Résilience

Article rédigé par Florence Hénon et Hélène Marie-Montagnac

Étymologie et historique du terme

Employé par la médecine chinoise traditionnelle pour évoquer la capacité des systèmes vivants à se régénérer après une blessure grave, le terme de résilience apparait en Grande-Bretagne au XIXè siècle et désigne alors des individus présentant un caractère souple et une résistance physique leur permettant de faire preuve de ressort face aux événements, rejoignant par-là l’étymologie du terme latin resilire, qui signifie littéralement sauter en arrière, rebondir, mais également se rétracter, se libérer d’une contrainte (résilier un contrat). Sur le plan scientifique, le concept est initialement développé dans le domaine de la physique [1] comme la capacité d’un objet à retrouver son état initial après un choc ou une pression continue, mais aussi comme le seuil de rupture d’un corps. Dépassant le cadre des sciences exactes depuis la seconde moitié du XXè siècle, le concept de résilience rencontre aujourd’hui un vif engouement dans de nombreuses disciplines en sciences humaines et sociales.

 

Un concept polymorphe

Les psycho-médico-sociaux ont scindé deux idées en une pour créer la résilience : la notion de « coping » ou « cope with » (faire face, s’ajuster)  et celle d’invulnérabilité. L’invulnérabilité concerne l’individu et c’est une caractéristique intrinsèque voire génétique et permanente. Boris Cyrulnik [2] s’oppose totalement à cette approche puisque pour lui, la résilience est la capacité d’une personne ou d’un groupe à se projeter dans l’avenir en dépit d’événements déstabilisants, de conditions de vie difficiles, de traumatismes parfois sévères et elle s’acquiert, ce qui induit qu’elle n’est pas innée. Elle nécessite un long chemin de reconstruction qui implique des processus de réparation de soi et de transformation. Donc, le temps joue un rôle important au même titre que les environnements sociaux et familiaux dans la réussite de la résilience. Cela signifie que la mise en place de la résilience relève à la fois de l’individu et de son entourage, elle est donc à la fois interne et externe. Cette capacité à vivre, à résister, à se développer contre vents et marées cherche à anéantir le choc ou le traumatisme violent. Cependant, il reste toujours une trace, après la reconstruction, qui ne s’efface pas. Aujourd’hui définie comme la « capacité d’une personne ou d’un groupe à se développer bien, à continuer à se projeter dans l’avenir, en présence d’événements déstabilisants, de conditions de vies difficiles, de traumatismes souvent sévères » (Manciaux, 2001 : 322), la résilience ne concerne plus seulement la phase de reconstruction post événement traumatique mais peut être décomposée en quatre phases (Tisseron, 2017) comprenant :

  • la préparation au traumatisme : s’informer sur les dangers potentiels et constituer un solide tissu familial et social ;
  • la résistance au traumatisme ;
  • la reconstruction en profitant des bouleversements survenus pour autoriser le changement et un développement sur de nouvelles bases
  • et enfin la consolidation du rétablissement en prenant en charge les séquelles tant physiques que psychologiques.

 

La résilience en communication des organisations

Par ailleurs, au-delà des individus, la résilience est aujourd’hui appliquée aux groupes et systèmes, constituant un carrefour épistémologique fédérateur qui suscite un vaste intérêt international comme interdisciplinaire ainsi que le montrent les actes de la conférence « Résilience 2014 » [3] principalement centrée sur l’urgence environnementale et le développement durable mais proposant également des réflexions en lien avec l’ensemble des sciences tant humaines et sociales qu’exactes. Ainsi, on retrouve la résilience dans le champ de l’entreprise, notamment comme facteur de dépassement de la souffrance au travail (Bernard, 2008) et la communication organisationnelle où elle est à l’origine de la construction d’un modèle de gestion de crise [4] en entreprise. Ainsi, ce concept répond et réagit non seulement devant la confrontation de la violence professionnelle et organisationnelle, mais aussi devant la précarisation continue du travail, de ses conditions et du salarié. La quête de la performance, la recherche incessante de la compétitivité, des innovations, l’évolution des normes sont autant de sources qui peuvent entraîner dans le meilleur des cas, une résilience.

Vogus et Sutcliffe (2007) expliquent que la résilience organisationnelle se désigne comme la capacité d’une organisation et des collectifs et individus qui la composent, à faire face à des conditions difficiles, allant de brutales secousses à une pression soutenue ou une succession d’incidents. Anne Mayère (2016) ajoute, à juste titre, le parc des machines et des systèmes informatisés qui peuvent faire défaut et nécessite un ajustement régulier. Elle pose donc la question de la résilience des machines mais aussi celui du sens du travail (significations, situation, engagement) et la capacité à faire sens des signaux faibles et de leur prise en charge. La résilience organisationnelle renvoie donc à la capacité de rebondir face à l’inattendu et de repartir vers une nouvelle direction. Cette dernière s’articule en trois étapes (Begin, Chabaud, 2001) : absorption du choc, renouvellement et appropriation. Pour Weick (2002), cultiver la résilience repose sur une attention portée aux capacités requises pour mener des investigations, apprendre, agir dans l’incertain. Cependant, on sait que la résilience est obligatoirement collective et interactive, autrement elle n’est que partielle. Mais une résilience réussie face à un choc ne signifie pas que ce concept fonctionnera systématiquement dans l’avenir devant d’autres événements inhabituels. Aussi, la vigilance est de rigueur, ce qui permet de parler d’anticipation, de questionnement voire de cellule de résilience (Koninckx et Teneau, 2010)  pour prévenir de risques inattendus et violents. La résilience est donc une nécessité pour les organisations, en raison d’un contexte changeant et mouvant. Elle relève de la communication interne et externe, de l’individuel et du collectif. On constate d’ailleurs que les entreprises résilientes sont pragmatiques, font face à la réalité, ont un fort système de valeurs partagées et sont ingénieuses pour trouver des solutions nouvelles face aux situations inhabituelles qu’elles rencontrent.

 

Perspectives critiques autour de la vulnérabilité au travail

La résilience est peut-être un des secrets pour rendre moins vulnérable à la fois l’ensemble de l’entreprise et ses salariés mais aussi réduire la précarisation contemporaine constatée. En effet, la résilience ouvre un nouvel horizon, un nouvel espoir et entraîne en même temps une montée en compétences. Elle induit un besoin de croire en une autre alternative pour survivre dans un monde professionnel hostile et dans son propre environnement. En management, elle correspond à la capacité d’un salarié, d’une équipe, d’une organisation tout entière à gérer : plan social, perte d’un gros client, grève dure, fusion, acquisition, dépression économique… Avec l’anticipation, elle entraîne la mise en place d’un accompagnement pour redonner confiance aux équipes, les aider à retrouver du sens et à créer une conscience collective. Le vécu collectif avec le partage de valeurs, de sens en regardant dans une direction commune est vital pour tous. De cette façon, les individus retrouvent progressivement leurs repères, redonnent du sens et du lien à la structure, la stratégie et au management de l’organisation.

Toutefois, l’actuelle fonctionnalisation du concept, comme son emploi par trop extensif ou encore les glissements sémantiques opérés lors du passage d’un champ d’application à l’autre (en psychologie, sociologie, économie, écologie, informatique…) ne vont pas sans susciter craintes et critiques concernant la légitimité théorique des différents usages du concept [5]. Ainsi Serge Tisseron (2017) identifie six dangers potentiels pour ce concept  parmi lesquels celui de favoriser une posture morale voire, aux antipodes des lieux communs sur la résilience, de potentiellement promouvoir une nouvelle forme de contrôle social.

 

 

Bibliographie :

Anaut, Marie, 2015. Psychologie de la résilience. Armand Colin.

Bernard, Marie-Josée, 2008. « L’entrepreneuriat comme un processus de résilience ». Revue internationale de psychosociologie, vol. XIV, nᵒ 32, pp.119‑140.

Bégin Lucie et Chabaud Didier, 2001. « La résilience des organisations : le cas d’une entreprise familiale » Revue française de gestion. Vol.1, n°200, pp.127-142

Jorland, Gérard et Cyrulnik, Boris, 2012. Résilience : connaissances de base, Odile Jacob.

Koninckx, Guy, et Teneau Gilles, 2010. Résilience organisationnelle. Rebondir face aux turbulences. De Boeck Supérieur

Manciaux Michel, 2001. « La résilience. Un regard qui fait vivre », Etudes,  n°10, pp.321-330

Mayère Anne. 2016. « Modèles organisationnels et managériaux contemporains, équipements de la communication et résilience : entre pertes et recherche de sens ». Revue française des sciences de l’information et de la communication. 9/2016, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 13 juin 2017, URL : http://rfsic.revues.org/2293

Tisseron, Serge, 2017. La résilience, Presses Universitaires de France, coll. « Que sais-je ? »

Vogus T.J., Sutcliffe K.M., 2007. “Organization Resilience: Towards a theory and Research Agenda, Systems, Man and Cybernetics”, ISIC IEEE Conférence, Montréal, pp.3418-3422.

Weick K. E., 2002. “The Reduction of Medical Errors through Mindful Inter-dependance”, in Renthal & (dir.), Medical Error. What do we know? What do we do? Jossey-Bass publishers, San Francisco, pp. 177-199.

 

Notes :

[1] Etude de Georges Charpy, ingénieur français en 1901, appelée essai de flexion par choc sur une éprouvette entaillée en ayant pour but de mesurer la résistance d’un matériau à la rupture brutale.

[2] Boris Cyrulnik, neuropsychiatre, éthologue, psychanalyste, formé par John Bowlby son maître à penser spécialiste de la théorie de l’attachement, a vulgarisé en France le concept de la résilience. Il est Directeur d’enseignement du DU à l’Université de Toulon et du centre de recherche en éthologie clinique au CHU du Var. Il est l’auteur de nombreux livres concernant la résilience.

[3] Résilience Alliance, Résilience 2014 : « Adaptation, transformation et développement », 3è conférence internationale sur la résilience des systèmes écologiques et sociaux, 4-8 mai 2014

[4] CIRERO, http://www.resilience-organisationnelle.com

[5] Voir à ce sujet le dossier « Résilience, plus qu’une mode ? », Annales des Mines, n°72, vol.4, 2013