelles qui interrogent autant le traitement informationnel que le cadre communicationnel. Ce numéro aborde donc la problématique du recrutement à l’aune des dispositifs numériques, tant du côté des employeurs que des candidats, et interroge les logiques de ces formes multiples de mise en visibilité.

Disponible sur OpenEdition.org et Cairn.

52 | 2017 Communauté, sociabilité et bien commun: approche internationale

Sous la direction de Nicole d’Almeida, Ivone de Lourdes Oliveira et Ângela Salgueiro Marques

La communauté doit être comprise comme un processus organisant et organisé résultant de la constitution permanente de peuples, de collectifs et de groupes qui cherchent à articuler leurs singularités avec une vie sociale collective marquée par des relations de proximité et par la recherche du commun. La notion de communauté sera ici pensée comme un travail : travail de discussion de valeurs, d’élaboration de normes ou principes, travail d’auto-organisation et de stabilisation de groupes sociaux. L’approche sociologique de F. Tönnies a construit au début du XXe siècle le concept de communauté de manière binaire, distinguant les relations communautaires et les relations sociétaires et les mettant en opposition. Selon l’auteur, les relations communautaires se caractérisent par la convivialité et l’intimité fondées sur des relations de parenté ou de voisinage présentes dans les sociétés traditionnelles et rurales où se perpétuent des coutumes et habitudes liées à une économie domestique et agricole. Le passage à la modernité industrielle provoque des ruptures dans les relations de sociabilité et se développent de nouvelles formes de vivre ensemble. Si auparavant, le vivre ensemble se faisait sur la base d’affects, de complicités, de proximité et de compagnonnage, dans les relations sociétaires prédomine le mode du contrat, de la sociabilité marchande qui comporte une grande part de rationalité. Nous retenons deux pistes issues de la perspective de Tönnies. D’une part le fait que la question de la communauté se pose à un moment de transformation sociale majeure, celle que Tönnies observe en son temps et celle que nous connaissons un siècle plus tard, dans nos sociétés mondialisées, globalisées et numérisées. D’autre part, nous en retenons l’importance de la question des relations en présence, relations aujourd’hui renouvelées, complexifiées et dont nous proposons d’explorer la dimension agissante, notamment dans la perspective des formations-transformations sociales en cours de part et d’autre de l’Atlantique. Ce dossier met ainsi en question et en débat les manières de comprendre les relations entre organisations et communautés, envisageant le rôle des conflits, la présence de formes de violence, les tentatives d’instauration d’une justice économique et sociale, au point d’articulation entre intérêts corporatifs et demandes sociales-civiques (Deetz 1992, Bauman 2003). Ceci souligne le croisement existant entre les perspectives sociale, économique et historique présentes dans le concept de communauté.

Disponible sur OpenEdition.org et Cairn.

51 | 2017 Les nouvelles cultures de l’information dans les organisations

Sous la direction de Vincent Liquète, Ivone de Lourdes Oliveira et Angela Salgueiro Marques

Longtemps abordée au singulier, la culture de l’information est à présent traitée à la forme plurielle. Dans ce numéro, un ensemble de cultures de l’information sont abordées dans des formes d’organisations variées (université, entreprise, école, monde social et associatif…). La perspective choisie est également comparatiste ; entre les lectures informationnelles et communicationnelles, entre chercheurs français et chercheurs brésiliens, entre monde professionnel et monde social. Au-delà du rapport aux informations, aux technologies, aux dispositifs et aux documents, les perspectives de ce numéro montrent des intentions communicationnelles et des représentations tenaces qui permettent d’enrichir et de considérer la complexité de ce concept.

Disponible sur openEditions et cairn

Résilience

Article rédigé par Florence HENON et Hélène MARIE-MONTAGNAC

Étymologie et historique du terme

Employé par la médecine chinoise traditionnelle pour évoquer la capacité des systèmes vivants à se régénérer après une blessure grave, le terme de résilience apparait en Grande-Bretagne au XIXè siècle et désigne alors des individus présentant un caractère souple et une résistance physique leur permettant de faire preuve de ressort face aux événements, rejoignant par-là l’étymologie du terme latin resilire, qui signifie littéralement sauter en arrière, rebondir, mais également se rétracter, se libérer d’une contrainte (résilier un contrat). Sur le plan scientifique, le concept est initialement développé dans le domaine de la physique [1] comme la capacité d’un objet à retrouver son état initial après un choc ou une pression continue, mais aussi comme le seuil de rupture d’un corps. Dépassant le cadre des sciences exactes depuis la seconde moitié du XXè siècle, le concept de résilience rencontre aujourd’hui un vif engouement dans de nombreuses disciplines en sciences humaines et sociales.

Continuer la lecture

Amartya Sen, Repenser l’inégalité, 2000, par Nadège SOUBIALE

 Comment concevoir la justice économique et sociale alors que la fin du 20e s. a été marquée par le retour des inégalités dans les sociétés occidentales ? L’ouvrage du prix Nobel d’économie 1998, Amartya Sen, offre des pistes de réflexion originales pour aborder la question dans le contexte contemporain. 

Traiter des inégalités nécessite tout d’abord de reposer la question de l’égalité, et des conceptions qui ont prévalu jusqu’alors en philosophie et en économie politiques, aussi bien en Europe qu’aux Etats-Unis.  

A l’aune de quels critères peut-on évaluer l’égalité entre les individus d’une société : par rapport à leurs revenus, à leur bien-être, aux ‘utilités sociales’ dont ils disposent, selon leurs désirs et leurs préférences, aux droits et libertés dont ils jouissent, ou encore à leurs chances équitables d’accéder à tous ces biens et ces droits ?  Et est-il possible d’élaborer des modèles de justice économique et sociale qui combinent l’ensemble de ces paramètres, ou au contraire l’égalité sur l’un des paramètres exclut-elle l’égalité sur un autre paramètre ?

Pour apporter un éclairage sur ces questions, Amartya Sen propose de reconsidérer les liens entre égalité et liberté en adoptant une grille de lecture qui revisite diverses conceptions éthiques d’organisation sociale, et qui tient compte de la diversité humaine sur plusieurs dimensions (non seulement l’âge et le genre, mais aussi les compétences et aptitudes ainsi que la vulnérabilité face à certains risques sanitaires et sociaux).

L’intérêt majeur de l’ouvrage réside dans la remarquable critique que Sen propose des théories classiques qui posent a priori l’hypothèse d’un égalitarisme abstrait et universel. Ainsi l’auteur discute à nouveau la controverse qui oppose les « égalitaristes du revenu » aux ultralibéraux, et qui contraint inévitablement à choisir entre égalité économique et liberté. De même qu’il réfute les conceptions utilitaristes qui accordent la primauté à la satisfaction optimale des désirs, alors que cette quête n’a pas de sens pour les plus pauvres, qui ne sont pas en capacité de désirer des choses qui leur sont de facto inaccessibles.  

L’auteur développe ainsi une analyse de l’égalité et de la justice centrée sur un concept principal dénommé par un néologisme, celui de « capabilité », inspiré du mot anglais « capability ». Les capabilités désignent une gamme de fonctionnements humains potentiels, activables ou non selon la situation sociale et personnelle vécue par les individus. Ainsi, écrit l’auteur, « l’approche de la capabilité diffère de l’évaluation utilitariste (…) En ce sens, le point de vue de la capabilité assure une reconnaissance plus complète de la diversité des facteurs qui peuvent enrichir ou appauvrir une vie » (p. 81-82).

L’approche par les capabilités constitue une remise en cause de la théorie de Rawls sur la justice, fondée sur l’égalité des chances et l’accès à des droits fondamentaux. Sen décrie la conception des inégalités qui découle de la conception rawlsienne, qu’il juge trop abstraite. Il propose au contraire une conception pragmatique de « l’égalité réelle » qui « exige des mesures particulièrement étendues et complexes lorsqu’il s’agit de contrarier un lourd héritage d’inégalité ». 

Car en effet, si les mesures des inégalités sont complexes, c’est que leur estimation se jauge à l’appréciation sociale, plus ou moins consensuelle, des objets sources de privation. Sur ce point, débattre sur l’égalité et les inégalités convoquent deux questions liminaires « interdépendantes », qui constituent le point d’ancrage du premier chapitre de l’ouvrage d’ailleurs intitulé « Egalité de quoi ? » : « 1/ Pourquoi l’égalité et 2 : Egalité de quoi ? des revenus ? des fortunes ? des chances ? des accomplissements réels ? des libertés ? des droits ? » (p. 35)

Or, ces questionnements a priori simples convoquent des réflexions qui ne relèvent nullement de l’évidence, en particulier lorsqu’on veut évaluer des phénomènes comme par exemple le « bien-être » et la « liberté » personnels (voir chapitre 4 : « Liberté, qualité d’agent et bien-être ») dont disposent les individus dans une société donnée.

D’une part, Sen soutient qu’on peut en effet attribuer les états de « bien-être » et de « liberté » à autre chose qu’à la seule « aisance économique » estimée, dans les modèles libéraux, à partir d’indicateurs comme ceux de « revenu réel » ou encore de « niveaux de consommation » ; autrement dit à autre chose qu’aux seuls « moyens (biens et ressources) » (p. 244) dont disposent les individus dans une société donnée pour réaliser leurs capabilités.

D’autre part, il récuse un autre argument pivot de la doxa de l’économie libérale : la convergence systématique entre « bien-être personnel » et « liberté d’agent » (voir p. 106-110). Certaines situations peuvent conduire, développe Sen, à « des conflits possibles entre liberté et bien-être » (p. 106). Encore faut-il là aussi à cette étape du raisonnement définir de quelle liberté il est question.  Parle-t-on de liberté d’agent à faire des choix, ou de liberté de bien-être, ou des deux ?

Les conceptions purement utilitaristes et libérales, c’est-à-dire de maximisation des intérêts individuels au travers de la poursuite de l’accumulation de capitaux matériels et symboliques, ne permet pas de rendre compte de la diversité humaine des situations de liberté et de bien-être. Sen leur substitue une conception pragmatique et contingente, davantage représentative du panorama des conditions collectives et subjectives d’existence humaine, tant dans les pays capitalistes que dans les pays en développement. Les indicateurs standards de liberté et de bien-être brandis par les modèles de l’économie libérale classique et contemporaine échouent en effet à rendre compte du vécu réel des pauvres, des démunis, des précaires… Ces derniers doivent justement, simplement pour survivre, le plus souvent développer des stratégies alternatives à la poursuite d’une richesse ou d’un ‘bonheur’ inaccessible. Pour le dire autrement, l’économie psychique du désir des ‘exclus’ se situe sur une autre échelle et même dans une autre sphère que celle des mieux dotés en capital économique et social. Et, même si on peut y voir une forme de résignation, l’abandon d’objectifs matériels et symboliques, de facto inaccessibles aux plus déshérités, peut contribuer à préserver des formes de liberté et de bien-être subjectifs, alors que la poursuite opiniâtre de ces biens inaccessibles les entraverait au contraire.

L’universalisme abstrait des modèles libéraux ne rend pas non plus compte de la relativité de la pauvreté, selon qu’on la vit dans des sociétés opulentes capitalistes, où les écarts entre riches et pauvres peuvent être ressentis avec une acuité particulière, ou dans des sociétés globalement plus pauvres et peut-être moins enclines aux comparaisons sociales et à l’idéologie méritocratique.   

En conclusion, Amartya Sen repense, comme le titre de l’ouvrage y invite, les problématiques de l’égalité et de l’inégalité. Il propose de juger la qualité de la vie de l’individu à partir de ses « capabilités ». Autrement dit à partir de ce qu’il est réellement en mesure de réaliser dans sa situation, ou encore selon un principe de liberté non pas absolu et abstrait, mais substantiel. Des objectifs essentiels comme préserver sa santé, s’alimenter, mais également participer à la vie de sa communauté, ce qu’il nomme les « fonctionnements » -ce qu’une personne peut faire et être dans sa condition, même précaire, participe bien du sentiment de dignité et d’intégrité personnelles.

Cet ouvrage raisonne d’un écho particulier à l’heure actuelle, où, au sein même des sociétés « riches », les modèles économiques ultralibéraux, en Europe comme aux Etats-Unis, se craquellent et exacerbent

plus que jamais les risques de confrontation sociale dans des contextes d’inégalités protéiformes (socioéconomiques, socioculturelles, sociopolitiques, sanitaires…) entre citoyens.

La lecture de cet ouvrage d’économie et de philosophie -Sen théorisant sur les modèles organisationnels possibles pour une économie non pas du capital, mais des « capabilités »- bien que difficile, peut offrir des perspectives stimulantes pour les chercheurs et les praticiens en communication organisationnelle qui s’intéressent à des problématiques telles que la qualité de vie au travail, l’accompagnement du changement, ou encore la responsabilité sociétale des entreprises. On pourrait ainsi à l’avenir penser les innovations organisationnelles non plus seulement sous l’angle de l’accroissement exponentiel de dispositifs matériels -qui d’ailleurs paradoxalement crée à sa marge plus d’exclusion encore pour ceux qui ne ‘peuvent pas suivre’ (en raison de diverses caractéristiques : formation initiale, âge, habitus professionnels…), mais à l’aune des opportunités de « fonctionnements » réels qu’elles offrent aux salariés, dans leur vécu du travail et même au-delà, dans toutes les sphères de leur vie sociale et personnelle.     

Colloque international Dark Side : le « côté obscur » de la communication des organisations, Bordeaux, MSHA, 28-29 mars 2019

Mis en avant

Colloque international Org&Co – 28 & 29 mars 2019 – Bordeaux – France

Avec le MICA (EA 4426), Université Bordeaux Montaigne & Label Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication (SFSIC)

Inscription et programme sur https://darkside-2019.sciencesconf.org

Le groupe d’études et de recherches Org&Co de la Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication (SFSIC) est dédié aux recherches sur la communication des organisations / organisationnelle. Il met en place régulièrement des colloques et journées d’études, ouverts aux débats critiques et aux controverses, qui questionnent les transformations organisationnelles. Flexibilité, recompositions continues, externalisations et impartitions de la production des biens et des services, basculement des logiques de l’opération à des logiques processuelles… une diversité de phénomènes contemporains font évoluer les pratiques professionnelles et invitent à questionner les communications à l’œuvre.

Le MICA, est l’équipe d’accueil en Sciences de l’Information et de la Communication de l’Université Bordeaux Montaigne. Le laboratoire héberge une équipe qui consacre ses travaux à la communication organisationnelle et publie depuis 1991, la revue scientifique Communication & Organisation, désormais éditée conjointement par les Presses Universitaire de Bordeaux et les plateformes numériques Cairn et Open Editions. Le MICA accueillera le colloque sur le campus de Bordeaux à Pessac, à la Maison des sciences de l’Homme d’Aquitaine.

Continuer la lecture