54 | 2018 Pratiques de la communication et Big Data

Sous la direction de Francine Charest et Anne-Marie Cotton

Le phénomène des Big Data s’est rapidement imposé comme un enjeu majeur au niveau mondial pour les organisations qui les collectent et les exploitent, mais il l’est tout autant pour les individus dont les traces numériques sont suivies, répertoriées, analysées et croisées que pour les institutions qui ont pour objectif de réguler les systèmes d’information et de protection de la vie privée. Le numéro 54 de la revue Communication & Organisation veut questionner les enjeux liés aux Big Data dans une perspective informationnelle et communicationnelle tout en tenant compte des ramifications managériales que sous-tend l’usage stratégique des données massives.
Cinq défis auxquels doivent faire face les professionnels de la communication en organisation sont évoqués dans ce numéro : la montée en compétences et la professionnalisation ; la pertinence stratégique ; la qualification et le traitement ; la confiance et la défiance ; et enfin, différents modèles de présence numérique.
Confronté aux données massives, comment le professionnel de la communication peut-il composer avec le paradoxe de la volatilité versus de la permanence de la présence numérique ? C’est ce que ce numéro questionne à travers les différents thèmes évoqués.

Disponible sur OpenEdition.org et Cairn.

53 | 2018 Digitalisation et recrutement : perspectives informationnelles et communicationnelles

Sous la direction de Isabelle Cousserand-Blin et Nathalie Pinède

Depuis une vingtaine d’années, les pratiques de recrutement s’appuient toujours davantage sur des outils numériques et depuis une dizaine d’années, sur les réseaux sociaux. Elles se sont diversifiées pour s’inscrire dans une triple dynamique de visibilité, d’attractivité et de sélectivité, qui touche autant les organisations que les individus, autrement dit les recruteurs comme les candidats, chacun désormais attentif à sa réputation. Si cette transformation accroît le niveau d’exigence concernant les informations diffusées et se traduit par de la transparence, elle peut induire une certaine opacité dans le traitement des données numériques. Les changements à l’œuvre mettent en jeu de nouvelles formes interactionnelles et conversationnelles qui interrogent autant le traitement informationnel que le cadre communicationnel. Ce numéro aborde donc la problématique du recrutement à l’aune des dispositifs numériques, tant du côté des employeurs que des candidats, et interroge les logiques de ces formes multiples de mise en visibilité.

Disponible sur OpenEdition.org et Cairn.

52 | 2017 Communauté, sociabilité et bien commun: approche internationale

Sous la direction de Nicole d’Almeida, Ivone de Lourdes Oliveira et Ângela Salgueiro Marques

La communauté doit être comprise comme un processus organisant et organisé résultant de la constitution permanente de peuples, de collectifs et de groupes qui cherchent à articuler leurs singularités avec une vie sociale collective marquée par des relations de proximité et par la recherche du commun. La notion de communauté sera ici pensée comme un travail : travail de discussion de valeurs, d’élaboration de normes ou principes, travail d’auto-organisation et de stabilisation de groupes sociaux. L’approche sociologique de F. Tönnies a construit au début du XXe siècle le concept de communauté de manière binaire, distinguant les relations communautaires et les relations sociétaires et les mettant en opposition. Selon l’auteur, les relations communautaires se caractérisent par la convivialité et l’intimité fondées sur des relations de parenté ou de voisinage présentes dans les sociétés traditionnelles et rurales où se perpétuent des coutumes et habitudes liées à une économie domestique et agricole. Le passage à la modernité industrielle provoque des ruptures dans les relations de sociabilité et se développent de nouvelles formes de vivre ensemble. Si auparavant, le vivre ensemble se faisait sur la base d’affects, de complicités, de proximité et de compagnonnage, dans les relations sociétaires prédomine le mode du contrat, de la sociabilité marchande qui comporte une grande part de rationalité. Nous retenons deux pistes issues de la perspective de Tönnies. D’une part le fait que la question de la communauté se pose à un moment de transformation sociale majeure, celle que Tönnies observe en son temps et celle que nous connaissons un siècle plus tard, dans nos sociétés mondialisées, globalisées et numérisées. D’autre part, nous en retenons l’importance de la question des relations en présence, relations aujourd’hui renouvelées, complexifiées et dont nous proposons d’explorer la dimension agissante, notamment dans la perspective des formations-transformations sociales en cours de part et d’autre de l’Atlantique. Ce dossier met ainsi en question et en débat les manières de comprendre les relations entre organisations et communautés, envisageant le rôle des conflits, la présence de formes de violence, les tentatives d’instauration d’une justice économique et sociale, au point d’articulation entre intérêts corporatifs et demandes sociales-civiques (Deetz 1992, Bauman 2003). Ceci souligne le croisement existant entre les perspectives sociale, économique et historique présentes dans le concept de communauté.

Disponible sur OpenEdition.org et Cairn.

51 | 2017 Les nouvelles cultures de l’information dans les organisations

Sous la direction de Vincent Liquète, Ivone de Lourdes Oliveira et Angela Salgueiro Marques

Longtemps abordée au singulier, la culture de l’information est à présent traitée à la forme plurielle. Dans ce numéro, un ensemble de cultures de l’information sont abordées dans des formes d’organisations variées (université, entreprise, école, monde social et associatif…). La perspective choisie est également comparatiste ; entre les lectures informationnelles et communicationnelles, entre chercheurs français et chercheurs brésiliens, entre monde professionnel et monde social. Au-delà du rapport aux informations, aux technologies, aux dispositifs et aux documents, les perspectives de ce numéro montrent des intentions communicationnelles et des représentations tenaces qui permettent d’enrichir et de considérer la complexité de ce concept.

Disponible sur openEditions et cairn

AAC n°57 La question européenne dans les organisations.

Numéro coordonné par :

Marie-Hélène Hermand, Université Bordeaux Montaigne, MICA – marie-helene.hermand@u-bordeaux-montaigne.fr

Nadège Broustau, Université libre de Bruxelles, ReSIC – Nadege.Broustau@ulb.ac.be


Calendrier :

  • Envoi des propositions selon les consignes de rédaction : 6 septembre 2019
  • Retour aux auteurs de la sélection des propositions : 20 septembre 2019
  • Remise de l’article intégral : 9 décembre 2019
  • Retour aux auteurs de l’évaluation par le comité de lecture : 24 janvier 2020
  • Retour des articles définitifs : 28 février 2020
  • Publication du numéro : juin 2020

En 2000, le numéro 17 de la revue Communication & Organisation, « Europe et communication »[1], voyait le jour dans le contexte du lancement de l’Euro, événement révélateur du primat de la dimension économique qui a marqué la construction européenne depuis le Traité de Rome en 1957. En analysant la place et les responsabilités de la communication dans les avancées et les difficultés de la construction européenne, ce numéro interrogeait, d’une part, le rôle des États en tant qu’interfaces entre l’Europe et le citoyen et, d’autre part, les potentialités de dépassement des différences, résistances et réalités nationales disparates dans l’Union européenne. En faisant le constat d’une communication publique européenne technocratique, descendante et fonctionnelle, les contributions de ce numéro analysaient une relation de puissance et d’instrumentalisation du citoyen par les institutions européennes et détaillaient les dangers de l’hégémonie d’une communication techno-libérale, du déterminisme technologique, de la non-prise en compte des demandes des citoyens européens et des perceptions inégales du sentiment d’appartenance à l’Europe en fonction des zones géographiques (noyau historique d’Europe de l’Ouest versus pays de l’élargissement ultérieur vers l’Est, pays du Nord versus Méditerranée).

Étant entendu que la communication ne peut tenir lieu de projet politique européen mais qu’elle contribue à faire éclater aujourd’hui au grand jour l’absence de projet politique (crise des migrants, injustices sociales, crise grecque, Brexit, crise italienne…), le numéro que nous proposons vise à faire le point sur « les » communications européennes en cette période d’évaluation à mi-parcours du programme « L’Europe pour les citoyens » (2014-2020), lequel vise à « encourager une participation civique responsable et démocratique et le sentiment d’appartenance à l’Union européenne »[2]. D’un côté, il s’agit d’identifier les diverses manières dont “l’Europe” se communique, non seulement par le canal des institutions communautaires mais aussi par le canal d’organisations de natures très diverses (entreprises, associations, syndicats, médias) qui exploitent le thème européen en fonction de leurs intérêts propres. Ceci implique de comprendre ce que recouvrent les termes de la communication européenne pour les différents acteurs impliqués. D’un autre côté, il s’agit de déceler les possibilités consenties au citoyen de s’exprimer sur le projet européen au sein de dispositifs de communication plus ou moins ouverts à sa participation ou, au contraire, d’identifier les discours et les pratiques de communication qui entraînent son exclusion du projet européen.

Pour envisager ces questions, les articles proposés pourront notamment, mais non exclusivement, s’inscrire dans l’un des quatre axes suivants.

 

Axe 1 : analyse critique de la communication publique européenne

Ce premier axe doit permettre de revisiter les pratiques de la communication publique européenne des grandes institutions européennes (Conseil européen, Parlement européen, Commission européenne, Conseil de l’UE) et d’institutions ou organes interinstitutionnels qui remplissent des missions spécialisées (e.g. le Comité européen des régions, le Médiateur européen, le Comité économique et social européen, la Banque centrale européenne, la Cour de justice européenne…).

L’objectif consiste à analyser des dispositifs de communication publique européenne non seulement en pointant des pratiques qui continuent d’entraver le modèle de la délibération (e.g. domination d’un discours techno-libéral, mobilisation d’un jargon institutionnel, déterminisme technologique, domination de la langue anglaise, information pléthorique, recettes de marketing politique) mais aussi en décelant, dans le contexte actuel de crise sans précédent de l’Union européenne, des traces de réorientations de la communication communautaire (e.g. remise en cause de l’évidence néolibérale, simplifications ou traductions du jargon, diversification des démarches et supports de médiatisation, déclinaisons plurilingues de contenus communicationnels, argument de qualité versus quantité informationnelle, mises en débats).

Les analyses porteront sur des discours ou des pratiques de communication institutionnelle européenne en portant une attention particulière à la (re)formulation d’utopies européennes, aux débats publics thématiques ou aux “conflits intégrateurs” (Dacheux, 2016) – encouragés ou détournés. Elles pourront également porter sur des pratiques de diversification éditoriale ou linguistique de la communication institutionnelle européenne, de reprise ou de mise à distance des recettes du marketing politique ou encore sur la prise en compte, plus ou moins explicite, des différences culturelles.

 

Axe 2 : approches expérimentales de la communication européenne dans les organisations

Ce deuxième axe doit permettre d’identifier des approches expérimentales de la communication européenne mises en place par d’autres organisations que les institutions européennes. Il s’agit de se pencher sur les pratiques communicationnelles qui contribuent à l’émergence d’espaces publics européens, que ces pratiques soient autonomes ou soutenues par l’UE, éphémères ou pérennes, institutionnelles ou non. De telles initiatives peuvent être développées par différents types d’émetteurs (collectivités territoriales, chambres de commerce, entreprises dotées d’une expertise thématique ou d’une situation géographique particulière, militants, syndicats, associations citoyennes, réseaux culturels) en vue de créer des espaces spécifiques d’interaction avec le citoyen sur des sujets relatifs à l’Europe.

L’objectif consiste à mieux comprendre les motivations et les intérêts (politiques, économiques, écologiques, sociétaux) – parfois contradictoires – des organisations et des acteurs qui mobilisent la thématique européenne dans leur communication ainsi que les modalités de prise en compte des publics dans ces dispositifs. Tandis que des groupes d’intérêts et lobbies se sont engagés dans la conquête de leur visibilité et de leur reconnaissance au niveau européen, il s’agit de comprendre quelles formes de mobilisations nouvelles se développent, quelles transformations des contextes professionnels en découlent ou les alimentent (e.g. les injonctions à l’utilisation du numérique et du web social en particulier, qui peuvent infléchir les formes de mobilisations encouragées), quelles contributions des publics deviennent possibles et quelles conséquences sur l’élaboration des politiques publiques sont observables.

Les analyses pourront porter sur des dispositifs de communication très divers qui recourent, majoritairement ou ponctuellement, à la thématique européenne, par exemple : des conférences de consensus, des consultations citoyennes, des débats, des manifestations, des expositions, des événements festifs (Semaines de l’Europe), des défis (challenges, compétitions, concours) ou encore des plateformes de contenus spécialisés (économiques, technologiques, scientifiques) à composante ou à visée européenne.

 

Axe 3 : analyse de la couverture médiatique de l’Europe

Cet axe propose de se pencher sur l’image de l’Europe construite dans la presse. À la fois producteur et récepteur d’informations et de connaissances sur l’Europe, le discours médiatique met en œuvre des logiques d’information et de captation des publics qu’il convient de continuer à mettre au jour pour comprendre comment la presse assure la reconnaissance et la circulation du thème européen dans la mémoire collective.

L’objectif consiste à observer comment procède la presse pour estimer si la médiatisation de l’Europe poursuit des tendances déjà connues (discours techniciste, discours élitiste, discours européiste versus discours eurosceptique) ou si elle tend à proposer de nouveaux schémas. Pour y parvenir, il peut s’agir de repérer la saillance du thème européen dans différentes presses (européenne, nationale, régionale, locale), d’évaluer la vitalité de ce thème, d’analyser la mise en scène qui lui est réservée ou encore de critiquer la porosité des frontières entre information et relations publiques à l’égard de la couverture du thème européen.

Les analyses pourront par exemple porter sur des corpus composés d’articles de presse ou sur des entretiens ou observations pour comprendre comment les journalistes choisissent les mots et les images pour parler d’Europe, ou encore dans quels contextes ils modèrent ou pas les commentaires des lecteurs. Elles pourront aussi porter sur des corpus composés de commentaires de lecteurs pour comprendre comment les citoyens s’immiscent dans la démarche de construction de l’image européenne et développent la perception de pouvoir contribuer ou non au projet européen.

 

Axe 4 : analyse des approches pédagogiques de l’Europe

Cet axe propose une ouverture à une approche connexe aux sciences de l’information et de la communication dans le sens où elle s’intéresse à des actes qui relèvent a priori plutôt d’éducation que de communication. En tant que tentatives de réduction du déficit de culture civique européenne désigné comme cause de désintérêt et de rejet des citoyens, ces actes à visée pédagogique sont intéressants car ils visent à transformer des informations pléthoriques en circulation sur l’UE en connaissances mobilisables.

L’objectif consiste ici à repérer les lieux et les initiatives pédagogiques qui s’emparent du thème européen pour développer des connaissances sur le fonctionnement de l’UE et ses institutions, sur la démocratie européenne et sur différentes questions qui agitent l’UE et concernent directement les citoyens (choix de modèle économique, politique de régionalisation, délimitation du territoire, administration publique et utilisation des données, migrations, protection et inclusion sociales, urbanisation et environnement, développement rural…). Il s’agit aussi de décrypter le sens et les valeurs que ces démarches pédagogiques cherchent à construire ou à défendre auprès des citoyens de l’UE, actuels et futurs.

Les analyses pourront porter sur des dispositifs développés dans des contextes d’éducation formelle (formations scolaires, universitaires, professionnelles) ou informelle (médiation scientifique, technique et industrielle). Les analyses de démarches de conception (ingénierie pédagogique, scénarisation pédagogique), de supports de formation (ouvrages, manuels, modules, tutoriels, plateformes), de choix technologiques (motifs, fonctionnalités) ainsi que l’évaluation des usages et les retours d’expériences (montage de diplômes binationaux ou transfrontaliers, colloques ouverts au grand public sur une thématique européenne) doivent permettre d’ouvrir la voie à une analyse critique de l’éducation à la culture civique sur les institutions européennes et, plus largement, sur la vie de l’Union européenne.

 

En conclusion, les chercheurs susceptibles d’être intéressés par cet appel à contributions couvrent différents champs de recherche et méthodologies : communication européenne, communication publique et politique, communication des organisations et des territoires, analyse du discours, analyse sémiotique, sociologie des médias, sociolinguistique, sociologie de l’éducation.

 

[1] Dirigé par Nicole Denoit et Béatrice Galinon-Mélénec.

[2] http://ec.europa.eu/citizenship/pdf/de_home_efcp_exec_summary_fr.pdf(consulté le 28/10/2018).


 

Indications bibliographiques

ALDRIN P., HUBÉ N., OLLIVIER-YANIV C., UTARD J.-M. (dir.) (2014). Les médiations de l’Europe politique. Strasbourg : Presses universitaires de Strasbourg, 372 p.

ARGUL S., BRAY Z., HARGUINDÉGUY J.-B. (2005). “Espace public médiatisé et coopération transfrontalière ». Communication & Organisation, n°26, p. 223-234.

AUBOUSSIER J. (dir.) (2015). Semen n°39. Discours et contre-discours dans l’espace public. Besançon : Presses universitaires de Franche-Comté, 204 p.

AUBOUSSIER J., RAMONEDA T. (dir.) (2015). L’Europe en contre-discours. Besançon : Presses universitaires de Franche-Comté, 232 p.

BAUDELLE G., LE BIHAN D. (dir.) (2017). Les Régions et la politique de cohésion de l’Union européenne. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 283 p.

BÉLANGER M.-E. (2015). Territoires européens : discours et pratiques de l’élargissement. Louvain-la-Neuve : Academia – L’Harmattan, 282 p.

BELOT C., BRACHET C. (2004). « Note de synthèse. Enseigner l’Europe à travers l’Action Jean Monnet. État des lieux et pistes de réflexions ». Politique européenne, vol. 3, n°14, p. 149-163.

BOZHINOVA K. (2011). « La terminologie eurolectale en usage dans les relations européennes ». Revue internationale d’études en langues modernes appliquées, n°4, p. 175-188.

BRACHOTTE G., FRAME A. (dir.) (2018). L’usage de Twitter par les candidats #Eurodéputés @Europarl_FR @Europarl_EN. Perspectives internationales lors des élections au Parlement européen en mai 2014. Caen, Éditions EMS, 353 p.

CALABRESE L., HERMAND M.-H. (sous presse). « La construction et la circulation d’un référent social : les eurorégions dans le discours médiatique ». In Auboussier J., Nossik S. et Lethier V., Les acteurs du discours. Limoges, Lambert-Lucas.

CARAYOL V., GRAMACCIA G. (dir), (2000). « Europe ». In Abécédaire. Vingt ans de recherches et de publications en communication des organisations. Bordeaux : Presses universitaires de Bordeaux, p. 61-68.

COLE A., PALMER R. (2009). « Logiques de territorialité et de régionalisation en Europe de l’Ouest ». Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol. 39, n°3, p. 19-36.

DACHEUX E. (2016). Sans les citoyens, l’Europe n’est rien. Pour une nouvelle communication publique au service de la démocratie. Paris : L’Harmattan, 306 p.

DACHEUX E. (2003). L’Europe qui se construit : réflexions sur l’espace public européen. Saint-Étienne : Presses universitaires de Saint-Étienne, 277 p.

DENOIT N., GALINON-MÉLÉNEC B. (dir.) (2010). Communication & Organisation n°17 : Europe et communication. Bordeaux : Presses universitaires de Bordeaux https://journals.openedition.org/communicationorganisation/2305

DUPEYRON B. (2008). L’Europe au défi de ses régions transfrontalières : expériences rhénane et pyrénéenne. Berne, Berlin, Bruxelles : Peter Lang, 260 p.

FRAME A., « Le fonctionnement d’un espace utopique européen : l’exemple de l’Association des états généraux des étudiants européens ». In É. Dacheux (dir.), Communiquer l’utopie. Économie solidaire et démocratie. Paris : L’Harmattan, 248 p.

GOBIN C., DEROUBAIX C. (dir.) (2018). Le discours et la langue – Tome 10.1. Polémique et construction européenne. Louvain-la-Neuve : EME Éditions, n°101, 234 p.

GOBIN C. (1999). L’Europe syndicale entre désir et réalité : essai sur le syndicalisme et la construction européenne à l’aube du XXIe siècle. Bruxelles : Éditions Labor, 186 p.

GOFFIN R. (1994). « L’eurolecte : oui, jargon communautaire : non ». Méta : journal des traducteurs, vol. 39, n°4, p. 636-642.

GUILBERT T., LEBARON F. (2017). « L’économie des mots et les mots de l’économie, analyse sociodiscursive des discours des dirigeants de la Banque centrale européenne ». Langage & Société, n°160-161, p. 217-235.

GUILBERT T. (2011). L’“évidence” du discours néolibéral. Analyse dans la presse écrite. Bellecombe-en-Bauges : Le Croquant, 137 p.

HERMAND M.-H., BROUSTAU N. (à paraître). « Le chantier de la communication transfrontalière : des positionnements territoriaux hybrides susceptibles d’alimenter la communication européenne ? ». In GARDÈRE E. et BESSIÈRES D. (dir.), Quelles communications pour la gouvernance des institutions publiques au XXIèmesiècle ? Modernisation, management et nouvelle représentation de l’action publique.

HERMAND M.-H. (2017). Les eurorégions : éclosion de groupes d’intérêt transfrontaliers et transnationaux en Europe. Analyse de la formation discursive multilingue et du scénario sémiotique sur le web. Thèse de doctorat en Sciences de l’information et de la communication. Bruxelles : Université libre de Bruxelles, 425 p.

KOUKOUTSAKI-MONNIER A. (dir.) (2014). Identités (trans)frontalières au sein et autour de l’espace du Rhin supérieur. Nancy : Presses Universitaires de Nancy – Éditions universitaires de Lorraine, 252 p.

KOUKOUTSAKI-MONNIER A. (dir.) (2011). Représentations du transfrontalier. Nancy : Presses Universitaires de Nancy – Éditions universitaires de Lorraine, 250 p.

KRAFFT-GROOT M. (2006). « Eurorégions et enseignement des langues : le cas du néerlandais dans le Nord/Pas-de-Calais ». Revue française de linguistique appliquée, vol. XI, n°1, p. 61-71.

KREIS G. (2010). « L’émergence de la notion d’“identité” dans la politique de la Communauté européenne ». Relations internationales, n°140, p. 53-72.

MAZÉ C. (2014). La fabrique de l’identité européenne. Dans les coulisses des musées de l’Europe. Paris : Belin, 384 p.

PERRIN T. (2013). Culture et eurorégions. La coopération culturelle entre régions européennes. Bruxelles : Éditions de l’université de Bruxelles, 194 p.

RAUS R. (2018). « Qu’en est-il du dissensus au Parlement européen ? L’exemple du contre-discours de l’opinion minoritaire ». Argumentation & Analyse du discours, n°21. https://journals.openedition.org/aad/2621

RAUS R. (2014). « L’Eurojargon et sa variante française ». ARGOTICA, vol. 1, n°2, p. 383-394.

ROBERT C., VAUCHEZ 1. (2010). « L’Académie européenne ». Politix, vol. 89, n°1, p. 9-34.

ROGINSKY S., JEANNE-PERRIER V. (2015). « L’Europe sur les réseaux sociaux ». Communication & langages, n° 183, p. 25-30.

SOULEZ G. (2003). « Europe : un espace public en archipel ». In Dacheux É. (dir). L’Europe qui se construit : réflexions sur l’espace public européen. Saint-Étienne : Presses universitaires de Saint-Étienne, p. 153-181.

TRIMITHIOTIS D. (2016). La Configuration des mythes sur l’Europe. Paris : L’Harmattan, 262 p.

UTARD J.-M. (2014). « La construction d’un ordre du discours européen sur Internet ». In Aldrin P., Hubé N., Ollivier-Yaniv C., Utard J.-M. (dir.), Les mondes de la communication publique. Légitimation et fabrique symbolique du politique. Rennes : Presses universitaires de Rennes, p. 322‐338.

VAYSSIÈRES B. (dir.) (2015). Penser les frontières européennes au XXIe siècle. Bruxelles : Peter Lang, p. 55-72.

Résilience

Article rédigé par Florence Hénon et Hélène Marie-Montagnac

Étymologie et historique du terme

Employé par la médecine chinoise traditionnelle pour évoquer la capacité des systèmes vivants à se régénérer après une blessure grave, le terme de résilience apparait en Grande-Bretagne au XIXè siècle et désigne alors des individus présentant un caractère souple et une résistance physique leur permettant de faire preuve de ressort face aux événements, rejoignant par-là l’étymologie du terme latin resilire, qui signifie littéralement sauter en arrière, rebondir, mais également se rétracter, se libérer d’une contrainte (résilier un contrat). Sur le plan scientifique, le concept est initialement développé dans le domaine de la physique [1] comme la capacité d’un objet à retrouver son état initial après un choc ou une pression continue, mais aussi comme le seuil de rupture d’un corps. Dépassant le cadre des sciences exactes depuis la seconde moitié du XXè siècle, le concept de résilience rencontre aujourd’hui un vif engouement dans de nombreuses disciplines en sciences humaines et sociales.

 

Un concept polymorphe

Les psycho-médico-sociaux ont scindé deux idées en une pour créer la résilience : la notion de « coping » ou « cope with » (faire face, s’ajuster)  et celle d’invulnérabilité. L’invulnérabilité concerne l’individu et c’est une caractéristique intrinsèque voire génétique et permanente. Boris Cyrulnik [2] s’oppose totalement à cette approche puisque pour lui, la résilience est la capacité d’une personne ou d’un groupe à se projeter dans l’avenir en dépit d’événements déstabilisants, de conditions de vie difficiles, de traumatismes parfois sévères et elle s’acquiert, ce qui induit qu’elle n’est pas innée. Elle nécessite un long chemin de reconstruction qui implique des processus de réparation de soi et de transformation. Donc, le temps joue un rôle important au même titre que les environnements sociaux et familiaux dans la réussite de la résilience. Cela signifie que la mise en place de la résilience relève à la fois de l’individu et de son entourage, elle est donc à la fois interne et externe. Cette capacité à vivre, à résister, à se développer contre vents et marées cherche à anéantir le choc ou le traumatisme violent. Cependant, il reste toujours une trace, après la reconstruction, qui ne s’efface pas. Aujourd’hui définie comme la « capacité d’une personne ou d’un groupe à se développer bien, à continuer à se projeter dans l’avenir, en présence d’événements déstabilisants, de conditions de vies difficiles, de traumatismes souvent sévères » (Manciaux, 2001 : 322), la résilience ne concerne plus seulement la phase de reconstruction post événement traumatique mais peut être décomposée en quatre phases (Tisseron, 2017) comprenant :

  • la préparation au traumatisme : s’informer sur les dangers potentiels et constituer un solide tissu familial et social ;
  • la résistance au traumatisme ;
  • la reconstruction en profitant des bouleversements survenus pour autoriser le changement et un développement sur de nouvelles bases
  • et enfin la consolidation du rétablissement en prenant en charge les séquelles tant physiques que psychologiques.

 

La résilience en communication des organisations

Par ailleurs, au-delà des individus, la résilience est aujourd’hui appliquée aux groupes et systèmes, constituant un carrefour épistémologique fédérateur qui suscite un vaste intérêt international comme interdisciplinaire ainsi que le montrent les actes de la conférence « Résilience 2014 » [3] principalement centrée sur l’urgence environnementale et le développement durable mais proposant également des réflexions en lien avec l’ensemble des sciences tant humaines et sociales qu’exactes. Ainsi, on retrouve la résilience dans le champ de l’entreprise, notamment comme facteur de dépassement de la souffrance au travail (Bernard, 2008) et la communication organisationnelle où elle est à l’origine de la construction d’un modèle de gestion de crise [4] en entreprise. Ainsi, ce concept répond et réagit non seulement devant la confrontation de la violence professionnelle et organisationnelle, mais aussi devant la précarisation continue du travail, de ses conditions et du salarié. La quête de la performance, la recherche incessante de la compétitivité, des innovations, l’évolution des normes sont autant de sources qui peuvent entraîner dans le meilleur des cas, une résilience.

Vogus et Sutcliffe (2007) expliquent que la résilience organisationnelle se désigne comme la capacité d’une organisation et des collectifs et individus qui la composent, à faire face à des conditions difficiles, allant de brutales secousses à une pression soutenue ou une succession d’incidents. Anne Mayère (2016) ajoute, à juste titre, le parc des machines et des systèmes informatisés qui peuvent faire défaut et nécessite un ajustement régulier. Elle pose donc la question de la résilience des machines mais aussi celui du sens du travail (significations, situation, engagement) et la capacité à faire sens des signaux faibles et de leur prise en charge. La résilience organisationnelle renvoie donc à la capacité de rebondir face à l’inattendu et de repartir vers une nouvelle direction. Cette dernière s’articule en trois étapes (Begin, Chabaud, 2001) : absorption du choc, renouvellement et appropriation. Pour Weick (2002), cultiver la résilience repose sur une attention portée aux capacités requises pour mener des investigations, apprendre, agir dans l’incertain. Cependant, on sait que la résilience est obligatoirement collective et interactive, autrement elle n’est que partielle. Mais une résilience réussie face à un choc ne signifie pas que ce concept fonctionnera systématiquement dans l’avenir devant d’autres événements inhabituels. Aussi, la vigilance est de rigueur, ce qui permet de parler d’anticipation, de questionnement voire de cellule de résilience (Koninckx et Teneau, 2010)  pour prévenir de risques inattendus et violents. La résilience est donc une nécessité pour les organisations, en raison d’un contexte changeant et mouvant. Elle relève de la communication interne et externe, de l’individuel et du collectif. On constate d’ailleurs que les entreprises résilientes sont pragmatiques, font face à la réalité, ont un fort système de valeurs partagées et sont ingénieuses pour trouver des solutions nouvelles face aux situations inhabituelles qu’elles rencontrent.

 

Perspectives critiques autour de la vulnérabilité au travail

La résilience est peut-être un des secrets pour rendre moins vulnérable à la fois l’ensemble de l’entreprise et ses salariés mais aussi réduire la précarisation contemporaine constatée. En effet, la résilience ouvre un nouvel horizon, un nouvel espoir et entraîne en même temps une montée en compétences. Elle induit un besoin de croire en une autre alternative pour survivre dans un monde professionnel hostile et dans son propre environnement. En management, elle correspond à la capacité d’un salarié, d’une équipe, d’une organisation tout entière à gérer : plan social, perte d’un gros client, grève dure, fusion, acquisition, dépression économique… Avec l’anticipation, elle entraîne la mise en place d’un accompagnement pour redonner confiance aux équipes, les aider à retrouver du sens et à créer une conscience collective. Le vécu collectif avec le partage de valeurs, de sens en regardant dans une direction commune est vital pour tous. De cette façon, les individus retrouvent progressivement leurs repères, redonnent du sens et du lien à la structure, la stratégie et au management de l’organisation.

Toutefois, l’actuelle fonctionnalisation du concept, comme son emploi par trop extensif ou encore les glissements sémantiques opérés lors du passage d’un champ d’application à l’autre (en psychologie, sociologie, économie, écologie, informatique…) ne vont pas sans susciter craintes et critiques concernant la légitimité théorique des différents usages du concept [5]. Ainsi Serge Tisseron (2017) identifie six dangers potentiels pour ce concept  parmi lesquels celui de favoriser une posture morale voire, aux antipodes des lieux communs sur la résilience, de potentiellement promouvoir une nouvelle forme de contrôle social.

 

 

Bibliographie :

Anaut, Marie, 2015. Psychologie de la résilience. Armand Colin.

Bernard, Marie-Josée, 2008. « L’entrepreneuriat comme un processus de résilience ». Revue internationale de psychosociologie, vol. XIV, nᵒ 32, pp.119‑140.

Bégin Lucie et Chabaud Didier, 2001. « La résilience des organisations : le cas d’une entreprise familiale » Revue française de gestion. Vol.1, n°200, pp.127-142

Jorland, Gérard et Cyrulnik, Boris, 2012. Résilience : connaissances de base, Odile Jacob.

Koninckx, Guy, et Teneau Gilles, 2010. Résilience organisationnelle. Rebondir face aux turbulences. De Boeck Supérieur

Manciaux Michel, 2001. « La résilience. Un regard qui fait vivre », Etudes,  n°10, pp.321-330

Mayère Anne. 2016. « Modèles organisationnels et managériaux contemporains, équipements de la communication et résilience : entre pertes et recherche de sens ». Revue française des sciences de l’information et de la communication. 9/2016, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 13 juin 2017, URL : http://rfsic.revues.org/2293

Tisseron, Serge, 2017. La résilience, Presses Universitaires de France, coll. « Que sais-je ? »

Vogus T.J., Sutcliffe K.M., 2007. “Organization Resilience: Towards a theory and Research Agenda, Systems, Man and Cybernetics”, ISIC IEEE Conférence, Montréal, pp.3418-3422.

Weick K. E., 2002. “The Reduction of Medical Errors through Mindful Inter-dependance”, in Renthal & (dir.), Medical Error. What do we know? What do we do? Jossey-Bass publishers, San Francisco, pp. 177-199.

 

Notes :

[1] Etude de Georges Charpy, ingénieur français en 1901, appelée essai de flexion par choc sur une éprouvette entaillée en ayant pour but de mesurer la résistance d’un matériau à la rupture brutale.

[2] Boris Cyrulnik, neuropsychiatre, éthologue, psychanalyste, formé par John Bowlby son maître à penser spécialiste de la théorie de l’attachement, a vulgarisé en France le concept de la résilience. Il est Directeur d’enseignement du DU à l’Université de Toulon et du centre de recherche en éthologie clinique au CHU du Var. Il est l’auteur de nombreux livres concernant la résilience.

[3] Résilience Alliance, Résilience 2014 : « Adaptation, transformation et développement », 3è conférence internationale sur la résilience des systèmes écologiques et sociaux, 4-8 mai 2014

[4] CIRERO, http://www.resilience-organisationnelle.com

[5] Voir à ce sujet le dossier « Résilience, plus qu’une mode ? », Annales des Mines, n°72, vol.4, 2013 

Amartya Sen, Repenser l’inégalité, 2000, par Nadège Soubiale

 Comment concevoir la justice économique et sociale alors que la fin du 20e s. a été marquée par le retour des inégalités dans les sociétés occidentales ? L’ouvrage du prix Nobel d’économie 1998, Amartya Sen, offre des pistes de réflexion originales pour aborder la question dans le contexte contemporain. 

Traiter des inégalités nécessite tout d’abord de reposer la question de l’égalité, et des conceptions qui ont prévalu jusqu’alors en philosophie et en économie politiques, aussi bien en Europe qu’aux Etats-Unis.  

A l’aune de quels critères peut-on évaluer l’égalité entre les individus d’une société : par rapport à leurs revenus, à leur bien-être, aux ‘utilités sociales’ dont ils disposent, selon leurs désirs et leurs préférences, aux droits et libertés dont ils jouissent, ou encore à leurs chances équitables d’accéder à tous ces biens et ces droits ?  Et est-il possible d’élaborer des modèles de justice économique et sociale qui combinent l’ensemble de ces paramètres, ou au contraire l’égalité sur l’un des paramètres exclut-elle l’égalité sur un autre paramètre ?

Pour apporter un éclairage sur ces questions, Amartya Sen propose de reconsidérer les liens entre égalité et liberté en adoptant une grille de lecture qui revisite diverses conceptions éthiques d’organisation sociale, et qui tient compte de la diversité humaine sur plusieurs dimensions (non seulement l’âge et le genre, mais aussi les compétences et aptitudes ainsi que la vulnérabilité face à certains risques sanitaires et sociaux).

L’intérêt majeur de l’ouvrage réside dans la remarquable critique que Sen propose des théories classiques qui posent a priori l’hypothèse d’un égalitarisme abstrait et universel. Ainsi l’auteur discute à nouveau la controverse qui oppose les « égalitaristes du revenu » aux ultralibéraux, et qui contraint inévitablement à choisir entre égalité économique et liberté. De même qu’il réfute les conceptions utilitaristes qui accordent la primauté à la satisfaction optimale des désirs, alors que cette quête n’a pas de sens pour les plus pauvres, qui ne sont pas en capacité de désirer des choses qui leur sont de facto inaccessibles.  

L’auteur développe ainsi une analyse de l’égalité et de la justice centrée sur un concept principal dénommé par un néologisme, celui de « capabilité », inspiré du mot anglais « capability ». Les capabilités désignent une gamme de fonctionnements humains potentiels, activables ou non selon la situation sociale et personnelle vécue par les individus. Ainsi, écrit l’auteur, « l’approche de la capabilité diffère de l’évaluation utilitariste (…) En ce sens, le point de vue de la capabilité assure une reconnaissance plus complète de la diversité des facteurs qui peuvent enrichir ou appauvrir une vie » (p. 81-82).

L’approche par les capabilités constitue une remise en cause de la théorie de Rawls sur la justice, fondée sur l’égalité des chances et l’accès à des droits fondamentaux. Sen décrie la conception des inégalités qui découle de la conception rawlsienne, qu’il juge trop abstraite. Il propose au contraire une conception pragmatique de « l’égalité réelle » qui « exige des mesures particulièrement étendues et complexes lorsqu’il s’agit de contrarier un lourd héritage d’inégalité ». 

Car en effet, si les mesures des inégalités sont complexes, c’est que leur estimation se jauge à l’appréciation sociale, plus ou moins consensuelle, des objets sources de privation. Sur ce point, débattre sur l’égalité et les inégalités convoquent deux questions liminaires « interdépendantes », qui constituent le point d’ancrage du premier chapitre de l’ouvrage d’ailleurs intitulé « Egalité de quoi ? » : « 1/ Pourquoi l’égalité et 2 : Egalité de quoi ? des revenus ? des fortunes ? des chances ? des accomplissements réels ? des libertés ? des droits ? » (p. 35)

Or, ces questionnements a priori simples convoquent des réflexions qui ne relèvent nullement de l’évidence, en particulier lorsqu’on veut évaluer des phénomènes comme par exemple le « bien-être » et la « liberté » personnels (voir chapitre 4 : « Liberté, qualité d’agent et bien-être ») dont disposent les individus dans une société donnée.

D’une part, Sen soutient qu’on peut en effet attribuer les états de « bien-être » et de « liberté » à autre chose qu’à la seule « aisance économique » estimée, dans les modèles libéraux, à partir d’indicateurs comme ceux de « revenu réel » ou encore de « niveaux de consommation » ; autrement dit à autre chose qu’aux seuls « moyens (biens et ressources) » (p. 244) dont disposent les individus dans une société donnée pour réaliser leurs capabilités.

D’autre part, il récuse un autre argument pivot de la doxa de l’économie libérale : la convergence systématique entre « bien-être personnel » et « liberté d’agent » (voir p. 106-110). Certaines situations peuvent conduire, développe Sen, à « des conflits possibles entre liberté et bien-être » (p. 106). Encore faut-il là aussi à cette étape du raisonnement définir de quelle liberté il est question.  Parle-t-on de liberté d’agent à faire des choix, ou de liberté de bien-être, ou des deux ?

Les conceptions purement utilitaristes et libérales, c’est-à-dire de maximisation des intérêts individuels au travers de la poursuite de l’accumulation de capitaux matériels et symboliques, ne permet pas de rendre compte de la diversité humaine des situations de liberté et de bien-être. Sen leur substitue une conception pragmatique et contingente, davantage représentative du panorama des conditions collectives et subjectives d’existence humaine, tant dans les pays capitalistes que dans les pays en développement. Les indicateurs standards de liberté et de bien-être brandis par les modèles de l’économie libérale classique et contemporaine échouent en effet à rendre compte du vécu réel des pauvres, des démunis, des précaires… Ces derniers doivent justement, simplement pour survivre, le plus souvent développer des stratégies alternatives à la poursuite d’une richesse ou d’un ‘bonheur’ inaccessible. Pour le dire autrement, l’économie psychique du désir des ‘exclus’ se situe sur une autre échelle et même dans une autre sphère que celle des mieux dotés en capital économique et social. Et, même si on peut y voir une forme de résignation, l’abandon d’objectifs matériels et symboliques, de facto inaccessibles aux plus déshérités, peut contribuer à préserver des formes de liberté et de bien-être subjectifs, alors que la poursuite opiniâtre de ces biens inaccessibles les entraverait au contraire.

L’universalisme abstrait des modèles libéraux ne rend pas non plus compte de la relativité de la pauvreté, selon qu’on la vit dans des sociétés opulentes capitalistes, où les écarts entre riches et pauvres peuvent être ressentis avec une acuité particulière, ou dans des sociétés globalement plus pauvres et peut-être moins enclines aux comparaisons sociales et à l’idéologie méritocratique.   

En conclusion, Amartya Sen repense, comme le titre de l’ouvrage y invite, les problématiques de l’égalité et de l’inégalité. Il propose de juger la qualité de la vie de l’individu à partir de ses « capabilités ». Autrement dit à partir de ce qu’il est réellement en mesure de réaliser dans sa situation, ou encore selon un principe de liberté non pas absolu et abstrait, mais substantiel. Des objectifs essentiels comme préserver sa santé, s’alimenter, mais également participer à la vie de sa communauté, ce qu’il nomme les « fonctionnements » -ce qu’une personne peut faire et être dans sa condition, même précaire, participe bien du sentiment de dignité et d’intégrité personnelles.

Cet ouvrage raisonne d’un écho particulier à l’heure actuelle, où, au sein même des sociétés « riches », les modèles économiques ultralibéraux, en Europe comme aux Etats-Unis, se craquellent et exacerbent

plus que jamais les risques de confrontation sociale dans des contextes d’inégalités protéiformes (socioéconomiques, socioculturelles, sociopolitiques, sanitaires…) entre citoyens.

La lecture de cet ouvrage d’économie et de philosophie -Sen théorisant sur les modèles organisationnels possibles pour une économie non pas du capital, mais des « capabilités »- bien que difficile, peut offrir des perspectives stimulantes pour les chercheurs et les praticiens en communication organisationnelle qui s’intéressent à des problématiques telles que la qualité de vie au travail, l’accompagnement du changement, ou encore la responsabilité sociétale des entreprises. On pourrait ainsi à l’avenir penser les innovations organisationnelles non plus seulement sous l’angle de l’accroissement exponentiel de dispositifs matériels -qui d’ailleurs paradoxalement crée à sa marge plus d’exclusion encore pour ceux qui ne ‘peuvent pas suivre’ (en raison de diverses caractéristiques : formation initiale, âge, habitus professionnels…), mais à l’aune des opportunités de « fonctionnements » réels qu’elles offrent aux salariés, dans leur vécu du travail et même au-delà, dans toutes les sphères de leur vie sociale et personnelle.     

C&0 55 « Les organisations collaboratives » juin 2019

Communication & Organisation – 55 – Juin 2019

Les organisations collaboratives

 

Coordination :

Elizabeth GARDERE

Professeur des Universités, Université de Bordeaux, MICA (EA 4426)

Jean-Luc BOUILLON

Professeur des Universités, Université Rennes 2, PREFICS (EA 7469)

Catherine LONEUX

Professeur des Universités, Université Rennes 2, PREFICS (EA 7469)

 

Appel à articles :

Au sein de la plupart des espaces sociaux, la question collaborative occupe une place centrale depuis la seconde moitié des années 2000. D’innombrables publications professionnelles et tournées vers le grand public décrivent ainsi l’essor de l’économie, de la consommation, de la société collaborative. Dans le même temps, la transformation des activités professionnelles se traduirait par la montée en puissance d’entreprises et d’organisations collaboratives, et bien évidemment du travail collaboratif.

Par-delà cette polysémie, l’épithète « collaboratif » renvoie à un phénomène social désignant une forme d’activité collective, mêlant parfois de manière confuse activités de travail (qu’il s’agisse de travail salarié, de travail inscrit dans une relation marchande, de mise au travail du consommateur, de l’usage d’espaces partagés dédiés au coworking…) et d’autres formes d’activités sociales relevant de logiques non marchandes, citoyennes, tournées vers la contribution de chaque partie prenante et l’intérêt général. Malgré son omniprésence dans les discours publics de toutes natures, le phénomène collaboratif reste souvent insaisissable. Le collaboratif est évoqué et invoqué, se suffisant à lui-même, étant considéré comme allant de soi, relevant d’une apparente évidence soigneusement entretenue. Tout se passe comme si plus on parlait de collaboration et de collaboratif, moins on conceptualisait cette notion et moins on réfléchissait à ses implications en termes d’agencement de l’action collective.

Les discours politiques et managériaux d’où émerge cette notion peu mobilisée en sciences humaines et sociales, en sciences de l’information et de la communication et dans le champ des communications organisationnelles considèrent les pratiques collaboratives comme un mode d’organisation du social décentralisé, centré sur des relations de pair à pair entre des protagonistes formant des ensembles mal délimités, mouvants, sans cesse recomposés. Il serait fondé sur des logiques empruntant largement à l’auto-organisation, à des relations centrées sur l’échange don – contre don, l’entraide, la mise en commun de ressources matérielles et intellectuelles.

Le numéro 55 de la Revue Communication & Organisation interrogera la nature des processus sociaux qui accompagnent ce mode d’organisation et cherchera à savoir dans quelle mesure l’affirmation d’une référence collaborative dans les modes d’organisation et dans les pratiques sociales conduit à invisibiliser des rapports sociaux, voire à mettre en visibilité des activités et leur coordination.

Nous faisons l’hypothèse qu’un processus d’invisibilisation s’opère sur plusieurs plans. Le premier d’entre eux est constitué par la négation de l’existence de « tiers organisant » disposant d’une autorité lui permettant de jouer un rôle de coordinateur, mettant en relation des acteurs, agençant leurs interactions, définissant les activités à réaliser, que l’on considère un contexte marchand (un commerçant, ou toute forme de marché institutionnalisé) ou organisationnel (une structure managériale). L’accent est mis sur les relations directes entre parties prenantes, qui s’entendent et procèdent aux ajustements nécessaires. La coordination des activités collectives est dissimulée derrière des dispositifs socio-techniques qui viendraient la prendre en charge. Les outils-méthodes (Hémont, Mayère, 2015) constitués par les applications d’intermédiation marchande et les plates-formes collaboratives équipant le travail collectif joueraient ce rôle de fiabilisation des interactions, au même titre que les discours à vocation performative porteurs d’une « idéologie collaborative » décrivant le fonctionnement collectif spontané tel qu’il devrait être (Gravereaux, Loneux, 2014). Enfin, plus largement, l’invisibilisation des rapports sociaux et organisationnels s’opèrerait dans l’intégration rationalisée des dispositifs collaboratifs évoqués ci-dessus au sein des organisations afin de pallier les insuffisances et l’incomplétude des règles formelles structurant les logiques de processus-métiers et les technologies de gestion de l’information. Le collaboratif « prescrit » entrerait alors en tension avec les pratiques collectives effectives et informelles qui ont toujours existé. Dans une logique qui n’est pas nouvelle, il s’agirait de renforcer la « maîtrise », la « performance » et la « rationalité » du fonctionnement organisationnel (Boussard, 2008), en prévoyant la place des régulations autonomes – le sont-elles encore vraiment ? – au sein même des règles de contrôles (de Terssac, 2003 ; Bazet, Rapp, de Terssac, 2007).

Pour autant, le processus d’invisibilisation de la coordination sociale des activités donne lieu à diverses formes de remise en visibilité du social. En premier lieu, les « tiers organisants » supposés disparaître derrière des processus d’auto-organisation mal définis demeurent bien présents, visibles au travers du rideau de fumée des algorithmes, des community managers, des dispositifs socio-techniques et des organisations assurant les médiations sociales. Par ailleurs, l’équipement numérique de la coordination implique une remise en visibilité de l’activité de chacun, indispensable pour la production et le partage de signification et de connaissances (Leonardi, 2014 ; Sergi, Bonneau, 2016). Ce sont ainsi les ajustements quotidiens et locaux inscrits au cœur des régulations autonomes qui viennent en visibilité, permettant la construction d’une confiance, ou du moins d’une nécessaire capacité minimale d’anticipation et d’interprétation du comportement des autres (Thévenot, 1993). Dans le même temps, les personnes et les relations qu’elles entretiennent sont aussi contraintes à se mettre en visibilité (Aubert, Haroche, 2011), ce qui était discret ou clandestin devenant plus apparent. Il en va ainsi en organisation, au travers des différentes formes d’écriture de soi associées aux réseaux sociaux d’entreprise, et dans l’économie dite collaborative, avec les avis et jugements venant évaluer les parties prenantes. Ces formes de visibilité nouvelles du sujet, de l’intersubjectif, de l’activité, sont aussi susceptibles de faire apparaître de nouvelles tensions, de nouvelles contradictions.

Les articles appelés à être publiés dans ce numéro pourront explorer la nature des formes d’agencement des activités sociales dites « collaboratives », leurs ancrages conceptuels, leurs significations, ainsi que les différentes formes d’invisibilisation et de mise en visibilité associées aux pratiques sociales et professionnelles qu’elles désignent. Dans quelles régulations sociales s’inscrivent-elles ? En quoi sont-elles productrices d’organisation, ou, au contraire, de désorganisation ? Comment s’établissent-elles ? En quoi ces régulations telles qu’elles sont affirmées correspondent-elles aux pratiques effectives ?

Le numéro 55 s’articulera autour de trois axes :

1) Le collaboratif comme modalité de coordination de l’activité collective

Qu’elle se déroule au travail, dans une organisation “instituée”, ou dans d’autres types d’activités et d’autres configurations collectives, la « collaboration » désigne un type de rapport social dans lequel se construit un mode d’agir impliquant un ensemble d’acteurs entretenant des liens d’intensité variable (Casilli, 2015). La question collaborative renvoie donc directement à celle des formes de l’action collective, et au sens qui leur est associé par les individus, dans des situations où l’humain et les rapports sociaux tendent à être « gommés » (Jeanneret, Chevalier, 2009), rendus invisibles, ce qui conduit à une perte de sens pour les acteurs de l’organisation.

Les auteurs pourront dans ce premier axe interroger la notion même de « collaboratif » en questionnant l’action collective, les collaborations de divers types. Elles empruntent à la fois à l’action “à plusieurs”, à l’action “commune”, à l’action “ensemble” (Livet, Thévenot, 1994), et à différents régimes d’engagement. Que penser des phénomènes collaboratifs tels qu’ils apparaissent actuellement ? Les distinctions entre coordination, coopération, participation, collaboration, sont-elles toujours pertinentes (Gangloff, 2009) ? Dans quelle mesure permettent-elles d’appréhender et de conceptualiser les phénomènes sociaux et organisationnels relevant du “collaboratif”, entre pratiques, injonctions et rationalisations (Bouillon, Maas, 2009).

2) L’équipement de la « collaboration » : outils, méthodes, discours

Nous proposons ici de considérer l’organisation comme une catégorie conceptuelle désignant un niveau intermédiaire de structuration du social plus ou moins institué et institutionnalisé (foules, réseaux sociaux, entreprises, associations, services publics…) et constituant l’un des principaux domaines où s’entremêlent et entrent en tension les questions des modalités de l’action collaborative, de la prescription de cette action, de son équipement, ainsi que des injonctions dont elle fait l’objet.

Des outils, des méthodes, des discours et des pratiques sont revendiqués comme collaboratifs, et censés avoir des implications communicationnelles et organisationnelles « utiles » à la production, à l’amélioration du dialogue pour des règles collectives dites « harmonieuses » (Loneux, 2015), à l’engagement citoyen, aux échanges entre salariés, à la « convivialité ».

Les auteurs pourront dans ce deuxième axe s’intéresser à ces « entités » (réseaux sociaux, plates-formes collaboratives, applications informatiques, outils de gestion (Bouillon, 2016), dispositifs et discours d’accompagnement de technologies, etc.). Ces « entités » pourront relever de domaines différents, relevant d’activités marchandes ou non marchandes (travail, production, consommation, engagement citoyen (Gardère, 2009), formation, recherche scientifique et technologique, habitat –BIM.

3) « Collaboratif » et dynamiques organisationnelles

Si le collaboratif se donne fréquemment à voir au travers de discours de rupture avec un ordre existant, il convient de s’intéresser à la nature de cette rupture et à son degré de réalité. Les discours idéologiques qui accompagnent l’émergence de ces nouvelles formes d’organisation mettent en avant le potentiel des technologies collaboratives à créer du lien social et un monde commun basé sur la collaboration, en d’autres terme à produire de l’organisation. Or, lorsque la mise en relation entre différents acteurs est déléguée aux actants algorithmiques, elle ouvre à une reconfiguration importante des rapports qu’entretiennent les acteurs en tant que sujets dans la composition d’un espace d’intercompréhension, de collaboration et d’action en commun.

Quels types de rapports sociaux se dissimulent dans ces formes organisationnelles relevant de l’économie collaborative ? A quels modes de structuration du social renvoient-elles ? Sur quelles conceptions du collaboratif reposent-elles, que ces dernières soient implicites ou explicites ? Comment les différents “actants” (algorithmes, plateformes, monnaies) viennent reconfigurer les rapports entre les différents acteurs et leur “collaboration” (Sergi, Bonneau, 2016) ? Comment peut-on appréhender les « tensions collaboratives » en présence ? Au-delà, quelles tensions peut-on identifier entre le collaboratif considéré comme base de partage (où des individus s’auto-organisent pour partager un bien commun partage de savoir-faire, de temps, de services…) et le collaboratif appréhendé comme base de nouvelles logiques marchandes (où les travailleurs sont mis en concurrence et leur mise en relation contrôlée et facturée à partir d’une plateforme telle que Uber, AirBnb, et d’autres services moins connus) ? Ces questionnements ouvrent directement sur la compréhension des nouvelles formes organisationnelles hybrides et réticulaires, marquées par leur caractère inter-organisationnel (Koschmann 2013) ou méta-organisationnel.

Bibliographie indicative

Aubert N., Haroche C. (2011). « Être visible pour exister : l’injonction à la visibilité ». Les tyrannies de la visibilité, p. 7-22, Paris : ERES.

Boussard V. (2008). Sociologie de la gestion. Les faiseurs de performance, Paris : Belin.

Bouillon J. L., Maas E. (2009). « Figures de l’individu au travail, figures du collaborateur ». Communication & Organisation, (2), 56-68.

Bouillon J.L. (2016). « Technologies numériques d’information et de communication et rationalisations organisationnelles : les compétences numériques face à la modélisation » Les Enjeux de l’Information et de la Communication, (16/1), 2015, p. 89 à 103.

Galibert O., Pelissier C., Lépine V. (2012). « Convergences des logiques sociales de la collaboration et des communautés en ligne ». Miège B., Vinck D. Les masques de la convergence : enquêtes sur sciences, industries et aménagement, Archives contemporaines, p 197-222.

Gangloff., Ziegler Ch. (2009). « Les freins au travail collaboratif », Marché et organisations, 2009/3, (10), pp. 95-112.

Gardère E. (2012). « Institution communicante et nouveau management public »,Communication & 0rganisation, (41), 2012, 27-39.

Gravereaux C., Loneux C. (2014). « Risque et acteurs au travail », Communication & Organisation, (45), 2014, 73-86.

Koschmann M. (2013). “ The communicative constitution of collective identity in interorganizational collaboration ”. Management Communication Quaterly, 27, (1), 61-89.

Leonardi P. M. (2014). “ Social Media, Knowledge Sharing and Innovation: Toward a Theory of Communication Visibility ”. Information Systems Research, Vol. 25, No 4, pp 796 816.

Livet P., Thévenot L. (1994). Les catégories de l’action collective. In Orlean A. (dir), Analyse économique des conventions, Paris : PUF, 139-167.

Loneux C. (2015). « Pratiques d’information-justification professionnelle dans la Responsabilité Sociale des Entreprises : évolution ou répétition ? », Communication & Organisation, (47), 2015, 115-129.

Robichaud D., Cooren F. (Eds.) (2013). Organization and organizing: Materiality, agency and discourse. New-York : Routledge.

Sergi V., Bonneau C. (2016). “ Making mundane work visible on social media: a CCO investigation of working out loud on Twitter.” Communication Research and Practice, (23), 378–406. http://dx.doi.org/10.1080/22041451.2016.1217384.

Terssac de, G., Bazet I., Rapp L., (2007). La rationalisation dans les entreprises par les technologies coopératives, Toulouse : Octarès, 7-28.

Zacklad M. (2015). « Régimes de coopération dans les comportements collectifs médiatisés ». S. P. Alemanno (dir.), Communication organisationnelle, management et numérique, Paris : L’Harmattan. p. 153-158.

Consignes de rédaction des propositions pour le comité de scientifique

  • 6 000 caractères, espaces compris.
  • Bibliographie non comptabilisée dans le nombre de caractères.
  • Page de garde séparée en vue de l’évaluation en double aveugle avec anonymat :
    • titre de la proposition
    • prénom et nom de l’auteur
    • université
    • laboratoire
    • adresse électronique
    • cinq mots clés
    • axe choisi dans le numéro

Envoi des propositions aux coordinateurs du dossier 

elizabeth.gardere@u-bordeaux.fr

jean-luc.bouillon@univ-rennes2.fr

catherine.loneux@univ-rennes2.fr

Consignes de rédaction des articles définitifs retenus pour publication

30 000 caractères maximum, espaces compris, pour les articles définitifs.

Normes de mise en page envoyées aux auteurs dont les propositions retenues.

La mise en forme finale selon les normes fournies conditionne l’acceptation  de l’article.

La revue Communication & Organisation est publiée par le groupe de recherche Communication, Organisations et Société (COS) du laboratoire Médiation, Information, Communication, Art (MICA EA 4426), Université Bordeaux Montaigne

http://www.mica.u-bordeaux-montaigne.fr

Calendrier

  • Envoi des propositions par les auteurs : juin 2018
  • Publication du numéro 55 de la revue Communication & Organisation : juin 2019