Le désapprentissage : une définition critique

Mis en avant

Rédigé par Eloïse Vanderlinden

Initialement mobilisé en sciences de gestion, le concept de désapprentissage a été défini dans cette discipline comme un effort, supposé nécessaire, d’adaptation. Un consensus s’est ensuite dégagé parmi les chercheurs qui y font référence pour considérer qu’il ne renvoie ni à un phénomène d’oubli, ni de dysapprentissage (cf. Metzger, 2007), mais plutôt à une compétence d’action. D’autres auteurs envisagent le désapprentissage comme un processus qui relève d’enjeux de pouvoir et entretient l’illusion d’une « connaissance possible immédiate aussi immanente qu’effaçable » (cf. Botet-Pradeilles, 2014).

Le concept de désapprentissage est le plus souvent mobilisé dans les contextes organisationnels qui impliquent un mouvement de changement continu. En effet, les mutations contemporaines du capitalisme enjoignent les organisations à s’adapter constamment aux diverses demandes de leurs parties prenantes, mais aussi à de nouvelles exigences sociotechniques et gestionnaires.

Continuer la lecture

QVT et RPS

Mis en avant

Rédigé par Delphine Dupré, Aurélie Laborde

De la prévention des risques psychosociaux à la promotion de la qualité de vie au travail

 

1. Racines historiques des concepts

Les fondements du concept de Qualité de Vie au Travail (QVT) apparaissent dans les années 1950 dans le cadre de recherches mettant à jour les limites du taylorisme. La QVT prend ainsi sa source dans l’analyse socio-technique des organisations et les travaux d’Eric Trist, mettant alors en évidence le lien entre efficacité au travail et qualité de vie au travail (ANACT, 2013).

La première conférence internationale dédiée à la qualité de vie au travail (Quality of working life) se tient en 1972 aux Etats-Unis, elle s’achève avec la création du premier conseil international éponyme. Parallèlement, l’intérêt pour la santé psychologique au travail et les premiers travaux sur le stress et le burn out se développent en Amérique du Nord et en Europe.

Sur ces fondements, deux courants émergeront. L’un aux Etats Unis, plutôt attaché au développement des personnes, dans le cadre de l’école des Relations humaines et à la suite des travaux de Maslow et Mc Gregor sur les facteurs de « motivation » des travailleurs ; l’autre en Europe, plus particulièrement en Suède, mettant l’accent sur les collectifs de travail et la participation des salariés.

En France, les entreprises et les politiques publiques ont choisi de se tourner dès les années 80 vers la question des risques professionnels et de leur prévention. Les années 90-2000 sont consacrées aux travaux sur la santé psychologique au travail et débouchent en 2011 sur le rapport Gollac, synthèse des réflexions sur les Risques psychosociaux au travail et outil statistique de suivi des RPS dans les organisations. La question de la Qualité de vie au travail n’apparait que récemment en France, avec l’Accord National Interprofessionnel sur l’égalité professionnelle et la qualité de vie au travail de juin 2013.

Continuer la lecture