54 | 2019 Les « organisations collaboratives » en question

Mis en avant

Sous la direction de Elizabeth Gardère, Jean-Luc Bouillon et Catherine Loneux

Ce dossier consacré aux organisations collaboratives réunit des textes scientifiques francophones. Il s’agit tant d’approches théoriques que d’analyses ou d’études de cas. Dans le prolongement des travaux sur les premiers groupware ou collecticiels (Lépine, 2002), sur les communautés de pratiques (Wenger, 1999), « l’apprentissage collaboratif » (Grosjean, 2007) comme la mise en réseau des Technologies Numériques d’Information et de Communication sont intervenus au cours de la seconde moitié des années 1990. Depuis les années 2000, l’usage de l’épithète « collaboratif » s’est développé dans les discours managériaux et médiatiques. Il est question de travail collaboratif, d’économie collaborative et plus largement de pratiques collaboratives, se diffusant dans l’ensemble des champs de la vie sociale et professionnelle. Dans ce foisonnement notionnel, se trouvent entremêlés différents phénomènes hétérogènes. Étudier les pratiques collaboratives rejoint les préoccupations des recherches conduites dans le champ de la communication des organisations, dans la mesure où l’accent est mis sur les modalités de la construction des organisations et des processus d’organisation du social au travers de différents processus communicationnels. Le dossier 55 de la revue Communication & Organisation interroge la relation entre dispositifs, pratiques, discours collaboratifs, en s’intéressant aux processus communicationnels constitutifs des organisations concernées. Il se compose de huit articles, regroupés en trois parties axées successivement sur le collaboratif comme régime d’activité collective, l’équipement sociotechnique des pratiques collaboratives et le lien entre pratiques collaboratives et dynamiques d’évolution organisationnelle.

Les articles de ce numéro sont disponibles en texte intégral via abonnement/accès payant sur le portail Cairn.
Consulter ce numéro

54 | 2018 Pratiques de la communication et Big Data

Sous la direction de Francine Charest et Anne-Marie Cotton

Le phénomène des Big Data s’est rapidement imposé comme un enjeu majeur au niveau mondial pour les organisations qui les collectent et les exploitent, mais il l’est tout autant pour les individus dont les traces numériques sont suivies, répertoriées, analysées et croisées que pour les institutions qui ont pour objectif de réguler les systèmes d’information et de protection de la vie privée. Le numéro 54 de la revue Communication & Organisation veut questionner les enjeux liés aux Big Data dans une perspective informationnelle et communicationnelle tout en tenant compte des ramifications managériales que sous-tend l’usage stratégique des données massives.
Cinq défis auxquels doivent faire face les professionnels de la communication en organisation sont évoqués dans ce numéro : la montée en compétences et la professionnalisation ; la pertinence stratégique ; la qualification et le traitement ; la confiance et la défiance ; et enfin, différents modèles de présence numérique.
Confronté aux données massives, comment le professionnel de la communication peut-il composer avec le paradoxe de la volatilité versus de la permanence de la présence numérique ? C’est ce que ce numéro questionne à travers les différents thèmes évoqués.

Disponible sur OpenEdition.org et Cairn.

53 | 2018 Digitalisation et recrutement : perspectives informationnelles et communicationnelles

Sous la direction de Isabelle Cousserand-Blin et Nathalie Pinède

Depuis une vingtaine d’années, les pratiques de recrutement s’appuient toujours davantage sur des outils numériques et depuis une dizaine d’années, sur les réseaux sociaux. Elles se sont diversifiées pour s’inscrire dans une triple dynamique de visibilité, d’attractivité et de sélectivité, qui touche autant les organisations que les individus, autrement dit les recruteurs comme les candidats, chacun désormais attentif à sa réputation. Si cette transformation accroît le niveau d’exigence concernant les informations diffusées et se traduit par de la transparence, elle peut induire une certaine opacité dans le traitement des données numériques. Les changements à l’œuvre mettent en jeu de nouvelles formes interactionnelles et conversationnelles qui interrogent autant le traitement informationnel que le cadre communicationnel. Ce numéro aborde donc la problématique du recrutement à l’aune des dispositifs numériques, tant du côté des employeurs que des candidats, et interroge les logiques de ces formes multiples de mise en visibilité.

Disponible sur OpenEdition.org et Cairn.

52 | 2017 Communauté, sociabilité et bien commun: approche internationale

Sous la direction de Nicole d’Almeida, Ivone de Lourdes Oliveira et Ângela Salgueiro Marques

La communauté doit être comprise comme un processus organisant et organisé résultant de la constitution permanente de peuples, de collectifs et de groupes qui cherchent à articuler leurs singularités avec une vie sociale collective marquée par des relations de proximité et par la recherche du commun. La notion de communauté sera ici pensée comme un travail : travail de discussion de valeurs, d’élaboration de normes ou principes, travail d’auto-organisation et de stabilisation de groupes sociaux. L’approche sociologique de F. Tönnies a construit au début du XXe siècle le concept de communauté de manière binaire, distinguant les relations communautaires et les relations sociétaires et les mettant en opposition. Selon l’auteur, les relations communautaires se caractérisent par la convivialité et l’intimité fondées sur des relations de parenté ou de voisinage présentes dans les sociétés traditionnelles et rurales où se perpétuent des coutumes et habitudes liées à une économie domestique et agricole. Le passage à la modernité industrielle provoque des ruptures dans les relations de sociabilité et se développent de nouvelles formes de vivre ensemble. Si auparavant, le vivre ensemble se faisait sur la base d’affects, de complicités, de proximité et de compagnonnage, dans les relations sociétaires prédomine le mode du contrat, de la sociabilité marchande qui comporte une grande part de rationalité. Nous retenons deux pistes issues de la perspective de Tönnies. D’une part le fait que la question de la communauté se pose à un moment de transformation sociale majeure, celle que Tönnies observe en son temps et celle que nous connaissons un siècle plus tard, dans nos sociétés mondialisées, globalisées et numérisées. D’autre part, nous en retenons l’importance de la question des relations en présence, relations aujourd’hui renouvelées, complexifiées et dont nous proposons d’explorer la dimension agissante, notamment dans la perspective des formations-transformations sociales en cours de part et d’autre de l’Atlantique. Ce dossier met ainsi en question et en débat les manières de comprendre les relations entre organisations et communautés, envisageant le rôle des conflits, la présence de formes de violence, les tentatives d’instauration d’une justice économique et sociale, au point d’articulation entre intérêts corporatifs et demandes sociales-civiques (Deetz 1992, Bauman 2003). Ceci souligne le croisement existant entre les perspectives sociale, économique et historique présentes dans le concept de communauté.

Disponible sur OpenEdition.org et Cairn.

51 | 2017 Les nouvelles cultures de l’information dans les organisations

Sous la direction de Vincent Liquète, Ivone de Lourdes Oliveira et Angela Salgueiro Marques

Longtemps abordée au singulier, la culture de l’information est à présent traitée à la forme plurielle. Dans ce numéro, un ensemble de cultures de l’information sont abordées dans des formes d’organisations variées (université, entreprise, école, monde social et associatif…). La perspective choisie est également comparatiste ; entre les lectures informationnelles et communicationnelles, entre chercheurs français et chercheurs brésiliens, entre monde professionnel et monde social. Au-delà du rapport aux informations, aux technologies, aux dispositifs et aux documents, les perspectives de ce numéro montrent des intentions communicationnelles et des représentations tenaces qui permettent d’enrichir et de considérer la complexité de ce concept.

Disponible sur openEditions et cairn