Webinaire : Vulnérabilités et résilience organisationnelles et individuelles – 24 juin 2020 (report du 19 mars 2020)

Mis en avant

Axe Communication, Organisation et Sociétés (COS) Laboratoire MICA (EA 4426) 
Université Bordeaux Montaigne
08h45-17h00

L’accès au webinaire est gratuit sur inscription

 

Équipe organisatrice : L’équipe Communication, Organisation, Sociétés, (COS) du laboratoire MICA s’est donnée pour objectif de développer une approche communicationnelle des mutations organisationnelles et sociales contemporaines. Elle publie en liaison avec les Presses Universitaires de Bordeaux, Cairn et Revue.org la revue Communication & Organisation depuis 1992.

Comité d’organisation : Claire D’hennezel, Delphine Dupré, Nadège Soubiale, Eloïse Vanderlinden, Eloria Vigouroux-Zugasti.

Responsables scientifiques : Valérie Carayol et Nadège Soubiale

Les rapports 2019 du programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) ou encore de l’Observatoire des inégalités en France en attestent. C’est dans ce contexte difficile que se déploient des situations de vulnérabilité, identifiées comme devant faire l’objet d’une prise en charge sociale tournée vers l’inclusion, la remédiation, l’accompagnement. Tout un vocabulaire se met en place qui incite à voir, les « publics empêchés », les «  éloignés », les «  décrocheurs » hier qualifiés d’«  exclus » ou de « précaires », ou d’individus « en échec » comme des populations qui doivent trouver ou retrouver le chemin d’une « réinsertion » ou d’une « ré-affiliation » dans des collectifs susceptibles de les soutenir dans leur périple vers une « normalité sociale ». La recrudescence des nouvelles pratiques d’accompagnement institutionnalisées illustre, pour certains, un souci de « moralisation » du capitalisme. Ces pratiques se développent notamment dans le domaine professionnel, et plus spécifiquement dans les organisations au rythme accéléré, non simplement par les évolutions numériques, mais plus largement par la chrono-compétitivité que se livrent les entreprises contemporaines. Que peuvent dire les sciences de l’information et de la communication de cette réalité ? En quoi permettent-elles de décrypter et de concevoir, à la fois ce qui se trame dans la sémantique qui accompagne ces mouvements, ce qui contribue à la fabrique des vulnérabilités, mais aussi ce qui se joue dans les dispositifs de communication et artefacts techniques conçus pour « remédier » à ces situations ? Cette journée d’études sur les vulnérabilités et la résilience organisationnelles et individuelles marque un nouveau moment de travail et d’échanges prolongeant des recherches entreprises dans ce champ depuis 2017 au sein de l’axe COS. A l’aune de problématiques portant sur les dispositifs de communication organisationnelle et de communication publique ou institutionnelle, les communications de cette journée permettront autant de poursuivre les réflexions à partir des résultats de programmes d’études finalisés (sur les questions de vulnérabilisation au travail via le numérique, d’accompagnement et de remédiation, de liens avec les politiques et discours de résilience…) que de présenter de nouvelles perspectives de recherche sur des travaux en cours d’élaboration.

Programme

09h15 – 09h30 : Introduction et mot d’accueil Nadège SOUBIALE (Mcf, MICA, UBM)

09h30 – 10h00 : Catégorisation des vulnérables et politiques institutionnelles de résilience Nadège SOUBIALE (Mcf, MICA, UBM)

10h00 – 10h30 : Le numérique pour remédier à la vulnérabilité des patients ? Géraldine GOULINET-FITÉ (Chargée de mission et doctorante, MICA, UBM)

10h30 –11h : Pause

11h00 – 11h30 : Vulnérabilité et privation de parole : absence des publics vulnérables dans la « politique de cohésion » de l’Union européenne ? Marie-Hélène HERMAND (Mcf MICA, UBM)

11h30 – 12h00 : L’accompagnement comme ressource aux vulnérabilités Maëlle CROSSE (doctorante, MICA, UBM) & Valérie CARAYOL (Pr., MICA, UBM)

12h00 – 13h15 : Pause repas

13h15 – 13h45 : Vulnérabilités et incivilités numériques Aurélie LABORDE (Mcf MICA, UBM)

13h45 – 14h15 : Vulnérabilités et absence d’autonomie numérique Myriam BELBARAKA-NEMAN (doctorante CIFRE MICA, UBM) et Eloria VIGOUROUX-ZUGASTI (docteure, ATER Université Marne-La-Vallée, membre associée MICA)

14h15 – 14h45 : Réinsertion, remédiation et temporalités : le cas d’Envie Gironde Gino GRAMACCIA (Pr. émérite, MICA, UB) & Hélène MARIE-MONTAGNAC (Mcf, MICA, UBM)

14h45 – 15h15 : Pause

15h15 – 15h45 : Cyber harcèlement et vulnérabilités Marlène DULAURANS (Mcf, MICA, IUT Montaigne)

15h45 – 16h15 : Risque et vulnérabilité perçus dans le cadre de la maison connectée Jean-Michel CAMIN (docteur, ingénieur de recherche, Orange, membre associé MICA)

16h15 – 16h45 : Mot de conclusion Valérie CARAYOL (Pr., MICA, UBM)

Journée d’études « Vulnérabilités et résilience organisationnelles et individuelles » – 19 mars 2020 – IUT J. Ellul – Bordeaux

Mis en avant

Résumé

Les inégalités sociales demeurent une problématique contemporaine internationale et nationale. Les rapports 2019 du programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) ou encore de l’Observatoire des inégalités en France en attestent.

C’est dans ce contexte difficile que se déploient des situations de vulnérabilité, identifiées comme devant faire l’objet d’une prise en charge sociale tournée vers l’inclusion, la remédiation, l’accompagnement. Tout un vocabulaire se met en place qui incite à voir, les « publics empêchés », les « éloignés », les « décrocheurs » hier qualifiés d’« exclus » ou de « précaires », ou d’individus « en échec » comme des populations qui doivent trouver ou retrouver le chemin d’une « réinsertion » ou d’une « ré-affiliation » dans des collectifs susceptibles de les soutenir dans leur périple vers une « normalité sociale ». Continuer la lecture

Séminaire « Vulnérabilités et résilience organisationnelles et individuelles »

Mis en avant

19 mars 2020 de 8H45 à 17 h

IUT Bordeaux Montaigne, 1 Rue Jacques Ellul, 33800 Bordeaux

Les inégalités sociales demeurent une problématique contemporaine internationale et nationale.  Les rapports 2019 du programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) ou encore de l’Observatoire des inégalités en France en attestent.

C’est dans ce contexte difficile que se déploient des situations de vulnérabilité, identifiées comme devant faire l’objet d’une prise en charge sociale tournée vers l’inclusion, la remédiation, l’accompagnement. Tout un vocabulaire se met en place qui incite à voir, les « publics empêchés », les « éloignés », les « décrocheurs » hier qualifiés d’« exclus » ou de « précaires », ou d’individus « en échec » comme des populations qui doivent trouver ou retrouver le chemin d’une « réinsertion » ou d’une « ré-affiliation » dans des collectifs susceptibles de les soutenir dans leur périple vers une « normalité sociale ».

La recrudescence des nouvelles pratiques d’accompagnement institutionnalisées illustre, pour certains, un souci de « moralisation » du capitalisme. Ces pratiques se développent notamment dans le domaine professionnel, et plus spécifiquement dans les organisations au rythme accéléré, non simplement par les évolutions numériques, mais plus largement par la chrono-compétitivité que se livrent les entreprises contemporaines.

Continuer la lecture

LE NUMÉRIQUE : nouvelles sources d’incivilités au travail

Mis en avant

Ouvrage collectif dirigé par Aurélie LABORDE dans le cadre du projet CIVILINUM

Le groupe de travail à l’origine de la production de ce livre blanc est né d’un partenariat entre le laboratoire MICA (Médiations, Informations, Communication, Arts), le réseau  sécurité qualité de vie au travail (SQVT) Nouvelle-Aquitaine et le réseau Les entreprises pour la Cité (LEPC). Il s’est réuni plusieurs mois pour réfléchir, recueillir des témoignages et proposer des bonnes pratiques en matière de prévention des incivilités numériques au travail. Continuer la lecture

Stigmatisation

Mis en avant

Rédigée par Marlène Dulaurans

Depuis l’essai fondateur d’Erving Goffman, la recherche n’a eu de cesse d’approfondir la thématique des stigmates, de leurs origines, de leurs caractéristiques, conduisant à l’amélioration conceptuelle constante de l’impact que ces stigmates peuvent être amenés à produire sur la vie des stigmatisés. Cette notion est multidisciplinaire et de nombreuses études ont aussi bien traversé le champ de la sociologie, que celui de la géographie sociale, de la psychologie, de l’anthropologie, et des sciences de l’information et de la communication. Continuer la lecture

Invisibilité

Mis en avant

Par Marie-Hélène HERMAND

En prenant pour appui un numéro spécial de la revue Réseaux (2005) et des lectures complémentaires en SIC et en SHS, nous proposons d’aborder le concept d’invisibilité à partir du couple visibilité / invisibilité : les principaux usages terminologiques du terme invisibilité seront d’abord envisagés, puis nous dégagerons quelques formes observables de l’invisibilité et enfin nous présenterons des pistes de recherches susceptibles d’intéresser les chercheurs en communication des organisations et en communication publique et politique.

Continuer la lecture

Désapprentissage

Mis en avant

Rédigé par Eloïse Vanderlinden

Initialement mobilisé en sciences de gestion, le concept de désapprentissage a été défini dans cette discipline comme un effort, supposé nécessaire, d’adaptation. Un consensus s’est ensuite dégagé parmi les chercheurs qui y font référence pour considérer qu’il ne renvoie ni à un phénomène d’oubli, ni de dysapprentissage (cf. Metzger, 2007), mais plutôt à une compétence d’action. D’autres auteurs envisagent le désapprentissage comme un processus qui relève d’enjeux de pouvoir et entretient l’illusion d’une « connaissance possible immédiate aussi immanente qu’effaçable » (cf. Botet-Pradeilles, 2014).

Le concept de désapprentissage est le plus souvent mobilisé dans les contextes organisationnels qui impliquent un mouvement de changement continu. En effet, les mutations contemporaines du capitalisme enjoignent les organisations à s’adapter constamment aux diverses demandes de leurs parties prenantes, mais aussi à de nouvelles exigences sociotechniques et gestionnaires.

Continuer la lecture

QVT et RPS

Mis en avant

Rédigé par Delphine Dupré, Aurélie Laborde

De la prévention des risques psychosociaux à la promotion de la qualité de vie au travail

 

1. Racines historiques des concepts

Les fondements du concept de Qualité de Vie au Travail (QVT) apparaissent dans les années 1950 dans le cadre de recherches mettant à jour les limites du taylorisme. La QVT prend ainsi sa source dans l’analyse socio-technique des organisations et les travaux d’Eric Trist, mettant alors en évidence le lien entre efficacité au travail et qualité de vie au travail (ANACT, 2013). Continuer la lecture

Care

Mis en avant

Rédigé par Géraldine GOULINET FITE

Introduction : Les origines du terme care

Du vieil anglais carian, cearian « être préoccupé ; peiné ; sentir l’anxiété » et du proto germanique karo « se lamenter » et chara « peine, ennui, soin », le care a également comme consonance latine cura, faisant de la plainte exprimée l’objet d’un souci, d’une attention et d’un soin, selon le Online Etymology Dictionnary. Dès lors, parler du care revient à lui associer naturellement plusieurs notions connexes que sont le soin, l’accompagnement, la sollicitude et l’attention constituées autant par des activités pratiques que par des dispositions morales, les unes et les autres visant à assurer la continuité de la vie humaine.

Continuer la lecture

Flexisécurité

Mis en avant

Rédigé par Dominique BLIN

Délimitation

Le néologisme « flexisécurité » ou « flexicurité » importé du Danemark et des Pays-Bas est devenu un concept majeur du débat européen sur le droit du travail dès les années 2000, étayé en 2006 par une publication de la Commission européenne.

Offrir plus de flexibilité à l’employeur et plus de sécurité aux salariés suppose de mener à la fois une politique concernant les licenciements et les contrats de travail, une autre concernant la protection sociale et notamment le système d’assurance-chômage, une troisième concernant le marché du travail et notamment la formation. Mais si faciliter les licenciements est une question de réglementation, renforcer la protection sociale, la formation professionnelle et généraliser l’apprentissage nécessitent des moyens importants et un engagement conséquent des partenaires sociaux. Autant de dimensions qui ont été diversement interprétées et développées en Europe (Keune, Pochet, 2009), ce qui rend les comparaisons délicates (Caune, 2013) et le concept fragile.  

Continuer la lecture

Confiance

Mis en avant

Rédigé par Jean-Michel CAMIN

La confiance, omniprésente dans les relations humaines, est un concept difficile à spécifier (Origgi 2008 ; Weinberg 2015). Louis Quéré précise que la compréhension des processus et de ses mécanismes est devenue une préoccupation importante dans les sciences sociales et l’une des notions les plus difficiles à traiter de la philosophie (in Tazdaït 2008).

Dans nos sociétés occidentales, la confiance est un terme dense, désignant à la fois une propriété (avoir confiance) et un attribut (être ‘digne de confiance’ par exemple) et impliquant toujours la présence d’un ‘autre’. Le mot « confiance » seul n’a pas de sens, « je te fais confiance » en a un [1].

Continuer la lecture

Ubérisation

Mis en avant

Article rédigé par Claire D’HENNEZEL, Gino GRAMACCIA

Uber et l’ubérisation symbolisent une nouvelle forme d’innovation organisationnelle considérée comme révolutionnaire et comparée à ce titre, au fordisme. L’innovation de l’entreprise californienne Uber repose sur une plate-forme digitale mettant en relation des travailleurs indépendants, les chauffeurs, réalisant des services de transport et des utilisateurs. Par extension, le terme « ubérisation » désigne le phénomène de « plateformisation » des relations économiques au sein de divers secteurs économiques, dans le cadre général de la révolution digitale ayant donné naissance à l’économie collaborative. La spécificité de l’ubérisation tient à la vitesse de diffusion des innovations numériques et aux bouleversements qu’elles génèrent dans les modèles économiques classiques.

Continuer la lecture

Inclusion

Article rédigé par Hélène MARIE-MONTAGNAC

 

Etymologie et historique

Il est intéressant de souligner la potentielle ambivalence propre à ce terme. Depuis son étymologie « inclusio » qui signifie « emprisonnement », jusqu’aux définitions courantes du dictionnaire historique de la langue française, indiquant un état d’enfermement ou d’enveloppement d’une chose  (en minéralogie), d’un objet mathématique (un ensemble), d’une personne (liste du martyrologe), ou encore d’enveloppement complet d’un corps étranger (en biologie) : toutes rendent compte de l’acception de l’inclusion comme « présence d’un corps étranger dans un ensemble homogène auquel il n’appartient pas ».  De même, la définition contemporaine comme « action d’inclure quelque chose dans un tout ainsi que le résultat de cette action » (Le Grand Robert) renvoie-t-elle implicitement à  son revers, l’exclusion.

Continuer la lecture

Accompagnement

Article rédigé par Valérie CARAYOL et Maëlle CROSSE

L’homme « post moderne » renoue avec un nouveau nomadisme qui fait de lui un homme mobile mais aussi d’une certaine façon labile. Il est de plus en plus mobile physiquement, dans l’espace géographique grâce aux transports qui se démocratisent, mais aussi grâce aux outils de communication qui permettent une forme d’ubiquité. Il est aussi de plus en plus labile, dans le sens où il est aussi plus détaché et moins stable dans ses attachements et ses points de fixation, qu’il s’agisse du lieu de naissance, de l’emploi, du couple, ou de la famille en général.  Il est amené et invité à se transformer, à prendre en charge son avenir, à anticiper ses trajectoires de vie professionnelles et personnelles, pour répondre à l’idéologie du projet qui irrigue désormais tous les plans de l’activité, et à l’idéologie de la responsabilité, qui invite tous les individus à développer leurs compétences pour faire face aux exigences de la vie en société et de la vie au travail.

Continuer la lecture

Résilience

Article rédigé par Florence HENON et Hélène MARIE-MONTAGNAC

Étymologie et historique du terme

Employé par la médecine chinoise traditionnelle pour évoquer la capacité des systèmes vivants à se régénérer après une blessure grave, le terme de résilience apparait en Grande-Bretagne au XIXè siècle et désigne alors des individus présentant un caractère souple et une résistance physique leur permettant de faire preuve de ressort face aux événements, rejoignant par-là l’étymologie du terme latin resilire, qui signifie littéralement sauter en arrière, rebondir, mais également se rétracter, se libérer d’une contrainte (résilier un contrat). Sur le plan scientifique, le concept est initialement développé dans le domaine de la physique [1] comme la capacité d’un objet à retrouver son état initial après un choc ou une pression continue, mais aussi comme le seuil de rupture d’un corps. Dépassant le cadre des sciences exactes depuis la seconde moitié du XXè siècle, le concept de résilience rencontre aujourd’hui un vif engouement dans de nombreuses disciplines en sciences humaines et sociales.

Continuer la lecture