AAC n°57 La question européenne dans les organisations.

Numéro coordonné par :

Marie-Hélène Hermand, Université Bordeaux Montaigne, MICA – marie-helene.hermand@u-bordeaux-montaigne.fr

Nadège Broustau, Université libre de Bruxelles, ReSIC – Nadege.Broustau@ulb.ac.be


Calendrier :

  • Envoi des propositions selon les consignes de rédaction : 6 septembre 2019
  • Retour aux auteurs de la sélection des propositions : 20 septembre 2019
  • Remise de l’article intégral : 9 décembre 2019
  • Retour aux auteurs de l’évaluation par le comité de lecture : 24 janvier 2020
  • Retour des articles définitifs : 28 février 2020
  • Publication du numéro : juin 2020

En 2000, le numéro 17 de la revue Communication & Organisation, « Europe et communication »[1], voyait le jour dans le contexte du lancement de l’Euro, événement révélateur du primat de la dimension économique qui a marqué la construction européenne depuis le Traité de Rome en 1957. En analysant la place et les responsabilités de la communication dans les avancées et les difficultés de la construction européenne, ce numéro interrogeait, d’une part, le rôle des États en tant qu’interfaces entre l’Europe et le citoyen et, d’autre part, les potentialités de dépassement des différences, résistances et réalités nationales disparates dans l’Union européenne. En faisant le constat d’une communication publique européenne technocratique, descendante et fonctionnelle, les contributions de ce numéro analysaient une relation de puissance et d’instrumentalisation du citoyen par les institutions européennes et détaillaient les dangers de l’hégémonie d’une communication techno-libérale, du déterminisme technologique, de la non-prise en compte des demandes des citoyens européens et des perceptions inégales du sentiment d’appartenance à l’Europe en fonction des zones géographiques (noyau historique d’Europe de l’Ouest versus pays de l’élargissement ultérieur vers l’Est, pays du Nord versus Méditerranée).

Étant entendu que la communication ne peut tenir lieu de projet politique européen mais qu’elle contribue à faire éclater aujourd’hui au grand jour l’absence de projet politique (crise des migrants, injustices sociales, crise grecque, Brexit, crise italienne…), le numéro que nous proposons vise à faire le point sur « les » communications européennes en cette période d’évaluation à mi-parcours du programme « L’Europe pour les citoyens » (2014-2020), lequel vise à « encourager une participation civique responsable et démocratique et le sentiment d’appartenance à l’Union européenne »[2]. D’un côté, il s’agit d’identifier les diverses manières dont “l’Europe” se communique, non seulement par le canal des institutions communautaires mais aussi par le canal d’organisations de natures très diverses (entreprises, associations, syndicats, médias) qui exploitent le thème européen en fonction de leurs intérêts propres. Ceci implique de comprendre ce que recouvrent les termes de la communication européenne pour les différents acteurs impliqués. D’un autre côté, il s’agit de déceler les possibilités consenties au citoyen de s’exprimer sur le projet européen au sein de dispositifs de communication plus ou moins ouverts à sa participation ou, au contraire, d’identifier les discours et les pratiques de communication qui entraînent son exclusion du projet européen.

Pour envisager ces questions, les articles proposés pourront notamment, mais non exclusivement, s’inscrire dans l’un des quatre axes suivants.

 

Axe 1 : analyse critique de la communication publique européenne

Ce premier axe doit permettre de revisiter les pratiques de la communication publique européenne des grandes institutions européennes (Conseil européen, Parlement européen, Commission européenne, Conseil de l’UE) et d’institutions ou organes interinstitutionnels qui remplissent des missions spécialisées (e.g. le Comité européen des régions, le Médiateur européen, le Comité économique et social européen, la Banque centrale européenne, la Cour de justice européenne…).

L’objectif consiste à analyser des dispositifs de communication publique européenne non seulement en pointant des pratiques qui continuent d’entraver le modèle de la délibération (e.g. domination d’un discours techno-libéral, mobilisation d’un jargon institutionnel, déterminisme technologique, domination de la langue anglaise, information pléthorique, recettes de marketing politique) mais aussi en décelant, dans le contexte actuel de crise sans précédent de l’Union européenne, des traces de réorientations de la communication communautaire (e.g. remise en cause de l’évidence néolibérale, simplifications ou traductions du jargon, diversification des démarches et supports de médiatisation, déclinaisons plurilingues de contenus communicationnels, argument de qualité versus quantité informationnelle, mises en débats).

Les analyses porteront sur des discours ou des pratiques de communication institutionnelle européenne en portant une attention particulière à la (re)formulation d’utopies européennes, aux débats publics thématiques ou aux “conflits intégrateurs” (Dacheux, 2016) – encouragés ou détournés. Elles pourront également porter sur des pratiques de diversification éditoriale ou linguistique de la communication institutionnelle européenne, de reprise ou de mise à distance des recettes du marketing politique ou encore sur la prise en compte, plus ou moins explicite, des différences culturelles.

 

Axe 2 : approches expérimentales de la communication européenne dans les organisations

Ce deuxième axe doit permettre d’identifier des approches expérimentales de la communication européenne mises en place par d’autres organisations que les institutions européennes. Il s’agit de se pencher sur les pratiques communicationnelles qui contribuent à l’émergence d’espaces publics européens, que ces pratiques soient autonomes ou soutenues par l’UE, éphémères ou pérennes, institutionnelles ou non. De telles initiatives peuvent être développées par différents types d’émetteurs (collectivités territoriales, chambres de commerce, entreprises dotées d’une expertise thématique ou d’une situation géographique particulière, militants, syndicats, associations citoyennes, réseaux culturels) en vue de créer des espaces spécifiques d’interaction avec le citoyen sur des sujets relatifs à l’Europe.

L’objectif consiste à mieux comprendre les motivations et les intérêts (politiques, économiques, écologiques, sociétaux) – parfois contradictoires – des organisations et des acteurs qui mobilisent la thématique européenne dans leur communication ainsi que les modalités de prise en compte des publics dans ces dispositifs. Tandis que des groupes d’intérêts et lobbies se sont engagés dans la conquête de leur visibilité et de leur reconnaissance au niveau européen, il s’agit de comprendre quelles formes de mobilisations nouvelles se développent, quelles transformations des contextes professionnels en découlent ou les alimentent (e.g. les injonctions à l’utilisation du numérique et du web social en particulier, qui peuvent infléchir les formes de mobilisations encouragées), quelles contributions des publics deviennent possibles et quelles conséquences sur l’élaboration des politiques publiques sont observables.

Les analyses pourront porter sur des dispositifs de communication très divers qui recourent, majoritairement ou ponctuellement, à la thématique européenne, par exemple : des conférences de consensus, des consultations citoyennes, des débats, des manifestations, des expositions, des événements festifs (Semaines de l’Europe), des défis (challenges, compétitions, concours) ou encore des plateformes de contenus spécialisés (économiques, technologiques, scientifiques) à composante ou à visée européenne.

 

Axe 3 : analyse de la couverture médiatique de l’Europe

Cet axe propose de se pencher sur l’image de l’Europe construite dans la presse. À la fois producteur et récepteur d’informations et de connaissances sur l’Europe, le discours médiatique met en œuvre des logiques d’information et de captation des publics qu’il convient de continuer à mettre au jour pour comprendre comment la presse assure la reconnaissance et la circulation du thème européen dans la mémoire collective.

L’objectif consiste à observer comment procède la presse pour estimer si la médiatisation de l’Europe poursuit des tendances déjà connues (discours techniciste, discours élitiste, discours européiste versus discours eurosceptique) ou si elle tend à proposer de nouveaux schémas. Pour y parvenir, il peut s’agir de repérer la saillance du thème européen dans différentes presses (européenne, nationale, régionale, locale), d’évaluer la vitalité de ce thème, d’analyser la mise en scène qui lui est réservée ou encore de critiquer la porosité des frontières entre information et relations publiques à l’égard de la couverture du thème européen.

Les analyses pourront par exemple porter sur des corpus composés d’articles de presse ou sur des entretiens ou observations pour comprendre comment les journalistes choisissent les mots et les images pour parler d’Europe, ou encore dans quels contextes ils modèrent ou pas les commentaires des lecteurs. Elles pourront aussi porter sur des corpus composés de commentaires de lecteurs pour comprendre comment les citoyens s’immiscent dans la démarche de construction de l’image européenne et développent la perception de pouvoir contribuer ou non au projet européen.

 

Axe 4 : analyse des approches pédagogiques de l’Europe

Cet axe propose une ouverture à une approche connexe aux sciences de l’information et de la communication dans le sens où elle s’intéresse à des actes qui relèvent a priori plutôt d’éducation que de communication. En tant que tentatives de réduction du déficit de culture civique européenne désigné comme cause de désintérêt et de rejet des citoyens, ces actes à visée pédagogique sont intéressants car ils visent à transformer des informations pléthoriques en circulation sur l’UE en connaissances mobilisables.

L’objectif consiste ici à repérer les lieux et les initiatives pédagogiques qui s’emparent du thème européen pour développer des connaissances sur le fonctionnement de l’UE et ses institutions, sur la démocratie européenne et sur différentes questions qui agitent l’UE et concernent directement les citoyens (choix de modèle économique, politique de régionalisation, délimitation du territoire, administration publique et utilisation des données, migrations, protection et inclusion sociales, urbanisation et environnement, développement rural…). Il s’agit aussi de décrypter le sens et les valeurs que ces démarches pédagogiques cherchent à construire ou à défendre auprès des citoyens de l’UE, actuels et futurs.

Les analyses pourront porter sur des dispositifs développés dans des contextes d’éducation formelle (formations scolaires, universitaires, professionnelles) ou informelle (médiation scientifique, technique et industrielle). Les analyses de démarches de conception (ingénierie pédagogique, scénarisation pédagogique), de supports de formation (ouvrages, manuels, modules, tutoriels, plateformes), de choix technologiques (motifs, fonctionnalités) ainsi que l’évaluation des usages et les retours d’expériences (montage de diplômes binationaux ou transfrontaliers, colloques ouverts au grand public sur une thématique européenne) doivent permettre d’ouvrir la voie à une analyse critique de l’éducation à la culture civique sur les institutions européennes et, plus largement, sur la vie de l’Union européenne.

 

En conclusion, les chercheurs susceptibles d’être intéressés par cet appel à contributions couvrent différents champs de recherche et méthodologies : communication européenne, communication publique et politique, communication des organisations et des territoires, analyse du discours, analyse sémiotique, sociologie des médias, sociolinguistique, sociologie de l’éducation.

 

[1] Dirigé par Nicole Denoit et Béatrice Galinon-Mélénec.

[2] http://ec.europa.eu/citizenship/pdf/de_home_efcp_exec_summary_fr.pdf(consulté le 28/10/2018).


 

Indications bibliographiques

ALDRIN P., HUBÉ N., OLLIVIER-YANIV C., UTARD J.-M. (dir.) (2014). Les médiations de l’Europe politique. Strasbourg : Presses universitaires de Strasbourg, 372 p.

ARGUL S., BRAY Z., HARGUINDÉGUY J.-B. (2005). “Espace public médiatisé et coopération transfrontalière ». Communication & Organisation, n°26, p. 223-234.

AUBOUSSIER J. (dir.) (2015). Semen n°39. Discours et contre-discours dans l’espace public. Besançon : Presses universitaires de Franche-Comté, 204 p.

AUBOUSSIER J., RAMONEDA T. (dir.) (2015). L’Europe en contre-discours. Besançon : Presses universitaires de Franche-Comté, 232 p.

BAUDELLE G., LE BIHAN D. (dir.) (2017). Les Régions et la politique de cohésion de l’Union européenne. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 283 p.

BÉLANGER M.-E. (2015). Territoires européens : discours et pratiques de l’élargissement. Louvain-la-Neuve : Academia – L’Harmattan, 282 p.

BELOT C., BRACHET C. (2004). « Note de synthèse. Enseigner l’Europe à travers l’Action Jean Monnet. État des lieux et pistes de réflexions ». Politique européenne, vol. 3, n°14, p. 149-163.

BOZHINOVA K. (2011). « La terminologie eurolectale en usage dans les relations européennes ». Revue internationale d’études en langues modernes appliquées, n°4, p. 175-188.

BRACHOTTE G., FRAME A. (dir.) (2018). L’usage de Twitter par les candidats #Eurodéputés @Europarl_FR @Europarl_EN. Perspectives internationales lors des élections au Parlement européen en mai 2014. Caen, Éditions EMS, 353 p.

CALABRESE L., HERMAND M.-H. (sous presse). « La construction et la circulation d’un référent social : les eurorégions dans le discours médiatique ». In Auboussier J., Nossik S. et Lethier V., Les acteurs du discours. Limoges, Lambert-Lucas.

CARAYOL V., GRAMACCIA G. (dir), (2000). « Europe ». In Abécédaire. Vingt ans de recherches et de publications en communication des organisations. Bordeaux : Presses universitaires de Bordeaux, p. 61-68.

COLE A., PALMER R. (2009). « Logiques de territorialité et de régionalisation en Europe de l’Ouest ». Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol. 39, n°3, p. 19-36.

DACHEUX E. (2016). Sans les citoyens, l’Europe n’est rien. Pour une nouvelle communication publique au service de la démocratie. Paris : L’Harmattan, 306 p.

DACHEUX E. (2003). L’Europe qui se construit : réflexions sur l’espace public européen. Saint-Étienne : Presses universitaires de Saint-Étienne, 277 p.

DENOIT N., GALINON-MÉLÉNEC B. (dir.) (2010). Communication & Organisation n°17 : Europe et communication. Bordeaux : Presses universitaires de Bordeaux https://journals.openedition.org/communicationorganisation/2305

DUPEYRON B. (2008). L’Europe au défi de ses régions transfrontalières : expériences rhénane et pyrénéenne. Berne, Berlin, Bruxelles : Peter Lang, 260 p.

FRAME A., « Le fonctionnement d’un espace utopique européen : l’exemple de l’Association des états généraux des étudiants européens ». In É. Dacheux (dir.), Communiquer l’utopie. Économie solidaire et démocratie. Paris : L’Harmattan, 248 p.

GOBIN C., DEROUBAIX C. (dir.) (2018). Le discours et la langue – Tome 10.1. Polémique et construction européenne. Louvain-la-Neuve : EME Éditions, n°101, 234 p.

GOBIN C. (1999). L’Europe syndicale entre désir et réalité : essai sur le syndicalisme et la construction européenne à l’aube du XXIe siècle. Bruxelles : Éditions Labor, 186 p.

GOFFIN R. (1994). « L’eurolecte : oui, jargon communautaire : non ». Méta : journal des traducteurs, vol. 39, n°4, p. 636-642.

GUILBERT T., LEBARON F. (2017). « L’économie des mots et les mots de l’économie, analyse sociodiscursive des discours des dirigeants de la Banque centrale européenne ». Langage & Société, n°160-161, p. 217-235.

GUILBERT T. (2011). L’“évidence” du discours néolibéral. Analyse dans la presse écrite. Bellecombe-en-Bauges : Le Croquant, 137 p.

HERMAND M.-H., BROUSTAU N. (à paraître). « Le chantier de la communication transfrontalière : des positionnements territoriaux hybrides susceptibles d’alimenter la communication européenne ? ». In GARDÈRE E. et BESSIÈRES D. (dir.), Quelles communications pour la gouvernance des institutions publiques au XXIèmesiècle ? Modernisation, management et nouvelle représentation de l’action publique.

HERMAND M.-H. (2017). Les eurorégions : éclosion de groupes d’intérêt transfrontaliers et transnationaux en Europe. Analyse de la formation discursive multilingue et du scénario sémiotique sur le web. Thèse de doctorat en Sciences de l’information et de la communication. Bruxelles : Université libre de Bruxelles, 425 p.

KOUKOUTSAKI-MONNIER A. (dir.) (2014). Identités (trans)frontalières au sein et autour de l’espace du Rhin supérieur. Nancy : Presses Universitaires de Nancy – Éditions universitaires de Lorraine, 252 p.

KOUKOUTSAKI-MONNIER A. (dir.) (2011). Représentations du transfrontalier. Nancy : Presses Universitaires de Nancy – Éditions universitaires de Lorraine, 250 p.

KRAFFT-GROOT M. (2006). « Eurorégions et enseignement des langues : le cas du néerlandais dans le Nord/Pas-de-Calais ». Revue française de linguistique appliquée, vol. XI, n°1, p. 61-71.

KREIS G. (2010). « L’émergence de la notion d’“identité” dans la politique de la Communauté européenne ». Relations internationales, n°140, p. 53-72.

MAZÉ C. (2014). La fabrique de l’identité européenne. Dans les coulisses des musées de l’Europe. Paris : Belin, 384 p.

PERRIN T. (2013). Culture et eurorégions. La coopération culturelle entre régions européennes. Bruxelles : Éditions de l’université de Bruxelles, 194 p.

RAUS R. (2018). « Qu’en est-il du dissensus au Parlement européen ? L’exemple du contre-discours de l’opinion minoritaire ». Argumentation & Analyse du discours, n°21. https://journals.openedition.org/aad/2621

RAUS R. (2014). « L’Eurojargon et sa variante française ». ARGOTICA, vol. 1, n°2, p. 383-394.

ROBERT C., VAUCHEZ 1. (2010). « L’Académie européenne ». Politix, vol. 89, n°1, p. 9-34.

ROGINSKY S., JEANNE-PERRIER V. (2015). « L’Europe sur les réseaux sociaux ». Communication & langages, n° 183, p. 25-30.

SOULEZ G. (2003). « Europe : un espace public en archipel ». In Dacheux É. (dir). L’Europe qui se construit : réflexions sur l’espace public européen. Saint-Étienne : Presses universitaires de Saint-Étienne, p. 153-181.

TRIMITHIOTIS D. (2016). La Configuration des mythes sur l’Europe. Paris : L’Harmattan, 262 p.

UTARD J.-M. (2014). « La construction d’un ordre du discours européen sur Internet ». In Aldrin P., Hubé N., Ollivier-Yaniv C., Utard J.-M. (dir.), Les mondes de la communication publique. Légitimation et fabrique symbolique du politique. Rennes : Presses universitaires de Rennes, p. 322‐338.

VAYSSIÈRES B. (dir.) (2015). Penser les frontières européennes au XXIe siècle. Bruxelles : Peter Lang, p. 55-72.