56 | 2019 Les organisations malades du numérique

Sous la direction de Valérie Carayol et Aurélie Laborde

Le développement des dispositifs et réseaux numériques a largement bouleversé les pratiques d’information et de communication au travail. Si les recherches montrent souvent les effets positifs de l’usage des technologies numériques pour les organisations et pour les salariés, il existe néanmoins un ensemble de travaux, plus critiques, qui rendent compte des effets délétères, souvent tus, liés à l’introduction des technologies de communication numériques dans les contextes de travail. Leur conception, leurs usages, leurs modes d’accompagnement peuvent soulever des problèmes politiques, éthiques voire sanitaires ou écologiques. Ce numéro de Communication & organisation réunit des chercheurs en Sciences de l’information et de la communication, en Sociologie et en Psychologie sociale et du travail. Il vise à rendre compte, à partir de plusieurs terrains organisationnels (organismes publics, institutions, entreprises privées) et de différents types de dispositifs numériques (gestion du temps, formation, communication à distance, digitalisation des services) de certaines dérives et pathologies liées à l’usage des outils numériques au travail. Les auteurs montrent ainsi des clivages importants entre promesses technologiques initiales et effets réels des dispositifs sur l’organisation du travail et les individus.
 

Les articles de ce numéro sont disponibles en texte intégral via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Consulter ce numéro

Séminaire « Vulnérabilités et résilience organisationnelles et individuelles »

Mis en avant

19 mars 2020 de 8H45 à 17 h

IUT Bordeaux Montaigne, 1 Rue Jacques Ellul, 33800 Bordeaux

Les inégalités sociales demeurent une problématique contemporaine internationale et nationale.  Les rapports 2019 du programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) ou encore de l’Observatoire des inégalités en France en attestent.

C’est dans ce contexte difficile que se déploient des situations de vulnérabilité, identifiées comme devant faire l’objet d’une prise en charge sociale tournée vers l’inclusion, la remédiation, l’accompagnement. Tout un vocabulaire se met en place qui incite à voir, les « publics empêchés », les « éloignés », les « décrocheurs » hier qualifiés d’« exclus » ou de « précaires », ou d’individus « en échec » comme des populations qui doivent trouver ou retrouver le chemin d’une « réinsertion » ou d’une « ré-affiliation » dans des collectifs susceptibles de les soutenir dans leur périple vers une « normalité sociale ».

La recrudescence des nouvelles pratiques d’accompagnement institutionnalisées illustre, pour certains, un souci de « moralisation » du capitalisme. Ces pratiques se développent notamment dans le domaine professionnel, et plus spécifiquement dans les organisations au rythme accéléré, non simplement par les évolutions numériques, mais plus largement par la chrono-compétitivité que se livrent les entreprises contemporaines.

Continuer la lecture