AAC 56 I 2019 I Les organisations malades du numériques

LES ORGANISATIONS MALADES DU NUMÉRIQUE

Coordination :

  • Valérie Carayol (MICA, Bordeaux Montaigne) 
  • Aurélie Laborde (MICA, Bordeaux Montaigne)
  • Luc Bonneville (GRICO, Université d’Ottawa

CALENDRIER

  • Envoi des propositions de 6 000 caractères espace compris, selon les consignes de rédaction, bibliographie non comprise : 29 mars 2019
  • Retour aux auteurs de la sélection des propositions : 15 avril 2019
  • Remise de l’article intégral pour relecture en double aveugle par le comité de lecture : 30 juin 2019
  • Retour aux auteurs de l’évaluation par le comité de lecture : 20 septembre 2019
  • Retour des articles définitifs : 15 octobre 2019
  • Publication du numéro : décembre / janvier 2019

L’évolution des pratiques de communication suscitées par l’extension des réseaux numériques a fait émerger plusieurs phénomènes dans les organisations : des transformations de l’organisation du travail (surtout étudiées dans la période 1985-2000 : Eyraud et alii 1988 ; Alsène 1990 ; Benghozi et alii 1999), des transformations du management et des modes de coordination de l’action collective (étudiées surtout dans la décennie 2000-2010 : Bobillier-Chaumon 2003 ; Bonneville 2005 ; Gramaccia et alii 2004 ; Metzger 2010 ; Proulx 2005) et enfin des transformations des pratiques professionnelles, des métiers et des professions qui retiennent toute l’attention des chercheurs depuis presque une dizaine d’années (Bourret 2010 ; Comtet 2011 ; Laborde 2012 ; Venin 2013 ; Lepine et alii 2014 ; Carayol et alii 2016).

Continuer la lecture

55 I 2019 I Les organisations collaboratives

Coordination  » Les organisations collaboratives « 

Communication & Organisation I 55 I juin 2019

Elizabeth GARDERE Professeur des Universités, Université de Bordeaux, MICA (EA 4426)

Jean-Luc BOUILLON Professeur des Universités, Université Rennes 2, PREFICS (EA 7469)

Catherine LONEUX Professeur des Universités, Université Rennes 2, PREFICS (EA 7469)

Appel à articles :

Au sein de la plupart des espaces sociaux, la question collaborative occupe une place centrale depuis la seconde moitié des années 2000. D’innombrables publications professionnelles et tournées vers le grand public décrivent ainsi l’essor de l’économie, de la consommation, de la société collaborative. Dans le même temps, la transformation des activités professionnelles se traduirait par la montée en puissance d’entreprises et d’organisations collaboratives, et bien évidemment du travail collaboratif.

Par-delà cette polysémie, l’épithète « collaboratif » renvoie à un phénomène social désignant une forme d’activité collective, mêlant parfois de manière confuse activités de travail (qu’il s’agisse de travail salarié, de travail inscrit dans une relation marchande, de mise au travail du consommateur, de l’usage d’espaces partagés dédiés au coworking…) et d’autres formes d’activités sociales relevant de logiques non marchandes, citoyennes, tournées vers la contribution de chaque partie prenante et l’intérêt général. Malgré son omniprésence dans les discours publics de toutes natures, le phénomène collaboratif reste souvent insaisissable. Le collaboratif est évoqué et invoqué, se suffisant à lui-même, étant considéré comme allant de soi, relevant d’une apparente évidence soigneusement entretenue. Tout se passe comme si plus on parlait de collaboration et de collaboratif, moins on conceptualisait cette notion et moins on réfléchissait à ses implications en termes d’agencement de l’action collective.

Continuer la lecture