La désubjectivation : regard sociologique et psychanalytique sur l’homo economico-informaticus

Rédigée par Martine Versel

En 2003, le sociologue Robert Castel met tout particulièrement en perspective le devenir des protections sociales. Il note ainsi qu’a contrario du siècle passé, qui construisait l’ambition démocratique sur des objets sociaux dont on peut faire l’énumération – retraite, assurance maladie, emploi, souci d’un niveau commun de vie, « l’incapacité des Etats-nations à endiguer le marché » (Castel, 2003, p. 41) a dorénavant considérablement altéré ces mêmes objets sociaux. Désormais, le chômage de masse, la précarisation du travail et ses modes relationnels ont définitivement ébranlé ce qui soudait la société jusqu’au premier choc pétrolier des années 1970, en démantelant profondément les solidarités institutionnelles. Le lien social est alors atteint dans sa structure même car, aux principes du collectif et de ses catégories socioprofessionnelles stables, à ceux du commun et de la sécurité fondée sur une garantie du rôle des institutions et de l’Etat-nation, prévaut dès lors ce que d’aucun nomme la « triple alliance ». Castel la spécifie plus avant sous les termes de décollectivisation, réindividualisation et insécurisation.

On en mesure les conséquences dans ce que le langage administratif qualifie de désinsertion sociale. Cette déprise sociale se cristallise immanquablement dans cette même langue administrative qui catégorise alors en décrocheur, chômeur de longue durée, exclu, ou autre victime de burn out celui qui échoue à s’adapter aux impératifs d’un monde dans lequel il s’agit de capitaliser ses performances et d’adopter des comportements qui répondent aux exigences du marché et à celles d’un chiffrage dont les protocoles ou autres modes d’évaluation en sont des possibles déclinaisons.

Dès lors, se trace une ligne entre ceux qui seraient dans ou au contraire hors-social. Ce hors-social est d’ailleurs l’objet de prises en charge effectuées par des réseaux associatifs très divers, palliatifs aux désinvestissements croissant des organisations institutionnelles. Dans le même temps, fleurissent des réponses à ces nouveaux malaises des individus auxquels on propose des techniques de coaching, de gestion et contrôle de soi qui font de l’inadaptation un dysfonctionnement à corriger pour redevenir au plus vite opérationnel.

Cela étant, il est de toujours pour l’être humain d’être en butte aux exigences de son époque, mais les incidences ne sont pourtant pas les mêmes quand ce dernier tend à se réduire à un homo economico-informaticus protocolarisé soumis qui plus est à un nouveau déterminisme : celui d’un « nous » versus « je ». La philosophe et psychanalyste Clotilde Leguil indique sur ce point précis qu’il s’agit d’un changement de paradigme par « ceux-là même qui considèrent le rapport à nos identités collectives comme indépassables… […] Le « je » appartiendrait au paradigme du passé, ceux des individus qui méconnaissent les normes de genre, les normes sociales, les normes de classe […] » (Leguil, 2018, p. 11).

Plus encore, si l’on considère l’être humain à l’ère de la globalisation numérique qui a modifié le rapport de chacun à son existence, le discours philosophique et sociologique invite davantage à « retrouver des attaches locales, à l’échelle de la communauté d’origine, ou de communautés choisies permettant de se définir à partir d’un « Nous » qui nous permet de rencontrer une identité certaine, s’opposant à d’autres identités. » (Leguil, 2018, p. 15). Ainsi s’efface la question subjective, question sur le « je » au profit de celle de l’identité au sens où elle peut promettre une certitude à la question subjective qu’on peut, d’un trait, cerner par la force d’une énonciation bien loin du narcissisme d’un Moi qui revêt, lui, les atours et les mirages de l’image de soi qu’attisent si bien les selfies.

La subjectivité a toutefois une longue histoire dans la pensée occidentale avant qu’elle ne dissolve dans ce paradigme contemporain du « Nous ».

Rappelons brièvement qu’une première subjectivité advient avec Socrate dans l’inauguration de ce nouvel être-au-monde, fruit d’un décentrement : celui d’un sujet habité d’une vertu propre à lui faire produire un certain savoir mathématique. La fameuse arétè socratique, qualité d’âme dite d’excellence, est la seule voie possible pour ce savoir mathématique.

Un tournant majeur définit une nouvelle subjectivité dans la méditation cartésienne du cogito. Il s’agit d’accéder à un savoir certain, prémisse de l’avènement du discours de la science où la pensée s’émancipe définitivement de la question de son rapport à Dieu. Avec Descartes naît en outre une nouvelle mentalité dite rationnelle. Cette subjectivité donne naissance à un nouveau sujet universalisable exempt de toute représentation singulière.

Mais, comme l’indique Jacques Lacan, c’est « Avec Freud [que] fait irruption une nouvelle perspective qui révolutionne l’étude de la subjectivité et qui montre précisément que le sujet ne se confond pas avec l’individu. » (Lacan, 1978, p. 17). On s’éloigne par cette perspective de la définition d’un individu dont on pourrait, par des caractéristiques mesurables, statistiques, objectives, donner le degré de son intelligence ou bien le mode de ses relations au monde extérieur. Bien loin de ce qui pourrait être rapportable à l’arétè de son espèce ou dit autrement à cet idéal de perfection de l’individu, le sujet est « excentrique » (Lacan, 1978, p. 17). Il est excentrique tout d’abord par rapport à ses fonctions biologiques mais aussi bien il l’est vis-à-vis de sa conscience : il ne se résume pas en elle.

En effet, cette subjectivité-là fait valoir qu’il existe une séparation entre individu et sujet, car il y a une causalité autre que celle d’une conscience qui nous guiderait sagement, et autre que la causalité organique. Il y a aussi une causalité psychique selon l’expression de J. Lacan. Cela signifie qu’il n’y a pas de coïncidence avec soi-même, même si les techniques de coaching laissent entendre le contraire dans le but de performer sa vie, son activité professionnelle, etc. Il y a au contraire un hiatus entre individu et sujet en raison même de la parole renvoyant toujours ce premier à l’«anonymat individuel » (Lacan, 2001, p. 152). La subjectivité répond non d’un individu mais d’un sujet jamais anonyme qui se distingue de tout autre en vertu de sa prise dans le langage qui est toujours de l’ordre d’un dire, c’est-à-dire d’une énonciation singulière, ainsi que de la particularité de son histoire.

Ce qui nous arrache à l’« anonymat individuel » est fondamentalement du ressort de la subjectivation ; encore faut-il donner au statut de la parole qui étaye la subjectivité toute sa place. Or, bien que la parole semble occuper une place omniprésente dans la sphère sociale, la digitalisation du monde, elle, ne prend plus l’effet d’une subjectivation mais d’une désubjectivation, c’est-à-dire à entendre comme le résultat d’un discrédit voire d’une haine du « je » pour reprendre encore l’expression de Leguil.

En revanche, l’objectivation est, elle, bien à l’œuvre dans les nouveaux paradigmes scientifiques, ceux calculés par les algorithmes numériques ainsi que ceux provenant de la révolution augurée par l’intelligence artificielle par exemple. C’est pourquoi « on est en droit de se méfier des contempteurs de la subjectivité, car là où la subjectivité disparaît, disparaît aussi ce qui fait le fondement de la démocratie, c’est-à-dire la possibilité de parler à un Autre quelles que soient les différences qui nous séparent de lui » (Leguil, 2018, p. 46).

Bibliographie

CASTEL, Robert, L’insécurité sociale. Qu’est-ce qu’un être protégé ? Paris : La République des idées, Seuil, 2003.

LACAN, Jacques, Le séminaire – Livre II, Le moi dans la théorie de Freud et dans la technique de la psychanalyse. Paris : Seuil, 1978.

LACAN, Jacques, « Discours de Rome », Autres Ecrits, Paris : Seuil, 2001.

LEGUIL, Clothilde, « Je » Une traversée des identités, Paris : PUF, 2018.

Le désapprentissage : une définition critique

Mis en avant

Rédigé par Eloïse Vanderlinden

Initialement mobilisé en sciences de gestion, le concept de désapprentissage a été défini dans cette discipline comme un effort, supposé nécessaire, d’adaptation. Un consensus s’est ensuite dégagé parmi les chercheurs qui y font référence pour considérer qu’il ne renvoie ni à un phénomène d’oubli, ni de dysapprentissage (cf. Metzger, 2007), mais plutôt à une compétence d’action. D’autres auteurs envisagent le désapprentissage comme un processus qui relève d’enjeux de pouvoir et entretient l’illusion d’une « connaissance possible immédiate aussi immanente qu’effaçable » (cf. Botet-Pradeilles, 2014).

Le concept de désapprentissage est le plus souvent mobilisé dans les contextes organisationnels qui impliquent un mouvement de changement continu. En effet, les mutations contemporaines du capitalisme enjoignent les organisations à s’adapter constamment aux diverses demandes de leurs parties prenantes, mais aussi à de nouvelles exigences sociotechniques et gestionnaires.

Continuer la lecture

QVT et RPS

Mis en avant

Rédigé par Delphine Dupré, Aurélie Laborde

De la prévention des risques psychosociaux à la promotion de la qualité de vie au travail

 

1. Racines historiques des concepts

Les fondements du concept de Qualité de Vie au Travail (QVT) apparaissent dans les années 1950 dans le cadre de recherches mettant à jour les limites du taylorisme. La QVT prend ainsi sa source dans l’analyse socio-technique des organisations et les travaux d’Eric Trist, mettant alors en évidence le lien entre efficacité au travail et qualité de vie au travail (ANACT, 2013).

La première conférence internationale dédiée à la qualité de vie au travail (Quality of working life) se tient en 1972 aux Etats-Unis, elle s’achève avec la création du premier conseil international éponyme. Parallèlement, l’intérêt pour la santé psychologique au travail et les premiers travaux sur le stress et le burn out se développent en Amérique du Nord et en Europe.

Sur ces fondements, deux courants émergeront. L’un aux Etats Unis, plutôt attaché au développement des personnes, dans le cadre de l’école des Relations humaines et à la suite des travaux de Maslow et Mc Gregor sur les facteurs de « motivation » des travailleurs ; l’autre en Europe, plus particulièrement en Suède, mettant l’accent sur les collectifs de travail et la participation des salariés.

En France, les entreprises et les politiques publiques ont choisi de se tourner dès les années 80 vers la question des risques professionnels et de leur prévention. Les années 90-2000 sont consacrées aux travaux sur la santé psychologique au travail et débouchent en 2011 sur le rapport Gollac, synthèse des réflexions sur les Risques psychosociaux au travail et outil statistique de suivi des RPS dans les organisations. La question de la Qualité de vie au travail n’apparait que récemment en France, avec l’Accord National Interprofessionnel sur l’égalité professionnelle et la qualité de vie au travail de juin 2013.

Continuer la lecture

Care

Mis en avant

Rédigé par Géraldine GOULINET FITE

Introduction : Les origines du terme care

Du vieil anglais carian, cearian « être préoccupé ; peiné ; sentir l’anxiété » et du proto germanique karo « se lamenter » et chara « peine, ennui, soin », le care a également comme consonance latine cura, faisant de la plainte exprimée l’objet d’un souci, d’une attention et d’un soin, selon le Online Etymology Dictionnary. Dès lors, parler du care revient à lui associer naturellement plusieurs notions connexes que sont le soin, l’accompagnement, la sollicitude et l’attention constituées autant par des activités pratiques que par des dispositions morales, les unes et les autres visant à assurer la continuité de la vie humaine.

Continuer la lecture

Flexisécurité

Mis en avant

Rédigé par Dominique BLIN

Délimitation

Le néologisme « flexisécurité » ou « flexicurité » importé du Danemark et des Pays-Bas est devenu un concept majeur du débat européen sur le droit du travail dès les années 2000, étayé en 2006 par une publication de la Commission européenne.

Offrir plus de flexibilité à l’employeur et plus de sécurité aux salariés suppose de mener à la fois une politique concernant les licenciements et les contrats de travail, une autre concernant la protection sociale et notamment le système d’assurance-chômage, une troisième concernant le marché du travail et notamment la formation. Mais si faciliter les licenciements est une question de réglementation, renforcer la protection sociale, la formation professionnelle et généraliser l’apprentissage nécessitent des moyens importants et un engagement conséquent des partenaires sociaux. Autant de dimensions qui ont été diversement interprétées et développées en Europe (Keune, Pochet, 2009), ce qui rend les comparaisons délicates (Caune, 2013) et le concept fragile.  

Continuer la lecture

Confiance

Mis en avant

Rédigé par Jean-Michel CAMIN

La confiance, omniprésente dans les relations humaines, est un concept difficile à spécifier (Origgi 2008 ; Weinberg 2015). Louis Quéré précise que la compréhension des processus et de ses mécanismes est devenue une préoccupation importante dans les sciences sociales et l’une des notions les plus difficiles à traiter de la philosophie (in Tazdaït 2008).

Dans nos sociétés occidentales, la confiance est un terme dense, désignant à la fois une propriété (avoir confiance) et un attribut (être ‘digne de confiance’ par exemple) et impliquant toujours la présence d’un ‘autre’. Le mot « confiance » seul n’a pas de sens, « je te fais confiance » en a un [1].

Continuer la lecture

Ubérisation

Mis en avant

Article rédigé par Claire D’HENNEZEL, Gino GRAMACCIA

Uber et l’ubérisation symbolisent une nouvelle forme d’innovation organisationnelle considérée comme révolutionnaire et comparée à ce titre, au fordisme. L’innovation de l’entreprise californienne Uber repose sur une plate-forme digitale mettant en relation des travailleurs indépendants, les chauffeurs, réalisant des services de transport et des utilisateurs. Par extension, le terme « ubérisation » désigne le phénomène de « plateformisation » des relations économiques au sein de divers secteurs économiques, dans le cadre général de la révolution digitale ayant donné naissance à l’économie collaborative. La spécificité de l’ubérisation tient à la vitesse de diffusion des innovations numériques et aux bouleversements qu’elles génèrent dans les modèles économiques classiques.

Continuer la lecture

Inclusion

Article rédigé par Hélène MARIE-MONTAGNAC

 

Etymologie et historique

Il est intéressant de souligner la potentielle ambivalence propre à ce terme. Depuis son étymologie « inclusio » qui signifie « emprisonnement », jusqu’aux définitions courantes du dictionnaire historique de la langue française, indiquant un état d’enfermement ou d’enveloppement d’une chose  (en minéralogie), d’un objet mathématique (un ensemble), d’une personne (liste du martyrologe), ou encore d’enveloppement complet d’un corps étranger (en biologie) : toutes rendent compte de l’acception de l’inclusion comme « présence d’un corps étranger dans un ensemble homogène auquel il n’appartient pas ».  De même, la définition contemporaine comme « action d’inclure quelque chose dans un tout ainsi que le résultat de cette action » (Le Grand Robert) renvoie-t-elle implicitement à  son revers, l’exclusion.

Continuer la lecture

Accompagnement

Article rédigé par Valérie CARAYOL et Maëlle CROSSE

L’homme « post moderne » renoue avec un nouveau nomadisme qui fait de lui un homme mobile mais aussi d’une certaine façon labile. Il est de plus en plus mobile physiquement, dans l’espace géographique grâce aux transports qui se démocratisent, mais aussi grâce aux outils de communication qui permettent une forme d’ubiquité. Il est aussi de plus en plus labile, dans le sens où il est aussi plus détaché et moins stable dans ses attachements et ses points de fixation, qu’il s’agisse du lieu de naissance, de l’emploi, du couple, ou de la famille en général.  Il est amené et invité à se transformer, à prendre en charge son avenir, à anticiper ses trajectoires de vie professionnelles et personnelles, pour répondre à l’idéologie du projet qui irrigue désormais tous les plans de l’activité, et à l’idéologie de la responsabilité, qui invite tous les individus à développer leurs compétences pour faire face aux exigences de la vie en société et de la vie au travail.

Continuer la lecture

CAPABILITES

Article rédigé par Nadège SOUBIALE

L’économiste Amartya Sen, prix nobel d’économie 1998, introduit en anglais dans les années 1980 le terme de « capabilities » pour désigner, non pas des capacités ou compétences des individus au sens de leurs performances dans un domaine d’action, mais bien leurs possibilités de choisir, en fonction de leurs besoins personnels, et parmi plusieurs opportunités que leur offre leur environnement, les biens qu’ils leur apparaissent comme les plus souhaitables dans leur situation, et qu’ils sont effectivement en mesure d’acquérir dans leurs conditions spécifiques. 

L’approche par les capabilités permet de reconnaître aux individus, dans la société où ils évoluent, une sorte de liberté positive pour atteindre leurs objectifs de développement (notamment vitaux dans les pays économiquement pauvres), sans pour autant être entravés ou contraints par des standards de développement économique qui ne leur sont pas accessibles, tels ceux définis par les indicateurs habituels de développement issus des théories économiques libérales classiques (possession de biens matériels, salaires…).

Continuer la lecture

Résilience

Article rédigé par Florence HENON et Hélène MARIE-MONTAGNAC

Étymologie et historique du terme

Employé par la médecine chinoise traditionnelle pour évoquer la capacité des systèmes vivants à se régénérer après une blessure grave, le terme de résilience apparait en Grande-Bretagne au XIXè siècle et désigne alors des individus présentant un caractère souple et une résistance physique leur permettant de faire preuve de ressort face aux événements, rejoignant par-là l’étymologie du terme latin resilire, qui signifie littéralement sauter en arrière, rebondir, mais également se rétracter, se libérer d’une contrainte (résilier un contrat). Sur le plan scientifique, le concept est initialement développé dans le domaine de la physique [1] comme la capacité d’un objet à retrouver son état initial après un choc ou une pression continue, mais aussi comme le seuil de rupture d’un corps. Dépassant le cadre des sciences exactes depuis la seconde moitié du XXè siècle, le concept de résilience rencontre aujourd’hui un vif engouement dans de nombreuses disciplines en sciences humaines et sociales.

Continuer la lecture