Confiance

Mis en avant

Rédigé par Jean-Michel CAMIN

La confiance, omniprésente dans les relations humaines, est un concept difficile à spécifier (Origgi 2008 ; Weinberg 2015). Louis Quéré précise que la compréhension des processus et de ses mécanismes est devenue une préoccupation importante dans les sciences sociales et l’une des notions les plus difficiles à traiter de la philosophie (in Tazdaït 2008).

Dans nos sociétés occidentales, la confiance est un terme dense, désignant à la fois une propriété (avoir confiance) et un attribut (être ‘digne de confiance’ par exemple) et impliquant toujours la présence d’un ‘autre’. Le mot « confiance » seul n’a pas de sens, « je te fais confiance » en a un [1].

Continuer la lecture

Ubérisation

Mis en avant

Article rédigé par Claire D’HENNEZEL, Gino GRAMACCIA

Uber et l’ubérisation symbolisent une nouvelle forme d’innovation organisationnelle considérée comme révolutionnaire et comparée à ce titre, au fordisme. L’innovation de l’entreprise californienne Uber repose sur une plate-forme digitale mettant en relation des travailleurs indépendants, les chauffeurs, réalisant des services de transport et des utilisateurs. Par extension, le terme « ubérisation » désigne le phénomène de « plateformisation » des relations économiques au sein de divers secteurs économiques, dans le cadre général de la révolution digitale ayant donné naissance à l’économie collaborative. La spécificité de l’ubérisation tient à la vitesse de diffusion des innovations numériques et aux bouleversements qu’elles génèrent dans les modèles économiques classiques.

Continuer la lecture

Inclusion

Article rédigé par Hélène MARIE-MONTAGNAC

 

Etymologie et historique

Il est intéressant de souligner la potentielle ambivalence propre à ce terme. Depuis son étymologie « inclusio » qui signifie « emprisonnement », jusqu’aux définitions courantes du dictionnaire historique de la langue française, indiquant un état d’enfermement ou d’enveloppement d’une chose  (en minéralogie), d’un objet mathématique (un ensemble), d’une personne (liste du martyrologe), ou encore d’enveloppement complet d’un corps étranger (en biologie) : toutes rendent compte de l’acception de l’inclusion comme « présence d’un corps étranger dans un ensemble homogène auquel il n’appartient pas ».  De même, la définition contemporaine comme « action d’inclure quelque chose dans un tout ainsi que le résultat de cette action » (Le Grand Robert) renvoie-t-elle implicitement à  son revers, l’exclusion.

Continuer la lecture

Accompagnement

Article rédigé par Valérie CARAYOL et Maëlle CROSSE

L’homme « post moderne » renoue avec un nouveau nomadisme qui fait de lui un homme mobile mais aussi d’une certaine façon labile. Il est de plus en plus mobile physiquement, dans l’espace géographique grâce aux transports qui se démocratisent, mais aussi grâce aux outils de communication qui permettent une forme d’ubiquité. Il est aussi de plus en plus labile, dans le sens où il est aussi plus détaché et moins stable dans ses attachements et ses points de fixation, qu’il s’agisse du lieu de naissance, de l’emploi, du couple, ou de la famille en général.  Il est amené et invité à se transformer, à prendre en charge son avenir, à anticiper ses trajectoires de vie professionnelles et personnelles, pour répondre à l’idéologie du projet qui irrigue désormais tous les plans de l’activité, et à l’idéologie de la responsabilité, qui invite tous les individus à développer leurs compétences pour faire face aux exigences de la vie en société et de la vie au travail.

Continuer la lecture

Résilience

Article rédigé par Florence HENON et Hélène MARIE-MONTAGNAC

Étymologie et historique du terme

Employé par la médecine chinoise traditionnelle pour évoquer la capacité des systèmes vivants à se régénérer après une blessure grave, le terme de résilience apparait en Grande-Bretagne au XIXè siècle et désigne alors des individus présentant un caractère souple et une résistance physique leur permettant de faire preuve de ressort face aux événements, rejoignant par-là l’étymologie du terme latin resilire, qui signifie littéralement sauter en arrière, rebondir, mais également se rétracter, se libérer d’une contrainte (résilier un contrat). Sur le plan scientifique, le concept est initialement développé dans le domaine de la physique [1] comme la capacité d’un objet à retrouver son état initial après un choc ou une pression continue, mais aussi comme le seuil de rupture d’un corps. Dépassant le cadre des sciences exactes depuis la seconde moitié du XXè siècle, le concept de résilience rencontre aujourd’hui un vif engouement dans de nombreuses disciplines en sciences humaines et sociales.

Continuer la lecture